Sempé pour la liberté de la presse

27 juin 2019 3 commentaires
  • Le 4 juillet prochain, dans vos kiosques, l’Association Reporters sans frontières met Sempé à l’honneur. Pour moins de 10 euros, vous pouvez acheter un album de près de 150 pages de dessins de celui qui constitue certainement l’un des plus grands poètes graphiques de notre temps. Et au passage vous soutiendrez une association qui est une vigie de la liberté de la presse dans le monde.

Savez-vous que cette année en 2019, au moment où vous nous lisez, 20 journalistes ou collaborateurs de presse ont été tués et 339 d’entre eux sont en prison dans le monde ? L’information est un métier dangereux. Même ActuaBD.com a eu à souffrir d’avoir publié des informations qui déplaisaient aux puissants et subit régulièrement des pressions pour que certaines informations soient tues. Mais notre situation est idyllique par rapport à certains pays où des journalistes sont tués et emprisonnés comme le montre la carte ci-dessous.

Ces chiffres, on les doit à Reporters sans frontières dont l’observatoire signale en temps réel les exactions commises par les régimes autoritaires et liberticides. Pour les aider dans cette mission, l’achat de ce recueil est vital : il constitue 30% de leurs moyens de subsistance.

Sempé pour la liberté de la presse
© Reporters sans Frontières

Il n’est pas étonnant que Jean-Jacques Sempé, qui a travaillé pour la presse internationale, soit solidaire de cette démarche, au moment où le New York Times renonce au dessin politique : les caricaturistes sont très souvent les premiers visés par les censeurs.

© Sempé pour Reporters sans Frontières

Sempé, ce poète, ce génie ! « J’ai été de tout temps un très bon observateur, disait René Goscinny. Mais à fréquenter Sempé, c’était comme si j’avais aiguisé mes yeux et mes oreilles. Il m’a appris ceci par exemple : la conversation que l’on tient à une table de restaurant et qui vous paraît normale devient une source inépuisable de drôlerie dès lors que vous vous écartez… »

© Sempé pour Reporters sans Frontières

Goscinny a très bien compris Sempé : le dessinateur bordelais regarde le monde à distance considère l’insignifiance des individus par rapport à une ambition qui les dépasse largement. Cette attitude de modestie toute graphique est la marque de ce génie empreint de poésie. Si ces dictateurs appréhendaient avec un peu de hauteur la censure qu’ils imposent aux hommes libres, ils se rendraient compte de leur propre vacuité. C’est peut-être là le problème, car « Mourir de rire, c’est possiblement vrai…  » disait un autre poète.

© Sempé pour Reporters sans Frontières

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :