Tardi, point fort de la rentrée aux Humanos

  • Les Humanoïdes frappent un grand coup à la rentrée : après avoir figuré parmi les artistes fondateurs de {Métal Hurlant}, Tardi revient chez cet éditeur en adaptant une trilogie de Jean-Patrick Manchette, dix ans après la disparition de ce rénovateur du roman policier français.

Tardi est un homme fidèle. Fidèle aux idées un brin anarchistes et révolutionnaires, fidèle en amitié également. Avec des œuvres comme Le Cri du Peuple ou La Véritable Histoire du Soldat inconnu (dont Futuropolis donnera une nouvelle édition également à la rentrée), les idées de Tardi sont parmi les rares qui tranchent un peu, quitte à susciter quelque fois la polémique, sur les opinions un peu ventre-mou qui sont souvent l’apanage de la bande dessinée.

Tardi, point fort de la rentrée aux Humanos
Le Petit Bleu de la côte ouest
de Tardi et Manchette aux Humanoïdes Associés.

Délaissant un temps son cher Nestor Burma pour se pencher sur un polar de Manchette fondé sur ce que l’on appelait dans les années 70 « le malaise des cadres », il nous livre le 6 septembre prochain une nouvelle petite merveille. « Il existe sans doute un tas d’études sociologiques sur le sujet, nous explique Jacques Tardi, mais tout l’intérêt du « Petit bleu » est d’aborder ce thème à travers un roman pas emmerdant qui se lit comme un polar sans en être un, tout en étant quand même proche du genre. C’est tout l’intérêt de Manchette : mettre à jour sans emmerder le monde le problème d’une époque - qui à mon avis est toujours d’actualité. »

Ce n’était pas la première rencontre entre Jean-Patrick Manchette et Tardi. En 1977, ils avaient produit ensemble un Griffu, mémorable produit après une adaptation avortée d’un autre livre du romancier Fatale [1]. Leur carrière est parallèle et leurs idées se rejoignent souvent. Cette complicité fut interrompue par la disparition de Manchette en 1995, à seulement 53 ans.

Dix ans plus tard, Tardi lui rend hommage en créant un Georges Gerfaut qui lui ressemble étrangement, pantin désespéré qui se débat dans la grisaille de la France des années 70. Un rendez-vous BD qui nous semble incontournable.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : Tardi terrassé par un "Petit bleu". Photo : DR

[121 planches ont été produites, publiées partiellement dans le « Tardi, Monographie » de Thierry Groensteen, Magic-Strip, 1980.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • > Tardi, point fort de la rentrée aux Humanos
    29 juillet 2005 17:14, par effer

    Manchette VS Malet = avantage à Manchette !
    Ca va frapper fort !
    Manchette s’est plus percuttant et moderne que Nestor burma.
    bonne nouvelle, Tardi tient toujours la forme !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thomas CLEMENT le 31 juillet 2005 à  19:33 :

      C’est marrant ! Je viens de mettre la main sur la collection complète de l’hebdo BD, qui faisait d’ailleurs sa couverture (sa Une même !) avec Griffu. Le hasard ...

      Avec le format (tabloïd) de cette revue, le trait de Tardi ressort superbement (mais non, je ne revends pas mes exemplaires sur eBay)

      Répondre à ce message