Univerne – T1 : Paname – Par Jean-David Morvan et Nesmo - Soleil

3 août 2011 5 commentaires
  • Paris, 1900. L’exposition universelle glorifie le pillage technologique de l’Univerne par les grands empires. Juliette, jeune journaliste et militante féministe est à un moment décisif de sa carrière. Sa rencontre avec Honorine Fraysse de Vianne, maitresse de Jules Verne, va l’entraîner dans une aventure mouvementée.

En 1862, Jules Verne soumet à l’éditeur Pierre-Jules Hetzel son roman Cinq Semaines en ballon qui paraît en 1863 et connaît un immense succès. Il aurait proposé son roman à l’éditeur s’il n’y avait eu cette nuit tragique du 11 décembre 1851 où Pierre-Jules Hetzel, fuyant Paris avec Victor Hugo et sa famille quelques jours après le coup d’état de Louis-Napoléon Bonaparte, est tué par un train entrant en Gare du Nord alors qu’il est poursuivi par les sbires du nouvel empereur.

Univerne – T1 : Paname – Par Jean-David Morvan et Nesmo - Soleil
Univerne - T1 : "Paname" - Par Jean-david Morvan et Nesmo
© Soleil

Jules Verne ne couche pas son imaginaire sur papier, il lui donne vie. En 1862, épaulé par Honorine Fraysse de Vianne et une poignée d’amis érudits, il fonde Univerne sur une ile déserte. Cette société utopique, technologiquement très avancée, nourrit la convoitise des grands de ce monde. Les Empires partent la conquête de ce pays naissant, en reviennent riches d’une technologie brillante et avec l’annonce de la mort de Verne.

Univerne - T1 : "Paname" - Par Jean-david Morvan et Nesmo
© Soleil

Juliette, jeune journaliste indépendante et suffragette ne peut refuser cet entretien avec Honorine, garante des idées féministes au sein d’Univerne, engeôlée à la Prison de la Santé. Malgré elle, elle va porter l’avenir de l’utopie de Jules Verne et se retrouve prise dans un tourbillon d’événements qui la dépassent.

Ce premier volet pose les bases d’une agréable uchronie steampunk. Jean-David Morvan propose une distorsion historique intéressante souffrant de quelques lenteurs gommées toutefois par le trait énergique que Nesmo impulse aux moments clés du récit.

Une influence manga ressort incontestablement lors des scènes d’action tout comme se remarque le plaisir de Nesmo à dessiner ce Paris steampunk dans les vues de la capitale qu’il propose. L’éventail des possibles est tel qu’il nourrit la curiosité, en espérant faire revivre des voyages extraordinaires revisités dans les volets à venir.

(par Arnaud Houel)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • En 1862, Jules Verne soumet à l’éditeur Pierre-Jules Hetzel son roman Cinq Semaines en ballon...
    cette nuit tragique du 11 décembre 1851 où Pierre-Jules Hetzel, fuyant Paris ... est tué par un train entrant en Gare du Nord...

    Comment il peut soumettre en 1862 à son éditeur si celui-ci est mort en 1851 ???

    Répondre à ce message

    • Répondu le 3 août 2011 à  18:51 :

      D’autant qu’Hetzel est mort en 1886 et non pas à Paris, mais à Monte Carlo...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Arnaud Houel le 3 août 2011 à  20:16 :

        Bonjour,

        En effet, mais les auteurs dans cette urchronie nous ont proposé une autre fin plus tragique pour M. Hetzel afin d’amener une autre écriture de la vie de Jules Verne.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 4 août 2011 à  00:34 :

          Ca n’enlève rien au fait que si l’éditeur est mort en 51 Verne ne peut lui remettre le manuscrit en 62 il faut être cohérent surtout quand on se targue de faire de l’uchronie.

          Répondre à ce message

    • Répondu par Arnaud Houel le 3 août 2011 à  21:48 :

      Bonsoir,
      Il y a en effet une négation de trop qui porte à confusion. Il faut lire " il aurait proposé son roman sans ...".

      Merci de nous avoir signalé cette erreur, la correction a été faite

      Répondre à ce message