Romans Graphiques

Vergès, Une nuit avec le diable - Par Chapuzet & Martinez - Glénat

Par David TAUGIS le 21 novembre 2022                      Lien  
Pour une figure aussi problématique que cet avocat spécialiste (si on peut dire) des crapules et criminels de tous poils, on aurait attendu une BD avec des points de vue plus critiques, mais il faut reconnaître à cet album une puissance narrative certaine, s'appuyant avant tout sur la propre mégalomanie du personnage. Un bout d'histoire de France qui se greffe sur un destin inédit, qui donne légèrement la nausée, et met la justice à distance...

On ressort de cet album avec un sentiment de grande perplexité, et c’est peut-être là une réussite : avocat célèbre, surtout dans les années 1980, Vergès jubilait du regard public qu’il suscitait. Du mélange d’admiration et de dégoût qu’il inspirait. Cette biographie, qui ne va guère plus loin que les propres souvenirs de Vergès, recense donc les épisodes de sa vie sans chercher d’autres sources. Le scénariste avait rencontré l’avocat quelques mois avant sa mort, n’obtenant guère d’explication sur ses années de disparition, entre 1970 et 1978, le plus grand mystère de sa vie.

Vergès, Une nuit avec le diable - Par Chapuzet & Martinez - Glénat

Le récit évoque donc la naissance de ce métis réunionnais/vietnamien, résistant à 17 ans -s’affirmant alors gaulliste- puis communiste, puis fort bienveillant avec les terroristes Carlos ou Georges Ibrahim Abdallah. Avant d’aboutir à une forme de consécration cynique en défendant Barbie et Milosevic. À chaque fois, et l’album le montre bien, aucune chance de gagner quoi que ce soit dans ces procès, hormis de la notoriété pour lui-même. La mégalomanie, une forme de perversion tenace à jouir de la haine publique, semble avoir maintenu en vie (jusqu’à 88 ans) ce personnage sans équivalent, qui finira pourtant, dans son bourgeois 9e arrondissement de Paris, criblé de dettes. Là non plus, les auteurs ne fournissent pas d’explications.

Si la vie de Vergès est suffisamment intéressante pour apprécier la BD, un vrai travail d’enquête, avec sources et témoignages contradictoires, reste à écrire. Avec peut-être, pourquoi pas, une explication cohérente de cet attrait de Vergès pour la provocation vaine. Osons une hypothèse : la conséquence de blessures à vif l’électrisant jusqu’à ses derniers jours, et pourquoi pas une déception de n’avoir pas pu exercer un rôle politique majeur...

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782344040065

PAR David TAUGIS  
A LIRE AUSSI  
Romans Graphiques  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD