XIII à nouveau sur le pas de tir

5 novembre 2019 5 commentaires
  • Le tome 26 de XIII : « 2132 mètres » sort ces jours-ci. L’occasion pour Yves Sente et Iouri Jigounov de rebooster la série en offrant à l’amnésique à la tempe grise un visage bien plus sombre qu’à l’ordinaire.

XIII aurait-il viré du côté de la force obscure ? C’est ce que semble laisser supposer cet album. Admis dans le cercle très fermé des héritiers des rescapés du Mayflower qui, en bons Protestants, ont accumulé un « bas de laine » à ce point important qu’il rend ce groupe plus important que l’État lui-même jusqu’à financer, au nez et à la barbe des services de la CIA, du FBI et de la NSA des laboratoires secrets mettant au point les plus technologies les plus avancées. Pour quoi faire ? Mais prendre le pouvoir pardi !

On sait que la série XIII est entièrement orientée vers la prise de pouvoir supposée d’une faction d’extrême droite à la présidence des États-Unis. « J’ai dû modifier le scénario à la suite de l’élection de Mr Trump, nous raconte Yves Sente en riant. Nous avons dû rendre les méchants encore plus méchants et les extrémistes encore plus extrémistes… »

XIII à nouveau sur le pas de tir

Toujours est-il que XIII est une fois de plus embringué dans une mauvaise passe, au point de devoir rejouer la scène initiale de la saga, celle du Soleil Noir. Faux semblants, double jeu voire triple jeu, XIII reste le jouet d’un destin qui s’acharne sur lui. Nous sommes dans la doxa vanhammienne. On attend cependant que le successeur de Jean Van Hamme soit moins impressionné par son modèle, qu’il se libère un peu. Trop engoncé dans la mécanique du complot, il en oublie l’aventure.

Le dessin de Iouri Jigounov est comme à l’habitude précis et impeccable. Mais là en revanche, on souhaiterait qu’il revienne au dessin brossé, un peu « arty » de William Vance. Sa précision, son exigence d’exactitude devrait davantage tendre vers le relâchement. Chez Vance, nous avions un dessinateur sensible au design. Cela se sent moins ici. D’où cet impression générale d’un album un peu clinique.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

© Dargaud.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • XIII à nouveau sur le pas de tir
    5 novembre 12:18, par Eric B.

    Cette impression d’un album un peu clinique : très juste et surtout qu’on peut étendre à la BD en général auj. Plus aucune chaleur dans le dessin ni dans la mise en couleur. Parfois c’est l’encrage qui gâche le talent du dessinateur. Au final, tout se ressemble, tout est aseptisé. Les lecteurs y ont perdu, le neuvième art régresse... Quasiment plus personne ne sait livrer un album avec de vrais et beaux dessins...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Stan le 5 novembre à  17:27 :

      J’analyse cette planche dans le même sens. Trop parfaite, trop lisse. Où sont les ombrages, les reliefs, les parts d’ombre et de lumière, que ce soit dans le dessin ou les couleurs. Il n’y a plus d’émotion, et ce n’est pas la faute de XIII !

      Répondre à ce message

    • Répondu par kyle william le 5 novembre à  19:38 :

      C’est quoi de vrais (et beaux) dessins ?

      Répondre à ce message

  • XIII à nouveau sur le pas de tir
    5 novembre 20:37, par Nicolas Anspach

    La critique parlait déjà d’ "album clinique" pour les XIII de Vance et Van Hamme, surtout pour ceux qui ont suivit l’album XIII Mystery.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Eric B. le 6 novembre à  10:31 :

      Même Christian Rossi nous a livré un album au dessin "clinique" avec son "XIII Mystery". Par contre, un "XIII Mystery" qui sort du lot, c’est celui dessiné par Corentin Rouge. Voilà un bel exemple à suivre en matière de dessin. Corentin Rouge et Marini, la grande classe ! ! !

      Répondre à ce message