"L’Avenir est ailleurs" de Boris Hurtel (The Hoochie Coochie) : de Paris à la Boldavie, une enquête trépidante

5 novembre 2019 0 commentaire
  • Après des aventures révolutionnaires en Amérique, Henri a repris une vie moins mouvementée. Bien des surprises l'attendent pourtant quand son ancien amour lui demande d'enquêter sur son fils disparu. Boris Hurtel donne une suite maligne aux tribulations de son héros de "Prisonnier des Amazones", de nouveau chez The Hoochie Coochie.

Henri n’a rien d’un super-héros. Pas de pouvoirs particuliers ni de dons extralucides. Infirmier honnête et travailleur, tantôt idéaliste, tantôt réaliste, il ne cherche pas forcément à se faire remarquer... Mais il est doté d’une solide jugeote, d’un réel courage et de pas mal de persévérance. Ces qualités lui ont permis de se sortir honorablement d’un guêpier pas piqué des vers, raconté par Boris Hurtel en 2013 dans Prisonnier des Amazones, déjà chez The Hoochie Coochie.

"L'Avenir est ailleurs" de Boris Hurtel (The Hoochie Coochie) : de Paris à la Boldavie, une enquête trépidante
Prisonnier des Amazones (1ère des aventures d’Henri) © Boris Hurtel / The Hoochie Coochie 2013

À l’époque, Henri de Bon Cœur s’était retrouvé au Sombréador, en Amérique du Sud, mêlé à une guérilla révolutionnaire. Cette fois, il reste en Europe, mais doit se rendre jusqu’en Boldavie, sur les traces d’Antoine, le fils disparu de son amour déçu Louise. Celle-ci l’a en effet chargé de le retrouver, ou au moins de glaner quelques informations qui permettraient de savoir ce qu’Antoine est devenu. Ce « petit con », comme l’appelle Henri, s’est évaporé et ne donne plus de nouvelles.

Henri ne démérite pas de son nom. Il accepte donc d’aider Louise et se lance dans une enquête, racontée dans L’Avenir est ailleurs, qui le met aux prises avec des situationnistes croyant que l’humanité sera sauvée par une intervention extraterrestre, des techno-punks pas toujours très tendres, des mafieux boldaves qu’il vaut mieux avoir avec soi que contre soi... Une pléthore de personnages hauts en couleurs qui malgré la méfiance d’Henri lui causent bien du souci.

L’Avenir est ailleurs © Boris Hurtel / The Hoochie Coochie 2019

Boris Hurtel ne ménage pas son personnage. Il ne lui épargne ni les coups, ni les trahisons. Mais il semble lui vouer une grande tendresse. Henri a beau en voir de toutes les couleurs, il a toujours l’espoir de s’en sortir. S’il n’est pas vraiment un héros traditionnel de bande dessinée, c’est bien un personnage positif, que nous avons plaisir à suivre.

L’Avenir est ailleurs © Boris Hurtel / The Hoochie Coochie 2019

Les aventures qu’il vit sont à son image. Boris Hurtel a suffisamment de savoir-faire pour écrire une histoire complexe, aux ramifications tortueuses, tout en prenant juste ce qu’il faut de distance pour rappeler que la fiction est d’abord un amusement. Il mélange ainsi les genres - policier, science-fiction, romance - et pourtant s’en moque à peine. Ni parodie, ni hommage, son récit se lit au premier degré, et nous nous surprenons à suivre fébrilement les rebondissements qui jamais ne manquent.

Les références politiques et littéraires permettent d’accentuer cet effet. Maniées avec finesse, certaines d’entre elles permettent d’apporter un peu de profondeur au récit tout en créant une connivence entre l’auteur et son lecteur. D’autres nous rappellent simplement que nous sommes bien dans une bande dessinée, et qu’il ne faut pas prendre tout cela trop au sérieux. Ainsi, une Francette, collègue d’Henri, rappelle vaguement celle du dernier numéro de Dérive urbaine (Une autre image, 2018).

Boris Hurtel nous avait habitué, comme dans ses Contes névrotiques (Une autre image, 2016), à un dessin au trait épais, constitué de taches parfois aux limites de l’abstraction et d’aplats de noir très importants dans la structuration de ses compositions. Il glisse cette fois vers une ligne un peu plus fine, où les visages restent synthétiques, mais où les décors sont un peu plus détaillés et surtout soulignés par des hachures et des trames accentuant les ombres et apportant une plus grande variété de textures.

L’Avenir est ailleurs - il faut suivre attentivement l’enquête d’Henri pour comprendre ce titre - est une histoire plaisante, au scénario habile et étonnant, qui se joue des codes de genre et rend attachant un personnage somme toute banal. Le graphisme fondé sur les trames comme le format réduit mais à forte pagination renvoie aux bandes dessinées « de poche », de large diffusion à une époque mais aujourd’hui délaissée, et auxquelles Boris Hurtel redonne une certaine noblesse.

L'Avenir est ailleurs, de Boris Hurtel from The Hoochie Coochie on Vimeo.

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

L’Avenir est ailleurs - Par Boris Hurtel - The Hoochie Coochie - conception graphique : Yoann Constantin - 12,8 x 18 cm - 312 en noir & blanc - couverture souple avec rabats - parution le 10 septembre 2019.

Consulter le site de l’auteur.

- Résidence & exposition « L’Avenir est ailleurs »
Du 5 octobre 2019 au 30 août 2020
Musée d’art et d’histoire Paul Eluard
22 bis rue Gabriel Peri
93200 Saint-Denis

- Exposition « Contes névrotiques »
Du 5 octobre 2019 au 23 novembre 2019
Médiathèque Centre-Ville
4 place de la Légion d’Honneur
93200 Saint-Denis

Lire également sur ActuaBD :
- Contes névrotiques - Par Boris Hurtel - Éditions Une autre image
- "Francette" par le collectif Dérive urbaine : vie réelle et vie imaginée d’une femme du XXe siècle
- Festival The Hoochie Coochie Circus #5 les 15 et 16 juin à Paris

  Un commentaire ?