dBD n° 129 : Vingt ans et plus !

17 décembre 2018 0 commentaire
  • Vingt ans ! Vingt ans que Frédéric Bosser ne ménage pas sa peine pour animer la revue créée en 1998. Une aventure éditoriale qui ne manque pas d’audace encore aujourd’hui, quand on mesure les difficultés de la presse écrite.

Après quelques tâtonnements dans les changements de formule, du genre dossier en passant par des changements de titre (Bulldozer) ou de maquette, le magazine a fini par trouver sa vitesse de croisière pour devenir une revue incontournable pour qui souhaite suivre l’actualité du monde des bulles. Notons qu’au cours du temps, l’offre du magazine s’est étoffée avec l’arrivée de deux revues sinon complémentaires au moins accompagnatrices du projet éditorial d’origine : l’Immanquable, plutôt dirigée vers la prépublication, et plus récemment les Arts dessinés, dont l’objet s’oriente davantage vers tout ce qui relève de l’illustration et du dessin. Deux visions qui contribuent régulièrement à resituer la BD comme lieu de rencontre des arts graphiques dans toute leur diversité.

dBD n° 129 : Vingt ans et plus !
L’Immanquable, titre publié en parallèle à dBD dont les spéciaux "Sexe & BD" ne sont sans doute pas étrangers à son succès commercial !

Pour célébrer cet anniversaire, la livraison du journal est particulièrement généreuse, ce numéro double avoisine les 130 pages.
Des pages riches et variées, qui comme d’habitude rendent compte de la vitalité éditoriale du medium. Savoureux dosage entre les classiques incontournables (Juillard, Liberatore, Rosinski..) et une nouvelle génération repoussant encore plus loin les limites du support (Typex, B-Gnet, Bianco).
Sans oublier la part belle à l’image ! Ce qui est bien le minimum pour un magazine traitant de BD ! On appréciera donc la présence dans ces pages d’un florilège des magnifiques variations graphiques réalisées par Steve Cuzor à l’occasion de la publication de Cinq branches de coton noirchez (Dupuis).

Quatre fois vingt ans, c’est aussi l’âge de Superman ! 2018 voit la célébration du fils de Kypton. Oui, l’homme d’acier atteint cette année cet âge canonique ! Le bilan de santé de l’octogénaire sans doute le plus connu de la bande dessinée n’est pas inquiétant, du moins si l’on en croit le tour d’horizon des publications qui accompagnent cet anniversaire. Tour d’horizon des dernières sorties commentées par Philippe Peter.

Deux fois vingt ans, c’est approximativement l’âge de la série Thorgal dont le dernier opus s’accumule dans les bacs, ces derniers jours. Un long chemin sur lequel revient son créateur Rosinski. A la veille de tourner la page (quoique !) le dessinateur s’est confié sur l’itinéraire qui l’a mené de l’Académie des Beaux Arts de Pologne jusqu’à aujourd’hui dans une paisible maison-atelier en Suisse. Retour sur une carrière exceptionnelle dans un long entretien.

Ouvert sur d’autres univers graphiques, soigné et polyvalent le magazine "les Arts Dessinés" trouve peu à peu sa place entre "revues spécialisées" et "tout public".

Vingt ans enfin, c’est aussi à peu près l’âge des jeunes talents primés de la dernière édition de Bédémania, le festival suisse dont la revue est partenaire. Vingt ans, l’âge de la relève ?

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD n°129, numéro décembre-janvier, en vente partout 10€

  Un commentaire ?