Dark Vador : le seigneur noir des Sith T.1 – Par Charles Soule & Giuseppe Camuncoli – Panini Comics

9 août 2018 0 commentaire
  • Nouvelle série centrée sur Dark Vador, mais aussi nouvelle équipe créative et nouveau contexte autour du puissant Sith : le scénariste Charles Soule prend la relève de la précédente, et réussie, série de Kieron Gillen afin de raconter les déboires du personnage après le film « La Revanche des Sith ».

Les premières planches ne laissent pas planer le doute auprès des amateurs de l’univers Star Wars : en retrouvant Dark Vador dans la même situation critique qu’il a été laissé à l’écran par le film La Revanche des Sith, le lecteur comprend que l’on s’apprête à lui raconter les aventures du nouveau seigneur Sith entre les épisodes III et IV.

Après tout, pourquoi pas : mis à part le dessin animé Star Wars Rebels qui a posé quelques jalons sur la question ces dernières années, le scénariste Charles Soule, prenant alors en main le destin du personnage, dispose sur le papier de toute latitude pour mener le projet.

Dark Vador : le seigneur noir des Sith T.1 – Par Charles Soule & Giuseppe Camuncoli – Panini Comics
Le réveil est brutal pour Dark Vador...
© & TM 2018 LUCASFILM

Le scénariste décide ainsi dans cet album de présenter Dark Vador comme un Sith en formation, et non pas comme l’élu de la Force qui serait déjà le puissant seigneur Sith que l’on connaîtrait dans les films originels. L’empereur Palpatine, aussi loquace qu’il l’était en tant que sénateur envers le jeune Anakin Skywalker, décide de guider son apprenti sur la voie menant vers le côté obscur en lui faisant faire une ultime tâche...

Après son combat contre Obi-Wan sur la planète volcanique Mustafar où il avait été laissé pour mort, Dark Vador n’a plus de sabre laser. Il pourrait bien en prendre un sur l’un des nombreux cadavres encore frais de Jedi, morts sur l’ordre 66, mais Palpatine lui souligne qu’il ne s’agit pas là d’armes pour un Sith... Pour parachever son chemin vers le côté obscur, Dark Vador doit arracher le sabre laser d’un Jedi qu’il a lui même assassiné, puis parvenir à corrompre le cristal Kyber de ce sabre afin de lui donner une couleur rouge si spécifique aux Sith.

Charles Soule parvient dans cette première intrigue à mener avec efficacité et intérêt son propos. Tout en enrichissant aux périphéries l’univers Star Wars (par exemple, en expliquant la couleur rouge des sabres laser des Sith ou en reliant sa série au propos, et personnages, de Star Wars Rebels), le scénariste parvient à créer un intérêt manifeste pour les premiers pas sur le terrain de Dark Vador, certes puissant mais encore loin de faire la loi sans encombre dans la galaxie.

En retrouvant la piste loitaine d’un Jedi, à la philosophie obligatoirement inédite pour expliquer son absence de la liste des victimes, Dark Vador va être confronté à une faiblesse relative face à ce nouvel adversaire, une faiblesse issue de sa maîtrise encore incomplète de la Force et de son nouveau corps marqué par la mécanique. C’est assurément ce premier choc qui donne un intérêt certain à cet album car il éprouve beaucoup, dans le propos et visuellement, le personnage principal.

Comme face à Obi-Wan, Vador comprend qu’il y avait encore de la marge entre lui et les Jedi plus expérimentés.
© & TM 2018 LUCASFILM

En ce qui concerne l’écriture des personnages, elle est menée de manière tout aussi efficace. Ainsi, Dark Vador doit combattre lors de certaines épreuves un attrait qu’il pourrait avoir pour le côté clair de la Force ; tout en apprenant à vivre dans la crainte d’un empereur Palpatine qui est encore bien trop puissant pour être inquiété et ainsi venger la mort de Padmé. Palpatine bénéficie lui aussi d’une écriture efficace qui le rapproche des canons de maître manipulateur qu’on peut lui prêter après les épisodes I à III.

Si on ajoute au crédit de cet album le très joli travail du dessinateur Giuseppe Camuncoli, dont les planches pour les séquences portées sur l’action sont très agréables à suivre, Dark Vador : le seigneur noir des Sith se révèle être à nos yeux une agréable surprise estivale. Une lecture à conseiller en priorité pour les aficionados de Star Wars, encore plus pour les lecteurs parmi eux qui souhaitent davantage découvrir les coulisses de l’univers des Sith et du côté obscur de la Force.

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Dark Vador : le seigneur noir des Sith | L’Élu. Par Charles Soule (scénario) et Giuseppe Camuncoli (dessins). Traduction de Makma/Mathieu Auverdin. Panini Comics, collection 100% Star Wars. Sortie le 4 juillet 2018. 144 pages. 18,00 euros.

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?