Disparition de Fred Funcken, chantre de l’épopée historique

17 mai 2013 16 commentaires
  • C'est un des doyens de la bande dessinée franco-belge qui nous a quittés hier, le jeudi 16 mai 2013. Fred Funcken restera l’emblème d'une collaboration exemplaire avec son épouse Liliane, sur des séries comme "Le Chevalier Blanc", "Harald le Viking", "Jack Diamond" et une grande série de récits historiques cours et longs. Leur série sur les uniformes et les armes de tous les temps reste un marqueur de leur travail colossal.
Disparition de Fred Funcken, chantre de l'épopée historique
Fred Funcken, par Tibet

Fred Funcken est né le 5 octobre 1921 à Verviers. C’est à l’école maternelle qu’il a commencé à faire preuve d’un talent inné pour le dessin. Son rêve était cependant alors de devenir musicien. Entré au Conservatoire, il en sortira d’ailleurs avec un second prix de violoncelle. En 1941, les privations de la guerre l’incitent à user de ses dons pour le dessin afin de gagner sa vie.

Fred Funcken collaborait déjà à Spirou avant la Seconde Guerre mondiale, avant de rejoindre proposé les « Aventures illustrées » (futur Bimbo), où il travailla jusqu’en février 1943, époque de son enrôlement forcé au S.T.O. Comme il l’explique dans l’interview qu’il accorda à Nicolas Anspach en 1998 et que nous reproposions récemment. Il avait alors fait les frais d’un éditeur peu scrupuleux, mais cela lui permit de faire la connaissance de Maurice Tillieux. Même constat d’échec du côté la World Press, l’agence de Georges Troisfontaines qui fournissait une partie éditorial de Dupuis, les critiques de Jijé achèvent de me déstabiliser le jeune auteur qui avait choisi une facture classique de dessin, dans la lignée d’un Étienne Le Rallic ou d’un René Giffey, plus "française" que celle de Jijé, très inspiré par l’école américaine.

"Dégoûté de la BD, j’ai travaillé à l’Innovation, célèbre magasin belge, où j’ai rencontré Liliane, expliquait Fred Funcken. C’est à elle que je dois d’avoir repris la bande dessinée. En 1952, elle me traina littéralement à la World Press où Jean-Michel Charlier, parfaitement au fait de l’indigne traitement que j’avais subi, me donna aussitôt une série d’Oncle Paul à réaliser. Mes productions attirèrent l’attention d’Hergé, qui me fit mettre sous contrat chez Tintin."

Fred et Liliane Funcken
(c) Archives des auteurs.

C’est le début d’un âge d’or pour Liliane et Fred Funcken, où le couple va pouvoir mettre leur passion commune de l’Histoire au service du Journal de Tintin. Tandis que l’ancienne directrice des ventes de ce grand magasin bruxellois écrit de Belles Histoires de l’Oncle Paul pour l’hebdomadaire Spirou, Fred réalise de courtes Histoires authentiques pour le Journal de Tintin. Il ironisait au micro de Nicolas Anspach : "Jacques Martin a dit que le journal Tintin devait être rebaptisé en journal des Funcken. Chaque fois qu’il fallait boucher les trous, qu’un dessinateur était malade…, on nous appelait. Après tout, nous étions deux, c’était le prétexte invoqué par l’éditeur. D’ailleurs, cela nous mettait chaque fois en retard sur nos propres projets…"

Parmi les “dépannages” les plus célèbres, on compte la participation de Liliane et Fred Funcken dans la séquence historique du Piège diabolique de Blake et Mortimer d’Edgar P. Jacobs (1960).

En 1953, les aventures médiévales du Chevalier Blanc [1] vont bouleverser leur destin. Fred, grippé, ne peut terminer l’encrage d’une planche et, bien que n’ayant jamais dessiné, Liliane s’y attelle : le résultat est excellent. Ils décident dès lors de travailler ensemble et deviennent ainsi le premier vrai couple d’auteurs de la bande dessinée franco-belge.

Outre le mythique « Chevalier Blanc », figureront à leur palmarès d’autres séries à succès publiées dans le journal « Tintin » et, en albums, au Lombard, telles les Harald le Viking, Jack Diamond, Lieutenant Burton, Capitan, Doc Silver, La Croisade des Saint-Preux… Du western au moyen-âge en passant par les Vikings ou les récits de cape et d’épées, Les Funcken alternaient avec une déconcertante facilité des épopées aussi fortes que passionnantes.

C’est alors que le couple s’éloigna quelques années du monde de la bande dessinée pour celui de l’illustration, avant d’y revenir avec Napoléon. "On devait faire seulement deux albums qui retraçaient l’histoire des uniformes et armes de Égypte ancienne à nos jours. Mais suite au succès, on nous a demandé d’enchaîner. Avec les éditions anglaises et allemandes, nous avons dépassé les deux millions d’exemplaires vendus. [Nous avons donc réalisé 17 albums de 74 pages des Uniformes et Armes en 17 ans. Sachant que nous prenions un an pour écrire les textes et les illustrer, il nous est devenu difficile de continuer en parallèle la BD et toutes nos séries…"

Notons que les Éditions Hibou ont fait ces dernières années un formidable travail patrimonial, en rééditant bien des travaux des Funcken, y compris les rares et recherchés Uniformes et Armes.

Après la disparition d’Eddy Paape l’année dernière, c’est un autre grand pilier de la BD belge qui vient de nous quitter. Le meilleur hommage consiste à replonger dans les aventures passionnantes et échevelées que les époux Funcken ont réalisées pour nous pendant toutes ces années.

Extrait de "Uniformes et Armes"
(c) L & F. Funcken.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Lire l’interview de Fred & Liliane Funcken ("Le Chevalier blanc") : « Nous étions le service dépannage du Journal de Tintin »

[1Dont le premier volume est scénarisé par Raymond Macherot.

 
Participez à la discussion
16 Messages :
  • Salut,

    La grande équipe du glorieux journal Tintin (époque pré-Greg en l’occurrence) se retrouve encore réduite...
    Sans avoir eu le succès de leurs collègues de l’époque, les œuvres des Funcken étaient d’une qualité indéniable.

    Condoléances à la famille...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Simon le 17 mai 2013 à  14:32 :

      Exact, les Funcken ont eu une carriere exemplaire, loin du brouhaha de la hype branchee. Remercions les editions Hibou d avoir rendu a nouveau disponible leur oeuvre que les editions du Lombard ne souhaitaient plus promouvoir.

      Répondre à ce message

  • J’ai lu Capitan, Harald le Viking et Jack Diamond, mais, des œuvres des Funcken, c’est le Chevalier blanc qui a surtout marqué mon enfance. Je me souviens des aventures de Jehan de Dardemont et de ses compères Taillefer et Laflèche comme si je les avais lues hier. Il y a pourtant cinquante ans de cela !

    Craignez la justice... du Chevalier blanc !

    Grand merci et bon repos, monsieur Fred Funcken. Mes condoléances à madame Liliane.

    Répondre à ce message

  • Disparition de Fred Funcken, chantre de l’épopée historique
    21 mai 2013 05:26, par Claudine Funcken

    Bonsoir, je suis la fille de L&F Funcken. Mon père était non seulement extrêmement doué mais très rapide dans son art, c’est pourquoi on lui confiait les "histoires complètes" lorsqu’une célébrité mourrait, il avait 24h pour retracer son histoire en BD...Je n’oublierai jamais la mort de PIE XII...J’étais toute petite, ma jeune tante se mariait, et il fallait absolument "sortir" les 4 planches (une page BD se nomme planche, est réduite ensuite à l’impression, etc...)J’ai encore du mal à réaliser que mon père ce merveilleux dessinateur spontané, et ce musicien aux 3 prix (1er basson, 1er clarinette, 2è violoncelle...) que mon père ne soit plus sur terre...surdoué, rigolo à se tordre...Il est encore là pour nous...Il ne s’envolera pas comme ça...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Minimum le 22 mai 2013 à  02:47 :

      Mes condoléances à vous aussi, madame Claudine. J’ai une cousine qui porte votre joli prénom.

      Votre père a beau avoir plus de quatre-vingt-dix ans et avoir vécu sa vie, son départ fait toujours mal à ses proches, et c’est bien compréhensible.

      J’ai lu combien vos parents se sont montrés généreux pour leurs collègues (Paul Cuvelier et Edgar P. Jacobs, entre autres) et comme ils étaient appréciés de tous. Dommage qu’ils soient méconnus des plus jeunes générations.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Tamtam le 23 mai 2013 à  09:09 :

      De tout coeur avec toi, Claudine <3
      Tamtam

      Répondre à ce message

  • Disparition de Fred Funcken, chantre de l’épopée historique
    22 mai 2013 16:12, par la plume occulte

    les Funcken,c’est cette BD édifiante et sous contrôle ,qui s’est épanoui surtout dans les kiosques ,passant à côté d’une plus grande reconnaissance malgré un indéniable talent.D’autres auteurs, pleins d’aptitudes également , sont ainsi tenu dans une certaine forme d’anonymat.La faute à une mauvaise déclinaison en librairie et le prestigieux, tout autant que crédibilisant ,album cartonné.Pourtant.

    Roger Kline qui vient de nous quitter était de ceux là.

    On est dans les années 50/60,époque reine du fascicule et des journaux.Là les Funcken donnent le meilleur de leur œuvre bande dessinée.Après une distance s’est crée.Ceci explique un oubli relatif.Dommageable pour les deux auteurs et le lecteur.Des passionnés tentent cependant de renouer les fils.Bénédiction.Pour les Funcken et tout les autres auteurs qui n’ont pas démérité.

    On est ici ,pour la plupart de ces dessinateurs,dans une conception classique du récit dessiné ,en inspiration directe avec le travail d’un Alex Raymond .Mâtinée d’une pointe plus ou moins prononcée de Milton Caniff.C’est beau.Surtout en noir et blanc.Même si un peu vieilli.Une BD qui doit beaucoup visuellement aux illustrateurs américains d’une certaine époque.

    Une BD plus récente et pleine de (h)auteurs ,a,elle,pillé consciencieusement le travail des illustrateurs des pays du nord et de l’est.De la même époque.Plus ou moins.C’est nouveau on vous dit !Peut être ici.

    Fred Funcken, qui n’aimait pas encrer , parce qu’il avait l’impression de refaire une seconde fois le même dessin très crayonné est ,lui, typiquement de chez nous.À comparer avec le grand Victor De La Fuente qui disait joliment :"travailler surtout à l’encre ,sur les insinuations de son crayon ,pour la spontanéité du rendu"

    On est quand même étonné par cette histoire où Liliane Funcken devient encreur de son mari .Du jour au lendemain.Au pinceau(!) .De manière professionnelle .Sans compétences particulière avant.Oui étonné.

    Fred et Liliane Funcken,des auteurs victimes du connoté travail de commande en opposition au trop surfait travail d’auteur.

    Comme si la différence était si grande.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 22 mai 2013 à  22:24 :

      Une BD plus récente et pleine de (h)auteurs ,a,elle,pillé consciencieusement le travail des illustrateurs des pays du nord et de l’est.

      J’ai lu votre message avec attention et intérêt mais là je ne vois pas où vous voulez en venir ni à qui vous faites référence. Merci à l’avance de préciser à l’occasion.

      Répondre à ce message

      • Répondu par RAMAIOLI Georges le 23 mai 2013 à  16:45 :

        Presque tous les dessinateurs qui ont enchanté notre enfance, certains qui ont crée des vocations sont hélas presque tous partis pour un Valhalla des grands
        émerveilleurs...Rêveurs plus que guerriers...Fred FUNCKEN puis les inséparables FRED et LILIANE ont été des modèles pour moi comme pour beaucoup ,de BD réaliste, sourcilleuse du détail historique, sans jamais tomber dans la raideur et le maniérisme...J’aurais tant aimé les rencontrer.. au contraire de tant d’autres qui m’épataient dans TINTIN et SPIROU que j’ai cotoyé plus tard, je n’ai jamais eu la joie de voir les "FUNCKEN"... Quand j’en parlais à leur collègues, ils me disaient qu’ils ne fréquentaient que peu les salons BD...Assez déçus par le peu d’impact de leurs albums...MARTIN était assez méchant avec eux, disant qu’ils bâclaient trop..La quantité aux dépens de la qualité...Quand on voit la baisse de qualité des divers produits encore labellisés MARTIN...ça laisse sceptique..
        Leur formidable encyclopédie des armes et costumes a été, est, et sera encore longtemps un outil sensationnel pour les auteurs de BD historique (malgré tout ce que l’on peut trouver sur internet)...J’ai prêté beaucoup de ces ouvrages à mes collègues dessinateurs, ils ne me sont pas tous revenus, et maintenant, certains coûtent un bras !!! Pour du travail de "bâcleurs" joli pied de nez du marché !!!
        Une anecdote..J’ai acheté , il y a plus de 20 ans à un brocanteur une grosse collection de reliures du journal TINTIN Belge, toutes à l’état neuf à l’exception de tampons de l’édition, exemplaires offert aux auteurs, et de celui de Fred FUNCKEN avec son adresse..Il y avait aussi des jeux, concours et questionnaires, remplis par une petite fille ( un article au dessus me rappelle qu’elle s’appelle Claudine)
        c’était assez touchant quand elle marquait : profession des parents ; Dessinateurs de bandes dessinées...J’ai écrit à cette adresse, pour au moins dire mon admiration, mais sans retour..J’ai longtemps envié Didier CONVARD
        d’avoir travaillé avec Mr et Mme FUNCKEN...
        Je présente mes condoléances à Madame Claudine et à sa maman...
        Et je continue ma quête des ouvrages Funcken qui me manquent encore..
        GR
        autre "snif" pour un auteur trop discret KLINE parti presque en même temps

        Répondre à ce message

        • Répondu par claudine Funcken le 30 novembre 2013 à  23:14 :

          ...Bonsoir, je reviens ici un peu par hasard, et suis très touchée par vos propos. (C’est vrai, je n’avais pas le droit de participer aux concours du journal Tintin...Mais je remplissais les bons !) Si vous n’avez pas eu de réponse de la part de mes parents, c’est qu’ils étaient rarement à leur domicile officiel, on étaient tout le temps en voyage. :-)

          Répondre à ce message

      • Répondu par la plume occulte le 24 mai 2013 à  12:53 :

        Disons pour faire au plus simple et sans entrer dans les détails, qu’une certaine BD de "création" et "nouvelle" ou en tout cas vendue comme telle a, beaucoup ,puisé dans le répertoire d’ illustrateurs et graphistes britanniques,allemands ,autrichiens,russes,hongrois ,tchèques etc...etc..

        Artistes qui ont œuvré pour divers supports et sujets:journaux satiriques,illustration de contes et légendes du monde entier,images façon Epinal,BD,poèmes....Comme il était courant à une certaine époque.

        Vaste sujet on le devine !Pour le reste et les corrélations intimes,pour ne pas dire plus,avec certains grands novateurs:il appartient à chacun de faire le tri .

        Un lien pour se faire un début d’idée :

        http://www.coconino-world.com/mng_world.htm

        Répondre à ce message

        • Répondu par Alex le 24 mai 2013 à  19:03 :

          Merci. C’était le terme "pays du nord" qui me faisait m’interroger, je pensais Scandinavie.

          Répondre à ce message

  • Encore un grand auteur qui disparait....après plus de soixante ans de carrière. Le dessin et le talent permettent de perdurer, mais pas d’être éternel. Je trouve tout de même déplorable que la plupart des albums de Fred Funcken soient actuellement disponibles dans des tirages de l’ordre de 1000 exemplaires, voire moins (editions Loup, Hibou et autres minuscules éditeurs wallons). Un comble pour un auteur qui a publié pendant des décennies pour le glorieux journal de Tintin....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Ludovic Charme le 27 mai 2013 à  13:16 :

      Un autre grand auteur classique est décédé récemment, il s’agit de Kline, pilier de Vaillant puis Pif Gadget, bizarrement actuabd n’en a pas encore parlé.

      C’est très triste, car l’oubli est pire que la mort pour un artiste !

      J’espère que ce sera bientôt corrigé, j’ai confiance. Bodoï et BDZoom en ont parlé, heureusement.
      http://www.bodoi.info/news/2013-05-23/deces-de-kline-le-discret-dessinateur-de-loup-noir/68487

      http://bdzoom.com/63486/actualites/loup-noir-est-definitivement-orphelin/

      Répondre à ce message

    • Répondu le 18 juillet 2013 à  00:44 :

      Je partage complètement votre analyse : Fred Funcken mérite nettement mieux que ces tirages limités : non content d’avoir été l’un des pourvoyeurs les plus prolifiques du journal Tintin, il avait un style inimitable et reconnaissable entre tous. Les éditions du Lombard vont-elles rendre l’hommage mérité à Fred Funcken en publiant, par exemple, une intégrale (c’est à la mode !) ?

      Répondre à ce message

  • je ne sais pas pourquoi, mais...
    26 mai 2013 00:00, par Simon

    la dernière image publiée sur votre hommage (la scéne des éléphants) me fait beaucoup penser à une pleine page de Tanquerelle, dans ses "Voleurs de Carthage". Réminescence involontaire ou hommage ?

    Répondre à ce message