Le Journal de Spirou bientôt dirigé par une femme

16 mars 2017 7 commentaires
  • Succédant à Frédéric Niffle en novembre prochain, Florence Mixhel deviendra la première femme à diriger le Journal de Spirou, tandis que son actuel timonier s’occupera pleinement de nouvelles fonctions éditoriales pour l’éditeur de Marcinelle. Une petite révolution dans le monde très masculin de la bande dessinée franco-belge.
Le Journal de Spirou bientôt dirigé par une femme
Le dernier numéro de Spirou affiche la couleur....

Dans quelques mois, le rédacteur en chef de Spirou, Frédéric Niffle, quittera son poste pour devenir directeur de collection aux Éditions Dupuis. Devenu rédacteur en chef en 2008, réalisant dans Spirou un travail que son éditeur qualifie de « remarquable en termes de résultats économiques mais aussi de contenu  » qualifiant la formule de son journal de « savant dosage d’audace et de respect de la tradition de la BD franco-belge chère à Dupuis, réunit ainsi chaque semaine près de 300 000 lecteurs, de toutes les générations », Frédéric Niffle a incontestablement marqué l’histoire du journal.

Il a réussi en effet à amener dans Spirou une nouvelle génération d’auteurs qui a renouvelé complètement la perception graphique du journal, jusqu’ici attachée à une forme de bande dessinée d’humour traditionnelle ancrée dans les années 1980. « Sa contribution à la marche du Journal a été formidable et la maison Dupuis lui doit beaucoup » dit le communiqué avec un peu de tremolos.

Le passage de relais se fera progressivement : Frédéric Niffle reste en poste jusqu’au 1er novembre prochain tout en mettant la main à ses nouveaux projets, notamment en réanimant le label Niffle Editions racheté naguère par Dupuis. C’est l’actuelle rédactrice-adjointe du journal, Florence Mixhel, recrutée par Dupuis en 2007 et par ailleurs secrétaire de rédaction de Groom, qui prendra sa succession. Les auteurs ne seront donc pas dépaysés.

On notera cependant que pour la première fois, une rédactrice-en-chef prend la tête du fameux hebdomadaire carolorégien. Une révolution en soi. La parité est-elle en marche dans le monde de la bande dessinée ? Sac à papier, ça a bien l’air d’être le cas !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

En médaillon : Florence Mixhel. Photo : Ch-L. Detournay.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • un grand bravo au parcours sans faute de Frédéric Niffle !! Je suis abonné depuis mes 8 ans à Spirou et grâce à son travail j’ai repris plaisir à lire chaque semaine ce magazine ! Bienvenue à Florence Mixhel du coup !

    J’en profite, (parce que ça peut peut-être intéresser deux, trois personnes) avec des amis nous avons interviewer Frédéric Niffle sur son métier de redac’ chef en janvier à Angoulême, le lien c’est ici :
    https://www.radiopfm.com/ecoute-des-emissions/les-gardiens-de-la-bd/article/les-gardiens-de-la-bd-episode-35-spirou-le-dernier-des-survivants?var_mode=calcul
    ( si vous voulez écouter tout de suite l’interview c’est à partir de 0:31:15, attention sur la première question nous avons eu des soucis d’enregistrement ça va mieux à partir 0:33:23 )

    Messieurs d’ ActuaBD, j’espère que vous ne prendrez pas mal cette publicité éhonté.

    Répondre à ce message

  • Tant mieux, parce que pour l’image de la femme dans Spirou, il y a encore du boulot, hein...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 mars à  14:53 :

      Spirou est le premier magazine à avoir eu des héroïnes : Yoko, Natacha, Sophie, Isabelle, Aymone, Jeannette Pointu, Tamara, les nombrils.....

      Répondre à ce message

      • Répondu par Eric B. le 22 mars à  04:27 :

        Des héroïnes... dessinées par des hommes.

        Le lisez-vous actuellement ? Dans l’avant-dernier numéro, la série CaptainZ met en scène un personnage devant raccompagner chez elles des « femmes à poil » dont le sauna a explosé, et qui ne jouent aucun autre rôle que celui de « femme à poil ». Édifiant.
        Même dans L’atelier Mastodonte, il n’y a qu’une dessinatrice, qui joue le rôle de « la fille »...

        À part quelques exceptions, dont la savoureuse série Les ménagères d’Isa, qui développe véritablement un discours féministe, et Les nombrils, qui critiquent au second degré le modèle bimbo, la femme-objet est encore bien présente dans Spirou...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Lusabets le 25 mars à  07:55 :

          Justement, j’attends avec impatience les Mastodontes sur le sujet...
          Curieux de voir leur réactions...

          Répondre à ce message

        • Répondu le 25 mars à  11:22 :

          Espérons que Julien Papelier donnera le droit à Florence Mixhel de "déringardiser" Spirou et de le rendre aux enfants. Féminiser cet hebdo de façon à avoir toujours plus de mixité, ce ne serait pas du luxe.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Zébra le 29 mars à  10:07 :

        Natacha est le genre d’héroïne plus suivie par les hommes que par les femmes.
        D’ailleurs la mixité (en vigueur à l’école depuis longtemps) a-t-elle contribué à réduire le fossé entre les sexes ? On peut en douter.

        Répondre à ce message