Le Rendez-vous de la bande dessinée de Gatineau renaît de ses cendres

8 décembre 2013 0 commentaire
  • Du 29 novembre au 1er décembre dernier, près de 3000 personnes ont franchi les portes de la Maison du Citoyen afin de prendre part au 11e Rendez-vous de bande dessinée de Gatineau. Le public a donc répondu présent à cet événement, qui marquait un improbable retour après une pause de 4 ans.

En effet, malgré une programmation remarquable, l’édition 2009 du Rendez-vous avait connu une assistance réduite de 46% (pour cause, notamment, de grève et de jour férié). S’en sont suivi des problèmes financiers qui, au printemps 2010, ont poussé les organisateurs à mettre le projet dans la glacière de manière indéterminée.

Grâce au travail acharné d’un nouveau comité de relance et de partenaires régionaux, l’événement a finalement pu renaître sous sa forme actuelle.

Le Rendez-vous de la bande dessinée de Gatineau renaît de ses cendres
Impro BD avec Michel Falardeau et Paul Roux
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 92.9 ko
Séance de dédicaces
Photo : Marianne St-Jacques

D’international à québécois

Installé dans un espace plus petit, mais également plus chaleureux, le Rendez-vous de la bande dessinée de Gatineau a laissé tomber l’épithète « international » de son appellation officielle, nous proposant plutôt un événement centré sur la BD québécoise. Et si les éditions précédentes s’étaient distinguées par leurs invités européens de marque, le nouveau RVBDG peut désormais compter sur une industrie locale en pleine effervescence.

JPEG - 46.7 ko
Un dessin réalisé par la présidente d’honneur, Iris
Photo : Marianne St-Jacques

Sous la présidence d’honneur d’Iris, le festival a pu accueillir une quarantaine d’auteurs, dont les coups de cœur du public Zviane, Annie Groovie et Julien Paré-Soleil, mais également les incontournables Michel Falardeau, Jimmy Beaulieu, Philippe Girard, Thierry Labrosse, ou encore Djief. Le festival a également permis de mettre en valeur les nombreuses nouvelles structures d’édition et de diffusion (collectif Front Froid, éditions Pow Pow, La Mauvaise tête, Premières lignes, Neige-galerie, etc.), les auteurs indépendants, ainsi que les étudiants du programme d’études en bande dessinée de l’UQO.

JPEG - 80.1 ko
Zviane au kiosque Pow Pow
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 108.3 ko
Le kiosque des Éditions Pow Pow
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 107.3 ko
Le kiosque du collectif Front Froid
Photo : Marianne St-Jacques

Le Rendez-vous a également permis à l’auteur-illustrateur et artiste-peintre Christian Quesnel d’exposer les planches de son plus récent album Ludwig (Art global et Neige-galerie), un beau-livre à caractère « symphonique » ayant récemment donné lieu à des concerts à Gatineau, de même qu’au Sénat français.

JPEG - 81.6 ko
Exposition "Ludwig" par Christian Quesnel
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 61.6 ko
Exposition "Ludwig" par Christian Quesnel
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 51.3 ko
Exposition "Ludwig" par Christian Quesnel
Photo : Marianne St-Jacques

Une première bédéthèque québécoise

Après avoir dévoilé une rare collection complète du Journal de Spirou en 2008, l’École multidisciplinaire de l’image de l’UQO (Université du Québec en Outaouais) a profité du RVBDG pour dévoiler sa nouvelle bédéthèque québécoise. Grâce au don substantiel du professeur Sylvain Lemay, la bédéthèque mettra au service du public une sélection de publications et documents d’archives, notamment des œuvres rares et/ou patrimoniales. Parmi les pièces de cette collection exclusive, notons la présence de journaux à tirage limité et de fanzines ayant échappé au dépôt légal.

JPEG - 136.8 ko
Lancement de la Bédéthèque quécoise à l’UQO

Le RVBDG a également souligné l’importance historique de la revue Croc (1979-1995), alors que Michel Viau (BDQ, Répertoire des publications de bandes dessinées du Québec des origines à nos jours) et Jean-Dominic Leduc (Mém9ire) sont venus présenter Les Années Croc (Québec Amérique). L’anthologie regroupe les meilleurs moments de la revue qui a notamment permis aux séries Michel Risque, Red Ketchup et Jérôme Bigras de voir le jour, en plus diffuser les œuvres Serge Gaboury, Bado et Garnotte.

JPEG - 42.5 ko
L’animateur Hugues Beaudoin-Dumouchel discute des années Croc avec Michel Viau et Jean-Dominic Leduc
Photo : Marianne St-Jacques
JPEG - 75.8 ko
Le caricaturiste du journal Le Droit, Bado
Photo : Marianne St-Jacques

Un pari réussi

Si on peut déjà conclure que la relance du RVBDG était une réussite (les ventes semblent avoir dépassé les attentes des organisateurs), espérons que le public, les organisateurs et les bénévoles soient de retour l’an prochain, car les festivals québécois de la bande dessinée demeurent l’une des vitrines les plus importantes pour la création, la diffusion et la légitimation de la littérature séquentielle produite ici.

JPEG - 70.1 ko
L’affiche officielle du RVBDG 2013 dessinée par la présidente d’honneur, Iris
photo : Marianne St-Jacques

(par Marianne St-Jacques)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?