"Mon Lapin Quotidien" #1 : L’Association en grand format !

13 février 2017 7 commentaires
  • Depuis ses débuts, L'Association s'exprime grâce à un périodique lapinesque. Celui-ci a connu, au fil des ans, différentes formules. Avec "MLQ" (comprendre : "Mon Lapin Quotidien"), L'Association revient en grande forme, et en grand format.

La revue de L’Association reflète bien les vicissitudes des périodiques de la bande dessinée alternative. Les idées et les projets foisonnent. Les auteurs s’expriment en toute liberté et font feu de tout bois pour repousser les limites de leurs expérimentations graphiques et narratives. Mais les parutions sont souvent inégales et irrégulières, et bien des réalisations enthousiasmantes se révèlent être des feux de paille.

L’Association a ainsi connu ces échos comme ces écueils. Sa revue s’est appelée Lapin (en référence au Lapot de Jean-Christophe Menu) de 1992 à 2011, puis Mon Lapin entre septembre 2013 et novembre 2014. Sa périodicité a considérablement varié selon les périodes, tout comme sa pagination. Les auteurs eux-mêmes, rassemblés autour des fondateurs de L’Association (David B., Lewis Trondheim, Mattt Konture, Stanislas, Killoffer, Mokeït, Jean-Christophe Menu), ont été particulièrement nombreux. [1]

"Mon Lapin Quotidien" #1 : L'Association en grand format !
© L’Association 2017

La revue de L’Association est donc de retour pour une sixième série. Intitulé Mon Lapin Quotidien, le périodique reste construit sur de solides fondations : beaucoup de dessins noir et blanc, en cases ou non, pas mal de textes, de la révolte, de l’ironie, quelques expériences et prépublications. Un charivari pas toujours joyeux mais stimulant.

La principale nouveauté réside dans le format proposé, totalement inédit à L’Association. Douze pages d’un grand format (41 cm sur 58 !) comme peu de journaux osent encore se le permettre. Depuis la vogue du format "tabloïd", certes pratique mais pas toujours esthétique, la plupart des quotidiens ont réduit leur surface de papier. Il n’y a plus guère que l’hebdomadaire à plumes - très en vue en ce moment - qui a conservé ce format privilégié pendant les grandes heures de la presse.

Attention cependant : le titre est trompeur. Mon Lapin Quotidien n’est pas quotidien... mais trimestriel. Pour le reste, L’Association a choisi de s’inspirer des canons de la presse. Composition des pages, éditorial, articles et illustrations, horoscope et courrier des lecteurs donnent l’illusion de lire un titre régional ou national, tant la conception graphique de Rocco s’avère proche des normes de la presse.

PNG - 1.1 Mo
© L’Association 2017

Ce premier numéro rassemble un nombre impressionnant d’auteurs, dessinateurs ou écrivains, vivants ou décédés. Il a toutefois été codirigé par Duhoo et Killofer. Les surprises, souvent très bonnes mais parfois un tantinet décevantes, sont tout aussi nombreuses. L’objectif affiché - sortir des sentiers battus et surtout éviter tous les sujets rebattus par la presse classique - est atteint plus d’une fois.

Parmi les morceaux de choix figurent les dessins extraits des prochaines parutions de L’Association. Le Suédois Max Andersson nous gratifie ainsi de deux pages entières tirées de son prochain livre, lui qui n’avait pas publié en France depuis plus de dix ans ! Ses dessins sombres et son univers de cauchemar trouvent idéalement leur place en plein cœur de la revue. Autre grand et beau moment de lecture, la pleine page de Denis Robert, dont le texte dur et sans concession est à ranger parmi les plus belles intentions de l’autobiographie (ou de l’autofiction ?).

Une fois la surprise du grand format passée, Mon Lapin Quotidien aura malgré tout à choisir une ligne plus claire : mettre l’accent sur les prépublications ou donner encore plus de liberté aux auteurs pour dépasser les bornes de la provocation et de l’expérimentation (au sens esthétique ou politique d’ailleurs, peu importe). Quoi qu’il en soit, 4,50 euros par trimestre pour un bon moment de lecture, ce n’est pas du gaspillage !

PNG - 1 Mo
© L’Association 2017
Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Mon Lapin Quotidien n° 1 - 41 x 58 cm - 12 pages noir & blanc - parution le 13 février 2017 - commander ce numéro chez Amazon ou à la FNAC.

Auteur(s) : Max Andersson, François Ayroles, David B., Thomas Baumgartner, Abdelkader Benchamma, Charles Berberian, Denis Bourdaud, Grégoire Carlé, Chaumaz, Éric Chevillard, Agnès de Cayeux, Dorothée de Monfreid, Julie Doucet, Jean-Yves Duhoo, Jochen Gerner, Emmanuel Guibert, Joko, Killoffer, Andréas Kündig, Hervé Le Tellier, Étienne Lécroart, Laurence Lemaire, Dominique Lestel, Christophe Levaux, Thierry Longé, Nicolas Mahler, Lisa Mandel, Clémentine Mélois, Raphaël Meltz, Jérôme Mulot, Muzo, Thomas Ott, José Parrondo, Vincent Pianina, Placid, Gabriel Rebufello, Anouk Ricard, Anouk Ricard, Denis Robert, Rocco, Stéphane Rosse, Christian Rosset, Florent Ruppert, Olivier Schrauwen, Lars Sjunnesson, Corinne Taunay, Pacôme Thiellement, Jean-Michel Thiriet, Stéphane Trapier, Lewis Trondheim, Vincent Vanoli, Fabio Viscogliosi, Aurélie William-Levaux.

[1Pour plus de détails sur le nombre et le rythme des parutions, voir ici sur Lapin, ici sur Mon Lapin et pour une synthèse pratique.

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  7 Messages : Participez à la discussion
  • "Mon Lapin Quotidien" #1 : L’Association en grand format !
    13 février 13:57, par Laurent Colonnier

    Ce sont des petits joueurs, au moins quand Charlie est passé quotidien avec Charlie Matin ils ont parus tous les jours... bon, que pendant 3 jours, mais ça a été quotidien quand même.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Frédéric HOJLO le 13 février à  15:56 :

      Je crois qu’il ne faut pas tout mélanger. L’Asso et Charlie n’ont pas du tout les mêmes objectifs. Si le mot "quotidien" apparaît, c’est en référence au format utilisé et à une certaine presse, plutôt en voie de disparition il faut bien l’avouer. Mais le projet de L’Association n’est vraiment pas de nous informer au jour le jour.

      (Sinon, "petits joueurs", ce n’était pas utile et ce n’st pas très digne. Mais vous avez l’habitude d’assumer vos propos. Dont acte.)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 13 février à  21:27 :

        C’était ironique.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Frédéric HOJLO le 13 février à  21:52 :

          Oui, c’est cela. Mettez des smileys, je vous comprendrai mieux.

          Répondre à ce message

      • Répondu par Samuel le 15 février à  09:39 :

        Euh, par ailleurs, on peut supposer, sans trop de risques, que le titre a en grande partie été choisi pour faire un jeu de mots !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 16 février à  17:39 :

          Pas du tout, il a été choisi au hasard. Comme un lapin qu’on sort d’un chapeau.

          Répondre à ce message

        • Répondu par Kamen Rider le 18 février à  07:35 :

          ... ou une référence à Marcel Duchamp (au hasard).

          Répondre à ce message