« Titeuf – À fond le slip ! » : l’album le plus intelligent de la rentrée

5 septembre 2017 1 commentaire
  • L’album est rose-bonbon, l’humour potache. On retrouve au bout du 15e round et avec plus de 25 ans de carrière le gamin à la mèche rebelle et ses copains. C’est le best-seller des éditions Glénat, une grosse machine commerciale.. Et pourtant, c’est peut-être l’album le plus réussi et le plus pertinent de la rentrée.
« Titeuf – À fond le slip ! » : l'album le plus intelligent de la rentrée
Zep, critique, caustique, jamais blessant, et les yeux ouverts sur le monde.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Zep n’a pas la grosse tête. Lorsqu’il vient à la Fête de la BD, ce n’est pas pour gravir les marches du Palais des Beaux-Arts (elles n’existent pas) ou fouler un tapis rouge (pas davantage présent) mais pour rendre hommage à Marcel Gotlib en présence de son ami Fred Jannin. Les séances de signature le gavent, le cérémonial des prix aussi, mais il a la contrariété aussi discrète que les banques helvètes. Il ne prend pas la pause à pourfendre le « tout commercial », ni à invectiver les « journalistes-qui-n’y-connaissent-rien » à grands coups de menton. Ses nouveautés ne sont pas en toc. Il n’est pas non plus du genre à faire une conférence de presse pour montrer une malheureuse couverture ou une case débitée au compte-goutte comme si l’on avait affaire à un inédit de Léonard de Vinci.

On pouvait s’attendre aussi qu’après un tel succès qui se compte en millions d’exemplaires (c’est le deuxième plus gros tirage francophone après Astérix), qu’il courre comme d’autres les plateaux TV pour s’entretenir à propos de n’importe quoi comme un oracle des Temps modernes, ou à courtiser les producteurs de cinéma pour lancer chaque année un film qui aurait coûté 200.000 smics… Il n’est pas comme cela, Zep. C’est un garçon tranquille et sain comme les Alpes suisses, heureux d’être à sa place.

Titeuf T.15 - "A fond le slip !" (Ed. Glénat)
© Zep / Glénat

Une nouveauté pertinente

En revanche, ne comptez pas sur lui pour sacrifier pour quelques carambars son talent ni sa conscience. Le dernier Titeuf n’évacue aucun tabou, abordant la question de la sexualité, des attentats islamistes, du complotisme racoleur des réseaux sociaux, le problème des migrants, des combats d’arrière-garde contre l’avortement par certains groupuscules intégristes, de la pédophilie… toutes choses qu’un gamin de dix-douze ans comme Titeuf découvre en regardant la TV, Google Actualités ou les réseaux sociaux, ou en assistant aux conversations des adultes.

Dans Titeuf, rien de vulgaire, rien de formaté, d’englué dans le politiquement correct ou son contraire qui revient au même, le politiquement transgressif. Zep sait très bien repérer les raisonnements qui marchent sur la tête. Dans Titeuf, il y a de l’humour, de la critique, une once de « potachologie » (cette science inventée par René Goscinny et portée au rang des Beaux-Arts par Cabu et Gotlib) et surtout un regard qui ne passe pas à côté de son époque. Chez Zep, il y a le talent de la bienveillance alors que chez tant d’humoristes la plume est cruelle et l’empathie absente.

Titeut T. 15 - "A fond, le slip !" (Ed. Glénat)
© Zep / Glénat

Il faudra un jour que l’on s’intéresse à son trait virtuose, modeste, génial dans le traitement des sujets, et d’une infinie justesse. Avec cet album-là, Zep nous offre sans doute l’ouvrage le plus intelligent, le plus sensible et le plus culotté de la rentrée 2017.

Titeut T. 15 - "A fond, le slip !" (Ed. Glénat)
© Zep / Glénat

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :