Angeline - T3 : White Christmas - par Blondieau, Summer & Fino - Soleil

7 juillet 2006 0 commentaire
  • Après un premier diptyque, Angeline repart sur un nouveau cycle. Les médiatiques scénaristes ont gardé la même recette: celle d'un polar road movie de série B.

Juliet Nash a mis sa haine des hommes au service des femmes en leur proposant ses talents de détective privé, voire de tueuse à gages, sous couvert d’un site Internet baptisé "Angeline". Mais depuis qu’elle a récupéré la garde de sa fille, Juliet laisse à KatieLynn, sa nouvelle partenaire, le soin de s’occuper des contrats d’une certaine violence...

L’actrice Adeline Blondieau et le réalisateur Eric Summer poursuivent tranquillement leur carrière de scénaristes de bande dessinée. Dans White Christmas, les auteurs délaissent un peu Juliet au profit du personnage de KatieLynn. C’est donc autour des retrouvailles avec le père de KatieLynn que se noue l’intrigue. Juliet, elle, ne sait plus trop comment se placer, hésitant entre recommencer une nouvelle vie avec sa fille et continuer son métier qui ne lui permet pas de s’affranchir de toutes violences. Les états d’âmes des protagonistes ne sont pas toujours totalement convaincant.
Serge Fino (Les Ailes de Phaéton, Starblood) a succédé à Sébastien Goethals dès le deuxième tome d’Angeline. Il livre un dessin et un découpage honnêtes mais qui ne déclencheront pas les passions. Au rayon des détails, les larmes restent toujours difficiles à dessiner...

Angeline laisse une impression mitigée, celle d’une série au scénario et au dessin convenables mais sans plus. Une série B en sorte...

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?