"Au Tribunal des couples", une nouvelle enquête réussie de la collection Sociorama

24 février 2020 0 commentaire
  • Nouvelle sortie remarquable de la collection Sociorama, au coeur des tribunaux chargés des dossiers de séparation. Un équilibre subtil entre la réalité du travail et la charge psychologique qui pèse sur les professionnels.

C’est bien elle qui fait tourner la boutique. Malika, greffière impliquée, travaille tous ses dossiers avec un sérieux constant. Et elle apprécie "sa" juge, expérimentée mais pas blasée. Au moment de son départ, et de l’arrivée d’un nouveau magistrat, plus jeune et peut-être moins investi, Malika s’inquiète. D’autant que côté famille, son époux gendarme ne semble pas prêt à abandonner ses missions lointaines.

Ce remarquable opus aurait pu se contenter d’aligner les situations poignantes qui se succèdent dans les bureaux du tribunal, à la façon d’un Depardon (Flagrants Délits, 1994 [1]). Mais les auteurs, en alternant le ressenti de la greffière, profondément attachante, avec les affaires successives, créent une empathie qui augmente encore l’intérêt. Car on se rend compte à quel point son travail va faire écho à sa propre vie, en toute fin de volume...

"Au Tribunal des couples", une nouvelle enquête réussie de la collection Sociorama

Toujours basés sur des enquêtes sociologiques sérieuses, les albums de Sociorama s’appuient sur des ouvrages approfondis. La source de la BD est parue en 2013 chez Odile Jacob, et s’appuyait sur 3 ans de recherche et ... 400 dossiers judiciaires. Un ouvrage militant, qui voulait d’ailleurs montrer une forme de reproduction des inégalités dans les décisions du juge.

L’adaptation de Casterman trouve sa réussite dans la mise en forme de ces cas de divorce, qui sans cesse nous arrivent par le prisme du travail du -nouveau- juge et de la greffière Malika. Une relation, qui elle-même, mériterait une vision sociologique. Mais avant tout ce qui frappe, c’est la force de ces drames de couple, tendus, violents, parfois pathétiques, et les réactions des professionnels. L’humour du trait de Virot, qui va à l’essentiel avec un trait minimaliste, met à distance la tension extrême du récit, et valorise les textes.

Finalement, malgré la qualité de cet album, on aimerait quelques éléments chiffrés, des sources, pour aller plus loin. Il faut savoir, par exemple, que 45% des mariages finissent par un divorce en France, dont 55% résultent d’un consentement mutuel. [2]

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Au Tribunal des couples - Par Baptiste Virot et le collectif Onze - Casterman

[1des plans fixes de justiciables, mais uniquement des actes de délinquance pris sur le fait, d’où le titre

  Un commentaire ?