Confinement : Vers une réouverture progressive des librairies de bande dessinée ?

24 avril 2020 11 commentaires
  • La date du 11 mai a été fixée par le Président Macron pour une fin progressive du déconfinement. La parenthèse du Coronavirus n’est pas fermée et elle va se prolonger encore quelques mois, mais la filière du livre, comme bien d’autres, est sur le point de collapser, elle ne peut plus attendre. Dès lors que les gestes-barrières et les conditions de sécurité sont préservées, pourquoi les librairies ne réouvriraient-elles pas progressivement ? La profession est en train de s’y mettre. Certains ont déjà pris les devants.

Dans mon précédent billet daté du 8 avril 2020, les nouveaux croyants de la santé publique me répondant dans le forum se complaisaient à prendre les citoyens comme des enfants assez débiles pour risquer leur vie en allant acheter des livres chez des libraires aussi irresponsables qu’eux. Il ne fallait pas selon eux que les libraires rouvrent !

Pourtant, je réaffirmais dans le même article les précautions à prendre : distanciation, masques, lavage des mains, gestes barrières, éviter les rassemblements inutiles… Je pointais la solution du « take away » avec, comme dans les pharmacies, une guérite de protection, des gants, du gel… Comme c’est le cas aujourd’hui dans les grandes surfaces. Alors oui, c’était jusqu’ici acté par le gouvernement, le livre n’était pas nécessaire, les libraires, les éditeurs, les imprimeurs et les auteurs non plus. Il est vrai que nous avons tous dans nos bibliothèques des livres qui mériteraient d’être lus et relus, alors on peut bien attendre quelques jours.

Mais à l’avenir ? « Réfléchir à long terme est une mauvaise méthode pour résoudre les problèmes économiques, professait le grand économiste John Maynard Keynes. Car à long terme, nous serons tous morts. » La sentence est connue. Effectivement, c’est de court terme qu’il faut parler. Pourquoi attendre le 11 mai pour remettre la machine du livre en route ?

« Faut-il s’attendre à des faillites ou à une vague de licenciements ? Oui, sur les deux points » déclarait cette semaine à Livres-Hebdo Vincent Montagne, président du Syndicat National de l’Édition et du groupe Média-Participations, propriétaire de Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana et Urban Comics. Et de préconiser pour les industries culturelles et créatives un plan de « 8 à 10 milliards d’euros pour éviter un désastre économique. » Sachant qu’à la rentrée, d’ores et déjà : «  Il y aura moins de titres. Et aussi certainement moins d’éditeurs… »

Confinement : Vers une réouverture progressive des librairies de bande dessinée ?
Vincent montagne (président du Syndicat National de l’Edition) « Faut-il s’attendre à des faillites ou à une vague de licenciements ? Oui, sur les deux points. »
Photo ; D. Pasamonik (L’Agence BD)

Contre-mesures

Dès lors, il faut arrêter de chipoter et mettre en place dès à présent des moyens de relancer l’activité, surtout pour les petites structures. Car si la logistique fonctionne de façon sécurisée pour Amazon, pour la FNAC ou pour La Poste, chacun mettant en place les stratégies d’une économie de guerre, pourquoi ne le pourrait-on pas pour les petits éditeurs et les librairies indépendantes ?

Le réseau de Canal BD (plus de 100 points de vente spécialisés) maintient jusqu’à ce jour la fermeture de ses points de vente. Grand bien lui fasse ! Pourtant, depuis le 21 avril 2020, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, ont déclaré encourager le « click & collect », l’achat à distance et le retrait de commande ou la livraison pour les points de vente qui n’auraient pas l’autorisation de recevoir du public en raison du Covid-19. La chose figure en clair sur le site du Ministère de l’économie. : « Les activités d’achat à distance et de retrait de commande « click & collect » ou bien de livraison sont conformes à l’article 8 du décret du 23 mars 2020, sous réserve de l’application des mesures barrières. Elles constituent un relais d’activité précieux pour les commerçants en cette période. »

Sur le site de Canal BD : livraisons après le 11 mai ?

Débrouille

Les distributeurs de BD ont compris le mot d’ordre. Déjà Madrigall (Casterman, Futuropolis, Denoël Graphic…) ou MDS (groupe Média-participations) se sont remis à fonctionner avec, pour Madrigall, la possibilité d’une livraison logistique directe au client, en toute transparence, pour une commande effectuée auprès d’un libraire. Le petit diffuseur indépendant Makassar n’a jamais cessé son activité logistique avec une équipe réduite respectant les conditions sanitaires, les envois se faisant La Poste, GLS ou à disposition au comptoir pour les libraires de Paris et de la région parisienne.

Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

De nombreux points de vente à Paris ou en province, comme La Réserve à Bulles à Marseille, BDLib à Evreux, Le Comptoir de la BD à Boulogne-Billancourt ou Hisler BD à Metz ont d’ores et déjà mis en place leur « Drive-In ». Le système consiste à proposer au client de passer commande sur le site de la librairie, de payer par carte bleue, puis de se faire livrer les ouvrages ou être invité à venir les chercher à un guichet sécurisé dans un créneau horaire défini une ou deux fois par semaine.

C’est de la débrouille, mais cela permet d’attendre l’échéance du 11 mai dont on ignore de toute façon quelles seront les conditions d’application. Hauts les cœurs !

Certains libraires, comme ici le Comptoir de la BD à Boulogne-Billancourt, sont prêts.
Page Facebook / Capture d’écran.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Confinement : Vers une réouverture progressive des librairies de bande dessinée ?
    24 avril 09:28, par Bruno Fermier - Délégué Général du GLBD

    "Le réseau de Canal BD (plus de 100 points de vente spécialisés) maintient jusqu’à ce jour la fermeture de ses points de vente" : Pour être précis, le Groupement a effectivement préconisé (et non imposé) à ses coopérateurs de conserver les librairies fermées, dès le début du confinement... jusqu’à ces derniers jours. Aujourd’hui, la préconisation est de mettre en place, pour ceux qui le peuvent et le souhaitent, une offre commande et retrait (click and collect). Les premières expériences des uns et des autres, permettent d’ailleurs d’enrichir chacun des meilleures pratiques à suivre. Il y a de fortes chances que cette offre perdure, même après l’arrêt du confinement, car nul ne sait exactement à ce jour, dans quelles conditions et contraintes, les réouvertures des librairies au public auront lieu. Comme chacun, nous nous adaptons donc à la situation et continuons de soutenir nos membres, ainsi que la profession, en participant activement aux échanges menés par le SLF. Et nos adhérents ont grand plaisir de renouer le contact avec leurs clients et répondre, dans la mesure du possible (réassort en stock pas encore évident partout), à leurs attentes.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bruno Fermier - Délégué Général du GLBD le 24 avril à  10:47 :

      Les librairies Canal BD proposant le service commande et retrait : https://www.canalbd.net/canal-bd

      Répondre à ce message

      • Répondu par Seb le 24 avril à  12:44 :

        Il est triste de voir qu’il aura fallu une crise de ce type pour que de nombreux libraires se rendent compte de l’importance d’avoir une possibilité de commande de leurs titres sur internet. Amazon n’a assis son hégémonie jusqu’à présent que parce que tous les acteurs lui en ont laissé le champ libre, et c’est bien triste. Le net aujourd’hui est un outil indispensable dont bien peu de points de vente peuvent se passer.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Bruno FERMIER Délégué Général Canal BD le 25 avril à  09:23 :

          Pour info, le Portail Internet Canal BD (https://www.canalbd.net/canal-bd) existe depuis plus de 10 ans maintenant et il est de longue date, possible d’y passer des commandes, en choisissant sa librairie préférée, de recevoir les albums chez soi ou bien, tout simplement, de venir récupérer ceux-ci directement en librairie.

          Répondre à ce message

  • … Je suis très curieux de connaitre la suite de l’histoire entre le forcing des lobbies financiers et les réponses des professionnels de santé s’activant depuis 2 mois dans les hôpitaux face à une possible 2ème vagues cataclysmique !

    Monsieur Media participation est plutôt préoccupé par son désastre économique que le désastre humanitaire !!! Il envisage peut-être d’importer du personnel de santé de Chine pour renforcer les équipes soignantes déjà sur les rotules ??

    Répondre à ce message

  • … Ce grand manitou est angoissé à l’idée d’affronter les négociateurs de Amazon pour écouler toute sa camelote du divertissement !!!

    C’est très important pour lui et sa confrérie de faire ouvrir en grande pompe les librairies.

    Les entrepôts de Amazon pourront redémarrer à fond les manettes !!!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 27 avril à  17:36 :

      Il me semble que c’est le contraire ; si la confrêrie (comme vous dites) constate la réouverture des librairies, les clients n’ont plus aucun intéret à aller commander chez amazon.
      D’autre part : depuis quand la BD est de la camelote de divertiissement ?

      Répondre à ce message