Confinement : les images prophétiques de Jean Van Hamme et de Griffo

18 mars 2020 2 commentaires
  • Le 8 novembre 1984 paraissait dans Spirou une série de courts récits signés par le scénariste Jean Van Hamme et le dessinateur Griffo. Elle était intitulée « S.O.S. Bonheur » (Éditions Dupuis). Son sujet ? Qu’advient-il si l’ « État providence » s’applique si bien à faire le bonheur de ses citoyens que ceux-ci sont obligés de se protéger sous peine d’amende ? Un sujet, on le voit, très contemporain…
Confinement : les images prophétiques de Jean Van Hamme et de Griffo
Dans Spirou, dès 1984...

Jean Van Hamme -du fait de son succès (Largo Winch, XIII, Thorgal…)- apparaît quelquefois trop commercial aux yeux d’observateurs inattentifs. Suspect de faire « de la soupe », des récits pour lecteurs décervelés. C’est un procès injuste car, souvent au contraire, il y a dans ses récits une observation aigüe des travers de notre temps.

À ce titre, la série S.O.S. Bonheur (1984, Dupuis) apparaît comme une création essentielle, programmatique pourrait-on dire de son œuvre future. Elle était dessinée par un jeune dessinateur flamand, Werner Goelen, alias Griffo, alors inconnu du grand public. C’est Philippe Vandooren, éditeur et rédacteur en chef de Spirou qui le présenta à celui qui était déjà le scénariste de Thorgal.

S.O.S. Bonheur de Jean Van Hamme et Griffo. Un album prophétique.
© Ed. Dupuis.

Cette suite de nouvelles avait été conçue pour la télévision française qui n’en avait pas voulu : « L’atmosphère n’était pas à la contestation, commentait alors Jean Van Hamme. Or, dans ces espèces de contes […], je mets en cause la conception du bonheur dans une société imaginaire, fortement étatisée. À mon avis, notre vie est tributaire de toute une série de règles administratives, et le bonheur nous est donné d’en haut. Je voudrais montrer à quel point la surprotection par l’État entraîne nécessairement des absurdités. Et quand le bonheur devient une affaire d’État, la liberté s’en ressent… »

S.0.S. Bonheur de Jean Van Hamme et Griffo. Une résonance très contemporaine.
© Ed. Dupuis

Ces mots, prononcés en 1984, ont une étrange résonance aujourd’hui : les citoyens qui ne se protègent pas assez se voit retirer par l’État et son bras armé, la Sécurité Sociale, une partie de leur salaire. La répression est omniprésente, la vie quotidienne des citoyens est gérée par l’État. Ceux-ci peuvent certes reprendre leur liberté, décider de ne pas être couverts, mais cela les déclasse rapidement, en fait des parias.

Loin d’être une critique des régimes collectivistes, cet album est une réflexion profonde sur ce qu’est le bonheur dans une société et les aberrations que peut générer une société "civilisée".

L’héroïne disparaît tragiquement après son arrestation en flagrant délit dans le cambriolage d’une pharmacie où elle essayait de dérober le médicament qui guérirait sa fille atteinte par le tétanos. Brrr...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

S.O.S. Bonheur l’Intégrale - Par Jean Van Hamme et Griffo - Éditions Dupuis - 192 pages - 30€

LIRE AUSSI SUR ACTUABD.COM

- "Quand Jacques Martin évoquait déjà dans Lefranc un « super-virus » dès 1964…" (14 mars 2020)

- S.O.S. Bonheur, saison 2 - volume 1 - Par Griffo & Desberg

 
Participez à la discussion
2 Messages :