Désaccord entre les Critiques de BD et le Festival d’Angoulême.

5 novembre 2003 1 commentaire
  • Lors d'[un précédent article->http://www.actuabd.com/article.php3?id_article=911], nous vous rapportions la volonté du Festival d'Angoulême d'exclure de la cérémonie officielle les prix qui n'émaneraient pas de son propre jury, notamment les très légitimes « Prix de la Critique » et « Le Prix des Libraires ». Il semble malheureusement que, sur ce point, les rapports entre le Festival et l'Association des Critiques BD (ACBD) tournent à l'affrontement.

A l’issue de la réunion plénière de l’ACBD, la direction de l’Association répond à la lettre que Jean-Marc Thévenet, le directeur du Festival, leur avait écrite le 24 octobre dernier. Nous avons pu nous procurer le texte de cette réponse signée par Gilles Ratier, le Secrétaire Général de l’Association. Elle prend acte de la décision du Festival et « déplore cet état de fait, qui rompt une longue politique de partenariat entre son association et le Festival d’Angoulême, en ce qui concerne le Prix de la Critique ».
Sur la question d’annoncer le lauréat du Prix de la Critique lors de la conférence de presse du Festival qui aura lieu le 9 décembre prochain (une suggestion de Jean-Marc Thévenet), l’Association répond qu’elle est « techniquement envisageable, compte tenu de la nouvelle procédure de vote mise en place cette année par l’ACBD, [mais] elle ne saurait être effective sans un accompagnement de remise officielle au cours de la cérémonie de remise des prix du festival d’Angoulême. »

« Parasitage »

Dans sa lettre, le directeur du Festival utilisait le terme de « parasitage » pour évoquer les Prix issus des jurys indépendants du Festival. L’ACBD se porte en faux contre cette assertion précisant que « La remise du Prix de la Critique, au cours de la cérémonie officielle des Prix n’aurait d’autre objet que de s’intégrer (fort légitimement à [leur] sens) dans la plus grande manifestation officielle du neuvième art, au cours de la laquelle le plus grand nombre de professionnels et d’institutionnels du neuvième art sont réunis.
Elle conclut par cet avertissement, au cas où le Festival persisterait dans sa décision : « Si le Festival d’Angoulême, pour des raisons qui lui sont propres, souhaitait maintenir sa décision d’écarter le Prix de la critique de sa soirée de remise de prix, le bureau de l’ACBD imaginera dès lors d’autres solutions pour annoncer son lauréat et remettre son prix, indépendantes du FIBD. »
En ce qui nous concerne, nous espérons que le Festival reviendra sur sa décision. Il ne faut pas, en effet, qu’une légitime volonté de réforme aboutisse à se mettre à dos les principaux acteurs de la diffusion culturelle de la BD en France.

Notre photo : Gilles Ratier, Secrétaire Général de l’Association des Critiques BD (ACBD). © D.P.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :