"Gunnm Last Order 2" par Yukito Kishiro - Editions Glénat

6 novembre 2003 1 commentaire
  • Gally est de retour dans une manga d'action au graphisme abouti où une touche de féminité est la bienvenue. Une oeuvre cyberpunk apocalyptique dont les protagonistes changent aussi facilement de corps que d'armes.

En révélant le secret de Salem, le savant fou Destiny Nova y a déclenché une terrible guerre civile : les adultes et les enfants se sont entretués dans une sauvagerie insoutenable. Et Gally a été ressuscitée par le malfaisant savant. Celle-ci passe un accord avec celui qui fut son ennemi mortel, afin de retrouver la seule amie qu’elle ait eue à Salem : Lou. Mais les difficultés ne vont pas tarder à surgir pour la guerrière Gally : Elle n’arrive pas à se synchroniser parfaitement avec son nouveau corps, ce qui est plutôt génant quand on doit combattre.

Burn Salem ! Burn !

Après la révélation que fut «  Gunnm  », puis « Ashman » un recueil d’histoire courtes dans le même univers, Yukito Kishiro fait rempiler son héroïne cybernétique fétiche. Avec bonheur : le graphisme est infiniment plus fin, l’histoire plus subtile qu’il n’y paraît... Les grands monstres qui se font face dans de titanesques combats méccanoïdes se retrouvent bien souvent face à leur destin particulièrement vain. Les séquences s’enchaînent dans une course au gros-billisme, jusqu’à ce que la puissance soit brutalement arrêtée par une meilleure maîtrise de l’équipement. Dans ces combats, le but est de réduire son adversaire en pièces détachées, puis de réduire en bouillie le dernier élément promis à la putréfaction : son cerveau.

À bien lire entre les cases, l’auteur se moque des utopies à la «  Métropolis  », le film de Fritz Lang dans lequel sa cité idéale vampirise les castes inférieures en les maintenant en esclavage. Dans cet album, le destin de la céleste Jeru apparaît comme la clé de cette nouvelle saga. Gunnm last order est en fait la partie manquante du final de Gunnm, qui sentait un peu la queue de poisson....

(par Xavier Mouton-Dubosc)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :