Newsletter ActuaBD

Durango T14 : Un pas vers l’enfer - de Yves Swolfs et Thierry Girod - Soleil

  • Western frites-mayo scénarisé par Yves “Leone” Swolfs et mis en musique par Thierry “Morricone” Girod. Distribution Soleil productions international in technocolor and spagetthoscope.

On le croyait rangé des chevaux de course, la selle au placard, maqué pour la vie, assagi de la gâchette, Durango. Mais voilà qu’il revient, qu’il fait couler le sang et parler la poudre dans les bleds de l’Ouest profond. Il piste Lance Harlan qu’il remonte au pistolet, un “respectable” homme d’affaire qui s’entiche à racheter pour un prix presque honnête des mines archi-rentables. Le truc du self-made-man dans la négociation : l’envoi de vilains-pas-beaux, histoire de bouger un peu les intérieurs raffinés des pieds-tendres récalcitrants. Et c’est justement en remontant le fil des hommes de mains que Durango se rapproche de plus en plus de l’homme qui orchestre ces chantages organisés. Le genre dont justement est victime Mr Gainsworth. Et que sa femme souhaiterait qu’il cède pour retourner vivre à l’Est dans des terres nettement plus civilisées, histoire de donner une éducation normale à son chérubin.

Oui mais là, y’a Durango qui arrive avec son cigarillo aussi étincelant que son regard. Et pour piéger son gibier, il va forcément jouer de l’appât avec la veuve et l’orphelin. Dommage pour ces oies blanches.Et blanches, elles ne sont pas, les lois de l’Ouest... Non, pied-tendre, ce sont de sales [CENDURED] qui se font [CENSURED] par tous les coyotes de la plaine.

Western Spaghetti

Durango, c’est la chaleur du soleil qui écrase les couleurs des pages, les crépis craquelés attaqués par les intempéries en tout genre (vent, chaleur, pluie, feu et balles). Des personnages rarement rasés, bardés de cicatrices, aux dents cariées et aux vêtements rapiécés et boueux. L’hygiène de leur écuelle ne vaudra jamais le soin à garder les cigarillos propres. Quant aux chevaux, ce sont plus des cibles pour les gunfights que d’inséparables compagnons équidés. La crasse morale des personnages, la noirceur des héros, un monde sans réels bons, qu’avec des brutes et encore plus de truands.
Un vrai western spaghetti en BD.

Durango, c’est aussi un style, des accessoires assez particuliers du personnage principal : la mitaine à la main gauche, avec laquelle il fait chanter son petit automatique allemand, lui donnant un sérieux avantage sur les autres outlaws préférant les barillets américains. Un solitaire écumant l’Ouest Sauvage, n’hésitant pas à s’allier avec des desperados Mexicains comme Amos, à briser cœurs et idéaux.

Durango, tout le monde le pensait à la retraite depuis que Yves Swolfs versait dans les histoires de vampires... Mais il a décidé de remettre le couvert, uniquement au scénario. Heureusement que Thierry Girod (déjà aperçu dans la série « Wanted »), celui qui a repris sa succession au dessin se montre aussi pointilleux que lui.

Une réussite qui ne décevra pas les fans du poor lonesome flingueur.

Voir en ligne : Cette chronique est issue de l’émission Supplément Week-End du 17 Juin 2006

(par Xavier Mouton-Dubosc)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD