En Temps de guerre - Par Delphine Panique - Misma

23 janvier 2016 0 commentaire
  • Derrière un dessin apparemment simpliste, ce subtil album revisite les modifications en profondeur de la société lors la Première Guerre mondiale, non sans égratigner au passage les relations entre hommes et femmes. Un savant cocktail d'humour et de réflexion!

Ca y est, la Guerre est déclarée, les familles sont séparées. Bien sûr, il y a les combats au front, dans les tranchées. Mais le "temps de guerre" est également celui de l’arrière, celui d’un monde où tous les hommes sont partis, et qui doit non seulement continuer à fonctionner, mais aussi alimenter l’effort de guerre à tout prix !

Les femmes doivent donc s’adapter : trouver de la nourriture, s’occuper de la maison, travailler à l’usine d’armement, mettre en place de nouveaux fonctionnements, de nouvelles hiérarchies, faire face aux comportements fous, cruels, amers de leurs camarades. Et pourquoi pas, par la même occasion, se retrouver entre filles, se découvrir un talent caché, se baigner nues dans la rivière... Se sentir libres peut-être ?

En Temps de guerre - Par Delphine Panique - Misma

De prime abord, le style graphique choisi par Delphine Panique déstabilise : ces humains aux grotesques visages en forme de maison, le tout servi par un graphisme apparemment simpliste. Mais très rapidement, le climat s’installe, porté par le caractères des personnages principaux. Non pas grâce au père de famille plutôt trouillard, et qui meurt dans les premières pages, mais bien grâce à cette mère de famille revêche, prête à tout pour maintenir son précédent style de vie.

En choisissant de découper ce long cheminement par des pages de "gags" ou de courts récits, l’auteure permet de vivre ce quotidien de femmes esseulées au plus près des petits détails de la vie. Au travers de ce prisme, c’est finalement toute l’humanité en temps de guerre qui est disséquée : le besoin de survivre, la nécessaire place de l’autre, les multiples relations possibles entre hommes et femmes, l’ouverture à l’homosexualité, les préjugés et les désillusions, la jalousie, les privautés et la colère qu’elles génèrent, le besoin de puissance et de solitude, l’assurance qu’on existe pour soi et non au travers des autres.

Le dessin minimaliste permet de s’arrêter sur la justesse de chaque expression de ces visages-maisons : un bout de sourire, un regard souligné par un cil, et c’est toute l’authenticité des sentiments qui touche le lecteur. On remarquera d’ailleurs le soin graphique apporté à chaque case de titre.

L’auteure utilise également sciemment le gaufrier pour alterner les compositions de décors, telle une sarabande hypnotique qui happe les femmes dans un nouveau monde. Des séquences muettes autour de l’enfant succèdent alors aux discussions passionnées entre femmes en manque de repères, sans perdre en charge émotionnelle !

Delphine Panique joue donc sur l’humour grinçant et les tabous pour livrer un tableau très vivant de la vie pendant la Première Guerre mondiale. Un souffle de fraîcheur qui dépoussière adroitement les clichés de cette période, et qui permet à cet album de trouver une très légitime place au sein de la sélection du 43e FIBD d’Angoulême.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?