« Fille perdue » par Nabiel Kanan - La Boîte à Bulles

11 mars 2004 0 commentaire
  • Une jeune ado sur la route des vacances, entre Papa, Maman et la petite sœur. Les parents s'arrêtent : ils sont perdus et cela permet de faire une petite pause. En entrant dans le supermarché où elle va s'acheter une bricole, Sally croise une fille adossée à une voiture, fumant une cigarette. L'aventure la regarde là, en tenue légère, le colifichet venant lui chatouiller le nombril.

Pour Sally, c’est l’occasion d’observer et de se raconter des histoires. Entre ses parents rigolards et inconscients, remuant et perpétuant la grisaille, ces terrains interdits sont fascinants : secrets cachés, sexe, drogue, enlèvement et peut-être meurtre... Finalement, ces vacances s’avèrent passionnantes. La rencontre avec une dragueuse voleuse de voitures lui ouvre la porte d’un autre monde.

Sans influence d’aucune sorte, nous sommes dans le registre de Daniel Clowes dans Lost Girls. C’est que le jeune Anglais Nabiel Kanan dont c’est le premier album traduit ici en français connaît ses classiques. Parlant de l’héroïne, Jean-Paul Jennequin nous dit dans la préface : «  ...il va falloir faire le choix et quitter le pays imaginaire de Peter Pan et des garçons perdus, cette île paradisiaque où les enfants peuvent choisir d’arrêter de grandir. Pourtant, il ne semble pas si terrible, ce monde des adultes [...] Toutefois, Nabiel Kanan sait que cet univers apparemment lumineux a ses zones d’ombre ».

Que dire de plus ?

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?