Galkiddek, T. 3 : Le Transfert - Par Giroud & Grella - Delcourt

26 mars 2016 0 commentaire
  • Fin d'une belle saga, entre drame shakespearien et saga d'Heroïc Fantasy, un défi brillamment relevé avec brio par Frank Giroud, le scénariste du "Décalogue" et des séries "Secrets" qu'on n'attendait pas sur cette thématique.

Depuis la mort d’Eloée, son épouse, le comte de Galkiddek a basculé dans la folie, terrorisant son entourage comme ses ennemis. Jusqu’à ce que le mage Alcantor lui propose d’aller à l’encontre de la nature et de ramener Eloée du monde des ombres.

Dans cette folle épopée, le Comte tue un seigneur et emprisonne sa fille Lill dans son triste mais immense château. Tout d’abord désireuse de s’évader, la jeune et belle Lill préfère se venger et commence à gagner la confiance du comte à moitié fou. Puis, elle se demande peu à peu si le mage-alchimiste possède de réels pouvoirs... Et même si c’était le cas, alors pourquoi les met-il au service d’un homme qui a essayé de le tuer ?!

Galkiddek, T. 3 : Le Transfert - Par Giroud & Grella - Delcourt

Nous vous avions signalé avec enthousiasme la réussite éclatante du premier tome de cette série. Les deux tomes suivants maintiennent globalement le niveau, faisant de cette série, une réussite du genre, car elle échappe aux poncifs des séries moyenâgeuses ou d’Heroic Fantasy, pour creuser un sillon original dans cette thématique.

Pour réussir cet exercice d’équilibriste, Frank Giroud multiplie avec talents les ellipses, laissant parfois passer les années dans une série de cases muettes, avant de reprendre en détails un nouveau développement de son intrigue dramatique. Il emprunte également à quelques références du genre (de Blanche-Neige à Barbe-bleue) pour bâtir une surprenante atmosphère comme décor à un récit de suspense bardé d’intrigues de palais.

Tout aussi surprenant est le graphisme de Paolo Gralla (Le Manuscrit interdit) : si l’on observe séparément chaque dessin, certains paraissent très fignolés tandis que d’autres semblent trop hâtivement réalisés. L’ensemble souffre parfois d’un manque de lisibilité en raison d’un trait qui se réserve davantage à la couleur qu’à l’encrage.

Néanmoins, dès que l’on est installé dans le récit, ces éléments disparaissent au profit d’une rythmique narrative impeccable. Ses masses sombres signalent la noirceur des personnages , tandis que certaines attitudes qu’on jugeait par trop théâtrales prennent tous leurs sens pour souligner les effets dramatiques du récit.

En quelques cases, les années passent...

En conclusion, la trilogie de Galkiddek mérite de rester dans les mémoires, même si son titre en lui-même est très difficilement mémorisable (faites l’exercice !). Il nous tarde de retrouver ces deux auteurs, qui ont su nous offrir cet univers si addictif !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

De Galkiddek, commander :
- le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 2 chez Amazon ou à la FNAC
- le tome 3 chez Amazon ou à la FNAC

Lire la chronique du premier tome de Galkiddek

Toutes les illustrations sont © Editions Delcourt, 2016 - Giroud, Grella.

  Un commentaire ?