Georges Remi Jr ne cautionne pas Moulinsart !

7 mars 2005 0 commentaire
  • Le neveu et filleul d'Hergé porte le même prénom que le créateur de {Tintin}. Il le dit lui-même sur son site Internet : « {Ne m'en veuillez pas, je n'en peux rien !} ». En découvrant que l'exposition {Made In Belgium} ne comportera aucun objet relatif à l'œuvre d'Hergé, {{Georges Remi Jr.}} a fait parvenir un communiqué au sein de différentes rédactions (dont {ActuaBD})...

L’exposition Made In Belgium est l’un des événements majeurs de cette année 2005 en Belgique, et rend hommage à tous les créateurs qui ont fait la réputation de la Belgique au cours de ses 175 ans d’existence. Différents objets, allant de l’épée de Godefroid de Bouillon aux célèbres costumes des Gilles de Binche y sont donc présentés, de même que la production des plus grandes gloires culturelles belges, de Jacques Brel à Maurice Maeterlinck, en passant par Georges Simenon ou René Magritte. La bande dessinée n’est évidement pas oubliée... A l’exception de... Tintin. En effet Nick Rodwell, qui gère les intérêts de Moulinsart, une structure émanant des ayant-droits d’Hergé, se serait montré trop gourmand aux yeux des organisateurs. Notre collaborateur Patrick Albray a publié récemment un article
à ce sujet dans nos pages...

Comme en témoignent certains de ses livres et entretiens, Hergé était très attaché à la culture belge. Il aurait sans doute apprécié de voir Tintin représenté dans un tel événement. Le neveu d’Hergé, Georges Remi nous a fait part de sa révolte, de son écoeurement avec beaucoup de passion. Un peu trop même puisque nous avons hésité à en publier des passages trop peu amènes à l’égard des gestionnaires de la société Moulinsart. Mais nous ne pouvions passer sous silence que le propre filleul d’Hergé, fils du Major Remi (le frère d’Hergé) ne cautionne pas un tel acte.

Voici ce qu’écrit notamment Georges Remi Jr : « La nièce et le neveu d’Hergé sont profondément attristés [par cette situation] et ne partagent en rien les décisions prises par la seule fortunée " Ayant droit. " Au nom de notre Oncle (et parrain) Hergé, nous présentons nos excuses et nos regrets à tous ceux qui espéraient rencontrer Tintin dans cette prestigieuse exposition. Sachez enfin, qu’ayant été honteusement et totalement "virés" in illo tempore, il nous est impossible d’agir de quelque manière que ce soit ». Le filleul du créateur de Tintin donne d’ailleurs sa vision des faits quant à la succession de son oncle sur son site Internet.

Le journaliste du Soir de Bruxelles, Daniel Couvreur, nous apprend de son côté que la fusée lunaire qui devait être montrée lors de l’expo appartient à l’ASBL qui a monté Made In Belgium. En effet, cette association "Collection et Patrimoine" était l’organisatrice de la marquante exposition consacrée au monde de Tintin, en 1991, à Welkenraedt. La fusée fut montrée ensuite lors des expositions universelles de Séville et de Séoul.

Mais Moulinsart souhaitait changer la donne en faisant réaliser lui-même de nouveaux décors par des professionnels, en les facturant aux organisateurs de l’événement tout en restant propriétaire de cette production. Des sommes trop importantes semblent alors avoir été exigées.

René Schyns, l’organisateur de l’événement s’en explique auprès de Daniel Couvreur : « Ils proposaient de faire les décors eux-mêmes, alors que les nôtres sont plus beaux ! Ils demandaient de mettre en avant les originaux de Hergé. Ils avaient le droit de dire non. Nous avions le droit de ne pas mettre Tintin dans l’exposition ». Plus loin, on apprend que l’ASBL "Collection et Patrimoine" possède également des originaux d’Hergé. René Schyns se donne 48 heures pour trouver une solution juridique à cet imbroglio.

Nick Rodwell, de son côté, se défend dans les colonnes du Soir. Il se dit même déçu par la tournure des événements : « Hergé appartient à l’histoire de l’art de ce pays. Mais « Made in Belgium » nous proposait d’exposer des éléments récupérés à Welkenraedt. Je suis hypertriste pour les Belges, le Roi et la Reine : on ne fait pas n’importe quoi n’importe comment avec l’image de Tintin !  ». L’époux de la légataire d’Hergé souligne que les moyens scénographiques ont évolué depuis 1991 et que Moulinsart possède vingt ans d’expérience en matière d’exposition de l’œuvre d’Hergé.

Que se passerait-il si les familles de tous ces Belges ayant « fait » la Belgique avaient les mêmes exigences ? La réponse est simple, le dynamisme et l’audace qui nourrissent les organisateurs d’un tel événement se trouveraient entravés. Nick Rodwell veut présenter Tintin dans un véritable écrin, ce qui est honorable. Mais il devrait peut-être faire preuve d’humilité et accepter que Made In Belgium n’est pas une exposition sur Tintin, mais celle d’un pays tout entier et des artistes qui le représentent.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo de Georges Remi Jr (c) DR.

  Un commentaire ?