Hell’s Kitchen T3 - Par Mitsuru Nishimura & Gumi Amazi - Kana

11 novembre 2013 0
  • La cuisine des enfers: un mets délicat qui se savoure tout en finesse.
    Au programme : Fous rires garantis assaisonnés maison.

Satoru est désormais admis à la prestigieuse école de cuisine de Sup Agro où il continue à parfaire ses connaissances du métier.

Il ne parvient, cependant pas encore à égaler ses condisciples sans l’aide du démon qui ne cherche qu’à le dévorer. Malencontreusement, Satoru émet des propos inconsidérés qui déclenchent un tumulte entre le département de l’agriculture et celui de la cuisine. Malgré cela, contre toute attente, il se retrouve représentant du conseil de l’agriculture et affronte la cuisine de Nakarai.

Le récit d’Hell’s Kitchen se focalise sur l’apprentissage de Satoru, qui peu à peu dévoile ses capacités hors normes en tant que cuisinier. Mais plus il développe son potentiel à mijoter et à concocter des petits plats, plus le démon se pourlèche les babines, bien décidé à se nourrir de son âme. Commence dés lors un cercle vicieux pour notre jeune héros...

Ce troisième volume offre la particularité d’inclure de nouveaux personnages et d’associer en équipe d’anciens adversaires, ce qui correspond à la marque de fabrique des shonens de combat. Un défi qui semble prometteur puisque l’humour s’adapte en fonction de la situation, aussi surprenante qu’intéressante.

L’originalité de la trame mise en avant par Nishimura Mitsuru fait se coïncider spécifiquement les deux protagonistes principaux, à savoir Satoru et le démon Dogma, cette créature perfide et sans scrupule. Un lien puissant les unit. Mais en dépit du lien de subordination qui touche Satoru, ce dernier s’adapte parfaitement à son rôle. Les duels de cuisine, quant à eux, sont à la fois drôles et bien rendus et semblent pour la plupart réalisables sans trop d’excentricité.

Le trait relativement conventionnel de l’auteur s’accorde fort bien à l’histoire, notamment lors de scènes d’actions mouvementées et soutenues.

À noter toutefois, l’adaptation fort décevante des couvertures : le cadre original supprimé laissant place à un fond blanc ridicule, le logo original (composé d’un couteau et d’une fourchette) restant à peine visible, noyé dans une foule de détails pas vraiment utiles.

Sans prétendre au chef d’œuvre, Hell’s Kitchen se savoure à sa juste valeur, tel un met somptueusement maléfique.

Hell's Kitchen T3 - Par Mitsuru Nishimura & Gumi Amazi - Kana
©Amazi Gumi/Kana

(par Marc Vandermeer)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Hell’s Kitchen T1 sur Amazon ou à la FNAC
- Le T2 sur Amazon ou à la FNAC
- Le T3 sur Amazon ou à la FNAC
- Lire la chronique Tome 1
- l’interview de Christel Hoolans( Kana)
- Japan Expo 2013

  Un commentaire ?