Kox et son Agent 212 font la circulation au Rouge-Cloître à Bruxelles

3 octobre 2020 0
  • En près de 46 ans de travail sur "L'Agent 212", Kox n'a pas souvent exposé ses planches. Raison de plus pour ne pas rater cette belle exposition prévue pour petits et grands ! Visite guidée avec l'auteur...
Kox et son Agent 212 font la circulation au Rouge-Cloître à Bruxelles
Daniel Kox
Photo : N. Anspach.

Certains auteurs remportent un succès proportionnel à leur humilité. Daniel Kox est de ceux-là. Comme on peut s’en rendre à la lecture des confidences qu’il nous a distillées : « Autant j’adore visiter les expos des autres, autant je dois avouer que voir exposées mes planches me dérange toujours un petit peu. Je ressens quelque difficulté à être content de moi, ne cessant de revenir sur mon dessin dont je connais mes limites et mes faiblesses,. De là à me dire qu’on va les exposer pour que des visiteurs les regardent sous toutes les coutures, il y a un pas que j’ai du mal à franchir (rires). Mais le lieu du Rouge-cloître est un endroit superbe, et j’ai finalement cédé avec plaisir. »

Débuté en 1975 dans le Journal Spirou, L’Agent 212 a déjà faire rire plusieurs générations de lecteurs, sans que la série ne semble avoir pris une seule ride. Et si le secret de cette jeunesse éternelle était dû à l’opiniâtreté et la méticulosité de Daniel Kox, qui n’hésite jamais à faire et refaire une planche jusqu’à ce qu’elle convienne à ses propres critères d’exigence ?

La meilleure réponse se situe certainement dans ce chouette parcours proposé par l’exposition du Rouge-Cloître à Bruxelles. De manière chronologique tout en plaçant des impressions des couvertures en couleurs pour guider les visiteurs, petits et grands peuvent s’amuser et admirer (réciproquement) l’évolution de la série, de ses toutes premières planches et couverture jusqu’au dernier album.

L’exposition permet de retrouver des inédits tels que ces publicités...
...des figurines, des couvertures, des ex-libris, des cross-over avec d’autres séries...
...la première couverture...
...des affiches réalisées pour divers événements tout au long de la carrière de l’Agent 212...
... et des planches bien entendu !

« J’ai bien entendu fait confiance au Rouge-Cloître et à La Pointe du Pinceau quant à l’organisation de l’exposition, et j’ai été agréablement surpris de la mise en scène, nous confie Daniel Kox. On commence par mes débuts, avec mes premières planches de L’Agent 212. Puis on passe les années, et on constate la progression de mon dessin. Surtout que cela va faire quarante-six ans que j’y travaille. Heureusement, le placement adéquat des couvertures en couleur permet de guider le lecteur. »

Du scénario dessiné à la planche en passant par le crayonné

Il plane toujours sur ce genre d’événement une ombre projetée par le Coronavirus. Dans ce cas-ci, les organisateurs ont su habilement déjouer le problème pour le transformer en avantage. En effet, une multitude de panneaux et de feux de signalisation balisent tout le parcours de l’exposition : de quoi laisser un temps d’attente entre chaque visiteur dès son entrée, pour ensuite proposé un cheminement encadré, de façon à non seulement bénéficier de toute l’exposition dans le sens chronologique sans jamais faire marche arrière ou croiser les autres visiteurs. Amusant, ludique et intégré à l’esprit de l’Agent 212 : un grand bravo !

Des feux régulent l’entrée...
... et des panneaux balisent la circulation.

Enfin de nouveaux indices concernant "les Indésirables !"

Cette exposition se termine sur une belle surprise : une quarantaine de gags issus des Indésirables, une série qui témoigne des tous débuts de Daniel Kox, et qui ont été publiés dans les pages du magazine des Éditions Dupuis de 1978 à 1980. L’auteur nous explique comment ces deux contrebandiers-gaffeurs ont toujours la faveur du public :

« On me parle souvent des Indésirables, alors qu’elle n’a existé que deux ans dans les pages du Journal Spirou avec seulement 108 gags. Une série que j’avais montré à Peyo et qu’il avait beaucoup appréciée. Mais je l’ai finalement arrêtée car j’avais le sentiment que je tournais un peu en rond, puis l’Agent 212 me prenait tout mon temps. Quand on n’a qu’une seule série, on veut s’y investir pleinement. »


Bref, tous les feux sont au vert pour aller visiter cette belle expo et rire en famille de notre éternel agent fan de grimaces, de sa petite famille et de ses collègues. « J’aime jouer avec les expressions de mes personnages, nous confirme malicieusement Daniel Kox au moment de nous quitter. Même si j’essaye de ne pas trop en abuser. »

Propos recueillis et photographies : Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Expo L’Agent 212 au Rouge-Cloitre jusqu’au 18 octobre 2020.
Rue de Rouge-Cloître 4
1160 Auderghem (Bruxelles)
Tél. : + 32 2 660 55 97
info@rouge-cloitre.be

Ouvert du 5 septembre au 18 octobre 2020, du mercredi au dimanche de 14 à 17h.
Entrée : 3 € - tarif réduit : 2 € - Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Ouvert du 5 septembre au 18 octobre 2020, du mercredi au dimanche de 14 à 17h.
Entrée : 3 € - tarif réduit : 2 € - Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

À propos de Daniel Kox, lire également :
- une de ses précédentes interviews : « L’Agent 212 n’a pas été créé pour durer ! »
- La bande dessinée ouvre les autistes au monde
- ainsi qu’une interview de Raoul Cauvin concernant Les Femmes en Blanc et L’Agent 212 : « Le scénario c’est l’âme d’une série. On ne peut pas reprendre une âme ! »

  Un commentaire ?