Taiwan, la bande dessinée des années 2020 ?

2 octobre 2020 0
  • Du 5 au 9 octobre, le Centre culturel de Taïwan à Paris célèbre la bande dessinée avec six webinaires auxquels chacun pourra assister sans prendre l’avion. ActuaBD est partenaire de ce « 9e art à Taiwan » aux multiples facettes. Parallèlement, Taipei vient d’accueillir sa « Fête de la BD », les 11e Golden Comics Awards, célébration télévisée qui témoigne d’un territoire de diversités.

Entre Chine et Philippines, Taïwan est une île grande comme la Belgique, mais aussi peuplée que l’Australie, avec une tradition de bande dessinée établie.

Elle apparaît dans les années 1950, d’un curieux croisement entre les mangas d’avant-guerre importés par les colons japonais et les lianhuanhua chinois d’une image par page débarqués avec les troupes du Kuomintang venues s’imposer sur l’île. Qu’il s’agisse de comédies sociales ou d’aventures historiques, ces manhuas made in Taiwan font fureur jusqu’à la fin des années 1960.

Ils sont ensuite étouffés par la censure, ce qui permet aux bandes dessinées japonaises de réinvestir le terrain par le biais de publications pirates. La production locale renaît dans des revues pour adultes au cours des années 1980 quand le Konmintang desserre son étau idéologique -on parlait de terreur blanche...

Au tournant du nouveau siècle, les loisirs numériques mettent à mal ce mode de lecture populaire. Aujourd’hui, la cérémonie annuelle des Golden Comics Awards montre une nouvelle vitalité dans la production, qui s’étale du roman graphique au divertissement grand public, en passant par le documentaire et l’expérimental.

Taiwan, la bande dessinée des années 2020 ?
La sélection des Golden Comics Award cuvée 2020
La sélection des Golden Comics Award cuvée 2020

Des productions dignes de toucher les lecteurs francophones ? Cela pouvait laisser songeur en d’autres temps... Plus en 2020 ! Nous vous avons parlé sporadiquement de ces œuvres made in Formose -nom donné à l’île par les marins portugais qui y prennent pied au XVIe siècle-. Par exemple, sur ActuaBD, nous avons remarqué le fabuleux roman graphique Seediq Bale par Row Long-Chiu où les aborigènes combattent les troupes japonaises venues détruire leur forêt. De même, le très trip fantasque et déjanté de Pao-Yen Ding, Road to nowhere a donné lieu à une chronique enjouée. Sans parler bien sûr de Formose et Fudafudak, les deux romans graphiques de Li-Chin Lin, autrice installée en France et bien décidée à mieux faire comprendre son pays natal au monde entier.

Depuis, une décennie à peu près, chaque année apportait sa BD taiwanaise en français. Or, il faut croire que le vent tourne et que la curiosité s’aiguise car, en quelques mois, quatre de ces productions dans quatre genres différents vont se présenter en librairie…

Bientôt en librairies francophones ...

Ainsi, sur le terrain de l’insolite, de l’humour et de l’expérimental, Toi & Moi, le jour de la Grande catastrophe par Pam-Pam Liu passe à la moulinette les rapports amoureux par une plastique détonante qui alterne et mélange couleur et noir et blanc. Cet exercice surprenant de spontanéité en 200 pages est édité par IMHO.

Par ailleurs, en 2018, à l’occasion de l’exposition Mangasia présentée à Nantes, nous avions rencontré Li-Lung Chieh qui présentait le récit historique Koxinga-Z toujours boudé par les éditeurs européens, ce qui nous navre. Mais, bonne nouvelle !, ce dessinateur qui opère la jonction entre le manga et la ligne claire tient enfin sa première œuvre en français. Quoique… Car Ychtyophobia est une œuvre muette, déjantée, où Li-Lung Chieh se met en scène pour exorciser sa peur des poissons. Ce régal d’humour et de spectaculaire surprend à chaque page avec notamment une bataille rangée entre humains et êtres faits d’écailles et de branchies. Cette œuvre a trouvé sa place chez les toutes jeunes éditions Nazca, jusqu’alors spécialisées dans les œuvre chinoises prépubliées en ligne.

Un autre tout jeune éditeur, Patayo s’intéresse lui au patrimoine de Formose et particulièrement à Chen Uen, flamboyant représentant du renouveau des années 1980, malheureusement décédé en 2017, célébré comme un maître et que nous avions eu l’honneur d’interviewer à Angoulême en 2012. Son recueil d’histoires courtes Des Assassins le signale comme une virtuose de la trempe d’un Moebius ou d’un Bilal, mais aussi comme un porteur d’Histoire. En effet, il s’agit ici d’une mise en scène -quasiment mot pour mot- d’un texte fondateur de la culture chinoise écrit par l’historien Simia Qan il y a quelques 2200 ans.

Enfin, du côté du roman graphique, c’est chez Actes-Sud que sera publié en mars 2021, le recueil d’histoires urbaines par Pei-Hsui Chen qui, ce 27 septembre dernier, a été distingué par un Golden Comics Award, les oscars de la BD taiwanaise, retransmis sur une chaine de télévision nationale avec le concours actif du Ministère de la Culture.

Récompensée par le Prix de la meilleur édition, Pei-Shan Huang (deuxième en partant de la gauche) entourée des auteurs de la revue "Lunatic is the night"

Coïncidence ou non, le Centre culturel de Taiwan à Paris a justement choisi cette année BD 2020 pour mettre en avant sa bande dessinée lors de la Semaine des cultures étrangères, événement regroupant l’ensemble des centres culturels internationaux installés dans la capitale française.

Actualité sanitaire oblige et afin de mieux faire connaitre les manhuas de Formose, le format des rencontres en ligne -dit wébinaire- est privilégié. Du 5 au 9 octobre, six wébinaires sont proposées. Le 9e art à Taiwan propose une visite du domaine sous les angles historique, créatif, politique, institutionnel… On y évoque les divertissements, l’expérimental et les liens entre Taïwan et la franco-belgie. Une dizaine d’invités ! le dessinateur et scénariste Emmanuel Guibert, le spécialiste britannique Paul Gravett, les autrices Li-Chin Lin et Chien-Fan Liu, l’éditrice Pei-Shan Huang sont de ces rendez-vous pour bédéphiles curieux qui -cerise sur le Bubble tea- offrent à chaque rencontre un exemplaire de ces bandes dessinées de Formose. Et si vous ne pouvez pas assister en direct à ces rencontres, celles-ci seront vites disponibles en streaming sur la chaîne Youtube d’ActuaBD.com. Pour s’y inscrire, un petit clic sur ce lien est synonyme de beau voyage

Programme :

Le 9e art à Taïwan
Formose, une île, des bandes dessinées

Lundi 5 octobre 2020 de 11h00-11h30
Une expression singulière, l’histoire édifiante de la bande dessinée taïwanaise
Introduction par M. François Wu, Ambassadeur de Taiwan à Paris
Avec Paul Gravett, spécialiste britannique de la bande dessinée.
Documentaire Zhuge Silang, le classique de Formose

Lundi 5 octobre 2020 de 12h30 à 13h00
Des œuvres essentielles, la place de la bande dessinée dans la politique culturelle de Taiwan
Avec Didier Pasamonik, Directeur de la rédaction d’ActuaBD.com
Documentaire Li Lung-Chieh, auteur de Koxinga Z

Mardi 6 octobre 2020 de 11h00 à 11h30
La filière taïwanaise, les créateurs de Formose et les institutions françaises
Avec Pili Muñoz, Directrice de la Maison des auteurs d’Angoulême et Fabrice Douar, Responsable éditorial au Musée du Louvre
Documentaire La Maison des auteurs d’Angoulême

Mercredi 7 octobre 2020 de 11h00-11h30
Divertissement et découverte, la bande dessinée grand public et le géant japonais
Avec Timothée Guédon, Directeur éditorial des éditions Kana et Frédéric Fourreau, Directeur des éditions Patayo
Documentaire Zuo Hsuan, autrice de Retour aux sources

Jeudi 8 octobre 2020 de 11h00 à 11h30
Une histoire taïwano-française, d’un pays à l’autre, les liens se tissent et les créations entrent en symbiose
Avec Li-Chin Lin, autrice de Formose et Fudafudak et Emmanuel Guibert, Auteur, Grand prix de la ville d’Angoulême 2020, actuellement exposé à l’Académie des Beaux-Arts.
Documentaire Li-Chin Lin en Bretagne

Vendredi 9 octobre 2020 de 14h00 à 14h30
Au cœur du contemporain, un espace de liberté pour de nouvelles expérimentations
Avec Huang Pei-Shan, Éditrice à Slowork Publishing et Chien-Fan Liu, Autrice, Artiste digitale et Éditrice
Documentaire Ding Pao-Yen, Auteur de Road to Nowhere

Voir en ligne : Le formulaire d’inscription à "9ème art à Taiwan"

(par Laurent Melikian)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Illustration en médaillon, © Chien-Fan Liu

  Un commentaire ?