Le récit autobiographique dans sa diversité

8 mai 2011 15
  • Le récit autobiographique est un genre de plus en plus prisé en bande dessinée. Mais il est intéressant de constater qu'au fil des publications, il emprunte des formes de plus en plus variées. Six albums publiés ses dernières semaines sont autant d'exemples de cette diversité.

Alors quoi ? Certains auteurs auraient si peu d’inspiration qu’ils choisiraient la facilité en se contentant de raconter leur propre vie ? Voila bien un jugement à l’emporte-pièce que l’on entend parfois. Si il peut apparaître comme un genre de la facilité, le récit autobiographique est pourtant tout aussi complexe à construire qu’une fiction, même si la trame du scénario ne réclame pas d’invention. Car le secret d’une autobiographie réussie est de parvenir à transcender le propos pour ne pas tomber dans l’anecdote. Pas si facile. Le choix de l’autobiographie est loin de garantir un album de qualité.

En bande dessinée, le récit autobiographique ne date pas d’hier (quelle est donc la première autobiographie en BD, ami lecteur ? Paracuellos de Carlos Gimenez publié en France en 1980 ?), il a ses succès de ventes retentissants (Persepolis de Marjane Satrapi en 2000), ses spécialistes (Joe Sacco, Guy Delisle, Fabrice Neaud) et ses reconnaissances critiques (lors du dernier Festival d’Angoulême, Trop n’est pas assez de Ulli Lust et La parenthèse d’Elodie Durant ont reçu ex-aequo le Prix Révélation, et Gaza 1956 de Joe Sacco le Prix Regards sur le monde).

Le fait est que le genre autobiographique est de plus en plus présente dans les catalogues des maisons d’édition. L’évolution est assez significative depuis quelques années. Mais ce qui est tout aussi intéressant est la variété de ces albums. Variété de style (rares toutefois sont les autobiographies au dessin réaliste), mais surtout de traitement, qui montre la vitalité du 9ème art.
Six exemples publiés ces dernières semaines en offrent un large panorama :

L’épreuve

Le récit autobiographique dans sa diversitéBien souvent, l’autobiographie est pour l’auteur le moyen d’évacuer un souvenir douloureux qui le hante depuis toujours, une épreuve qu’il a subie et, la plupart du temps, surpassé (voir le superbe Pourquoi j’ai tué Pierre). Avec Souriez, l’américaine Raina Telgemeier aborde le sujet sous un angle quasiment médical (dans le même genre, on se souvient du récent et très bon Monsters de Ken Dahl). A l’âge de 11 ans, Raina fait une chute en courant sur un trottoir et se casse les deux incisives centrales supérieures (l’une tombe, l’autre s’enfonce dans la gencive). D’extractions en pose d’appareil, d’utilisation de prothèse en repositionnement des dents, la jeune fille mettra cinq ans pour retrouver un sourire normal. A un âge où l’apparence a une telle importance, l’expérience a de quoi être traumatisante. Si l’album se lit très agréablement, Raina Telgemeier a toutefois du mal à élever le débat. On reste un peu au niveau de la performance de chirurgie buccale et du courage de Raina sans atteindre le désarroi d’une jeune fille "défigurée" qui peine à se sociabiliser. Dommage.

La tranche de vie

Eddie Campbell a choisi de raconter sa vie un peu au jour le jour, sans logique apparente, si ce n’est la chronologie de son existence, celle d’un auteur de bande dessinée écossais en Australie. Pas d’événements extraordinaires dans cette sorte de calendrier dessiné mais le quotidien d’un dessinateur, côté métier et côté famille. Dans L’affaire du trompinoptère, les amateurs de BD apprécieront de voir passer Alan Moore et Neil Gaiman, d’assister par moments à la création de From Hell et en sauront un peu plus sur les contraintes professionnelles d’un auteur anglo-saxon qui s’est lancé dans l’auto-édition. Le reste ressemble aux Petits riens de Lewis Trondheim (ou bien est-ce le contraire), porté par le dessin caractéristique de Campbell. L’Écossais ajoute tout de même sa patte en intercalant dans son récit des souvenirs d’enfance et surtout des hallucinations où ses vieux démons (un trompinoptère géant et Bacchus) apparaissent pendant ses insomnies. Toujours sur le fil du rasoir entre l’anecdote et la leçon de vie, le 4ème tome des aventures d’Alec MacGarry (le pseudonyme qu’a choisi Campbell pour se mettre en scène) peut laisser perplexe ou fasciner. La balle est dans le camp du lecteur.

Le moment précieux

Aude Picault fait de l’autobiographie augmentée. À partir d’une base largement inspirée par sa propre vie, elle se permet quelques ajouts fictionnels pour agrémenter sa trame narrative. C’était le cas de Transat, son précédent album. Pour Fanfare, Aude (tromboniste dans la fanfare des Ouiches Lorènes) raconte une soirée particulière, celle du rassemblement annuel des fanfares des Beaux-Arts, et suit plus particulièrement celle des Ouiches Lorènes où une certaine Alda joue du trombone (héhé). Dans une ambiance de feria de folie (les déguisements des fanfares sont plus délirants les uns que les autres), les unités de lieu, de temps (une nuit et un début de matinée) et d’action sont parfaitement respectées. Mais le plus important dans l’histoire est la galerie de personnages qui défile alors qu’Alda déambule dans la foule en attendant vainement des nouvelles de son copain. Encouragés par une consommation d’alcool largement excessive, les langues se délient, les cœurs s’épanchent, les vérités se disent, les conseils se donnent. Le lecteur est emporté bien au-delà de cette soirée, c’est à dire au cœur de chaque personnage, ciselé avec finesse et tendresse. Une belle réussite.

L’anecdote

Scènes d’un mariage imminent est un livre curieux. Son auteur, l’américain Adrian Tomine, excelle dans les chroniques intimistes où l’effort est porté sur la description des personnages, les dialogues, la profondeur psychologique. On pouvait se frotter les mains en découvrant que le récit est cette fois entièrement autobiographique. Malheureusement, le résultat n’est pas à la hauteur des attentes. L’histoire des préparatifs de son mariage, découpée en saynètes thématiques et chronologiques (liste des invités, salle de réception, invitation, DJ, coiffeur, liste de mariage, etc) manque de souffle. Pas très drôle, presque didactique, elle fait penser à un guide pratique sur le mariage. C’est à la page 45 que l’on comprend tout. Alors que le couple cherche un cadeau à offrir à chaque invité pendant le déjeuner, la future femme d’Adrian lui propose : "Tu pourrais faire des petits strips qui décrivent la préparation d’un mariage !" C’était donc ça. L’album est en réalité le cadeau que chaque invité du mariage d’Adrian Tomine a reçu. La mise en abime est intéressante. On imagine d’ailleurs que les dits invités ont dû être enchantés par ce petit cadeau parfaitement réalisé. Et on saisit mieux pourquoi le récit ne parvient pas à s’élever au-dessus de l’anecdote. On comprend moins en revanche pourquoi l’éditeur (Drawn & Quarterly puis Delcourt) a éprouvé le besoin de le publier (en version augmentée).

L’autobiographie historique

L’art de voler est un cas un peu particulier. Antonio Altarriba, le scénariste, ne raconte pas l’histoire de sa vie mais celle de son père. Toutefois, il utilise les nombreuses notes laissées par ce dernier pour construire une narration à la première personne du singulier. Et puisque les deux hommes ont le même nom, les cartes sont suffisamment brouillées pour considérer que l’on est en présence d’une autobiographie. À travers la vie (et la mort) d’Antonio Altarriba senior qui se suicide dans sa maison de retraite à l’âge de 90 ans, c’est l’histoire espagnole qui défile. La vie dans la campagne dans les années 1920, la Guerre d’Espagne, l’exil temporaire en France, le franquisme, le retour de la démocratie, c’est pratiquement tout le XXe siècle qui est passé en revue. La vie de cet anarchiste qui, contrairement à ses compagnons de route, a su ne pas trahir ses idéaux, n’a rien d’exceptionnel. Mais le parcours de cet homme désabusé en fait un témoin précieux des bouleversements politiques de son pays. L’autobiographie devient ici un livre d’Histoire passionnant et savoureux.

Le carnet de voyage reportage

Sarah Glidden est une Américaine de confession juive. En couple avec un jeune homme d’origine pakistanaise, sa vision d’Israël se résume au conflit israélo-palestinien. Très critique vis à vis de la politique israélienne, elle décide de participer au programme Taglit (financé par des Juifs de chaque pays), un voyage organisé pour que les jeunes Juifs du monde entier puissent découvrir Israël. Pas dupe sur les arrières-pensées de propagande de ce voyage, Sarah veut confronter son point de vue avec la réalité du pays (du moins celle qu’on lui montrera). Sous la forme du carnet de voyage, Sarah Glidden raconte dans Comment comprendre Israël en 60 jours (ou moins) ce périple avec pour fil rouge sa tentative d’y voir plus clair sur la situation. D’une manière qu’elle veut la plus objective possible, elle creuse la question et oppose les arguments pour, au final, ne pas être vraiment plus avancée. Il est vrai que le sujet est complexe et les voix discordantes. Avec modestie, Sarah Glidden apporte sa pierre à l’édifice de compréhension (comme Gaza 1956 et Faire le mur de Maximilien Le Roy) ce qui est d’autant plus intéressant qu’elle aborde ici la version israélienne de l’histoire sans tabou.

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander L’art de voler chez Amazon ou à la FNAC

Commander Souriez chez Amazon ou à la FNAC

Commander Fanfare chez Amazon ou à la FNAC

Commander Comment Comprendre Israël en 60 Jours (Ou Moins) chez Amazon ou à la FNAC

Commander L’Affaire du Trompinoptère chez Amazon ou à la FNAC

Commander Scènes d’un mariage imminent chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • L’autobiographie dans sa diversité
    9 mai 2011 00:00, par kstor

    Vu sous cet angle, l’autobiographie ressemble surtout à une foire à la saucisse. Considérer le Gaza de Joe Sacco comme un récit autiobiographique, sous prétexte que l’auteur se met en scène, c’est pousser le bouchon très loin. Il me semble que pour employer ce qualificatif, il faut quand même que la vie de l’auteur soit le matériau et l’objet premier de son récit. Cela passe par des considérations relatives à l’enfance, à la famille, aux déboires professionnels, amoureux, toute recherche introspective qui, pour l’auteur, éclaire le présent de son existence. Enfin bref, il y a des thèses là dessus et je n’ai pas la prétention d’en faire la synthèse. Je sais aussi que certains auront envie de pinailler sur mes raccourcis et je suis déjà d’accord avec eux. Mais les voies de l’autobiographie sont suffisamment larges pour ne pas vouloir les élargir encore. Qui irait qualifier Ushuaia d’émission "autobiographique", au prétexte qu’on voit la trogne de l’animateur, qu’on entend son souffle court et ses remarques existentielles pendant toute la durée du show ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thierry Lemaire le 9 mai 2011 à  00:56 :

      Si c’est juste Joe Sacco qui vous ennuie dans une liste de 17 auteurs cités, ma foire à la saucisse me paraît manquer cruellement d’envergure.
      Ceci étant dit, je comprends que ça vous gêne, une bonne partie de son album étant un flashback en 1956. Il n’en reste pas moins que Sacco raconte son séjour, ses rencontres, ses difficultés, son expérience de la vie à Gaza et son enquête auprès des anciens Palestiniens. Il se représente et explique ce qu’il a vécu et surtout les émotions qu’il a ressenties. Un procédé qu’il utilise pour tous ses albums. Après, on peut effectivement discuter si oui ou non la vie de Sacco (pour Gaza 1956) est le matériau principal de l’histoire.

      Répondre à ce message

  • Assez d’accord avec la remarque de Kstor. En fait, ce qui pose problème, c’est l’usage indifférencié des termes "autobiographie" et "récit autobiographique". Dans l’autobiographie, il y a généralement le désir de dresser un bilan sur une longue période de sa vie (voir sur sa vie entière), ce qui exclut la plupart des titres cités ici.

    Si l’on s’en réfère à des catégories littéraires, je pense qu’effectivement on ne peut pas parler d’autobiographie pour Joe Sacco. Il s’agit plutôt d’une forme de reportage dans lequel le journaliste s’investit personnellement. Pour Guy Delisle, je parlerais plutôt de récit de voyage. Avec Fabrice Neaud ou Lewis Trondheim, on est plus proche du journal intime. Et je pense qu’Aude Picault pourrait être rapproché de ce qu’on appelle en France l’autofiction.

    On peut peut-être dire que tous ses ouvrages ont une part autobiographique plus ou moins grande dans la mesure où il parle un peu de la vie de leur auteur mais rares sont ceux que l’on pourrait qualifier d’autobiographie au sens stricte, il me semble .

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thierry Lemaire le 9 mai 2011 à  11:17 :

      D’accord, je comprends le quiproquo sur la formulation. En réalité, nous sommes sur la même longueur d’onde. Je corrige. Merci pour vos commentaires constructifs.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio SALMA le 9 mai 2011 à  11:38 :

        Il suffisait de prendre la définition du mot autobiographie. C’est littéralement la retranscription d’éléments réels vécus par l’auteur. On peut avoir des traces d’autobiographie dans un récit d’aventures( John le Carré, Graham Greene) donc ces gens faisaient-ils de l’autofiction ? Puis Maus de Spiegelmann avant les autres ou encore Crumb qui se met en scène depuis 40 ans ont donc en quelque sorte fondé le genre de l’enquête journalistique . Tout récit est autobiographique de toute façon, comment faire autrement ? A distinguer toutefois des Mémoires qui eux sont carrément une récapitulation des faits chronologiques souvent . Mais comment savoir la part exacte de romance et les erreurs. On n’insiste pas assez dans l’article sur le fait qu’on peut avoir vécu un événement dans sa vie et transformer celui-ci sans qu’on le retrouve dans le récit engendré. Woody Allen a pratiqué l’exercice. On a déjà glosé sur le fait que Tintin au Tibet était en quelque sorte autobiographique, sans parler des idées noires de Franquin . Il y a des centaines de cas où c’est un savant mélange( Pratt en tête, Auclair, même pauvre Lampil...). Je ne crois pas "qu’il y a de plus en plus d’autobiographies". Il y a de plus en plus de tout donc forcément d’autobiographies ou d’autofictions ; en proportion je crois que les années 90 ont été un pic pour le genre. Aujourd’hui c’est le blog qui fait office de journal intime.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 9 mai 2011 à  12:54 :

          Oui, bon, d’accord, on peut dire qu’il y a une dimension autobiographique dans tout oeuvre, soit. Mais pour qu’il y ait autobiographie (ou récit autobiographique), il faut qu’il y ait un "pacte autobiographique", selon l’expression du chercheur qui fait autorité, Philippe Lejeune, soit un pacte entre l’auteur et le lecteur qui établit que ce que l’auteur raconte, c’est sa propre histoire (pour faire vite). Ce pacte n’existe pas dans Tintin au Tibet puisque Hergé ne se met pas en scène, n’a jamais mis les pieds au Tibet, etc. Il existe implicitement, par contre, dans Journal d’un album, par exemple, puisque Dupuy et Berberian se mettent en scène chacun de leur côté, comme auteur de bandes dessinées et en train de réaliser le troisième album de M. Jean. On ne peut nier que cette dernière tendance est assez bien représentée aujourd’hui, dans la bande dessinée, sous des formes très diverses, alors qu’elle était très très rare dans les années soixante par exemple.

          Répondre à ce message

  • Le récit autobiographique dans sa diversité
    26 novembre 2013 16:15, par anouar

    slt, en fait j’ai un exposé et je dois chercher les grandes étapes du la BD autobiographique et je ne sais quoi mettre. tu pourrais m’aider stp ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 26 novembre 2013 à  17:08 :

      C’est ton boulot de chercher mon gars !

      Bon je t’aide :

      Gotlib dans quelques pages de la Rubrique à brac dans les années 70.

      Spiegelmann avec Maus dans les années 80.

      Lewis Trondheim avec Approximativement dans les années 90.

      Fabrice Néault avec son journal dans les années 2000.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 26 novembre 2013 à  18:36 :

      Commence avec Justin Green, c’est l’initiateur avec "Binky Brown...(USA 1972). Aline Kominsky-Crumb, la première femme à aborder ce genre à peu près à la même époque. Et son mari, bien entendu, Robert Crumb. Bonne continuation.

      Répondre à ce message

    • Répondu le 27 novembre 2013 à  18:10 :

      Sans oublier binet avec l’institution, gimenez avec paracuellos, barrio, les professionels et bien sur Will Eisner. Entre autres. Et, j’allais oublier, même si cela est tourné en gags et fiction, "pauvre Lampil" de Lambil et Cauvin.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 28 novembre 2013 à  00:50 :

        Bien vu. Mais pas d’accord avec l’intervenant précédent. Gotlib c’est de l’auto-représentation, pas de l’autobiograhie.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 28 novembre 2013 à  14:37 :

          Dans certaines pages de la rubricabrac Gotlib a parlé de son enfance (à la ferme pendant la guerre), c’est bien de l’autobiographie.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 28 novembre 2013 à  23:25 :

            Vrai, mais c’est ponctuel et anecdotique. Ce n’est pas développé, le propos n’est pas assez soutenu dans la longueur ni dans l’approche des thèmes pour être qualifier d’autobiographique. Il a fait beaucoup de bd introspectives, mais là aussi ce n’est pas de l’autobiographie. Et j’admire son oeuvre bien entendu.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 29 novembre 2013 à  13:31 :

              N’importe quoi ! Quand on fait de l’autobio, ça peut être une pages ou mille, c’est de l’autobio.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 2 décembre 2013 à  02:03 :

                L’autobiographie en une page devrait raconter la vie vue par un nouveau-né, ou celle d’une personne particulièrement sans distinctions au niveau du vécu. Ce qui en serait une en soi, de distinction. De tels monstres de foire n’ayant pas encore émergé je m’en tiens à la théorie de l’anecdote ou de l’auto-fiction pour les auto-représentations passagères.

                Répondre à ce message