La Chine en images (3/3) : Shanghai brûle-t-il ?

3 octobre 2019 2 commentaires
  • La République populaire de Chine fête ses 70 ans. Et les œuvres que nous avons revues précédemment concernent ces sept décennies. Pour ce dernier épisode nous remontons plus loin dans l’histoire, aux prémices de la Seconde Guerre mondiale à Shanghai. C’est là où Tintin a rencontré Tchang et c’est aujourd’hui encore une thématique forte dans la bande dessinée.

Cliquez ici pour lire la deuxième partie de ce dossier

La Seconde Guerre mondiale a-t-elle commencée le 1er septembre 1939 avec l’invasion de la Pologne ? En Extrême-Orient, la date du 28 janvier 1937 annonce l’internationalisation du conflit. Ce jour-là, les troupes impériales japonaises déferlent sur Shanghai où chaque grande puissance occupe une concession. Par la suite l’armée japonaise cherche à ravir tout le continent au prix de millions de morts civils. Le traumatisme reste vivace dans toute l’Asie-Pacifique.

La Chine en images (3/3) : Shanghai brûle-t-il ?Pour évoquer le drame, notamment auprès des plus jeunes, la Balade de Yaya par Golo Zhao, Patrick Marty, Jean-Marie Omont et Charlotte Girard s’impose. L’intrigue rappelle le film Jeux interdits : quand les bombes pleuvent sur Shanghai, un garçon des rues et une fillette de bonne famille fuient dans la débâcle poursuivis par un gang mafieux. Taillant la route à travers le pays, leur complicité qui transgresse les frontières sociales les sauve des plus grands dangers. Commencée il y a déjà plus de dix ans, cette série en neuf volumes est en cours d’adaptation en long métrage animé. Elle connaît par ailleurs une suite sous forme de romans illustrés. Nous l’évoquons ici, d’une part pour son statut de référence, mais aussi parce qu’elle connaît actuellement une nouvelle édition en albums grand format.

Shanghaï encore

Singulièrement Yin et le Dragon dont le troisième et dernier épisode a été publié ce printemps, possède plusieurs points de comparaisons avec la Balade de Yaya. Comme celui de Golo Zhao, le style de Xu Yao est influencé par le manga et soutenu par des couleurs chatoyantes. Les enfants sont également les meneurs d’un récit au cœur de l’invasion de Shanghai. Face à la répression impériale, la petite Yin trouve pour protecteur un dragon d’or recueilli en mer. Mais un péril surhumain, encore plus dévastateur que les troupes japonaises menace le monde… Au fil des épisodes cependant, le récit de Richard Marazano trouve une portée intemporelle, celle d’une fable mystique sur la violence universelle et l’engrenage qui mène les peuples à l’affrontement. La conclusion du dernier épisode résonne comme un espoir envers les générations futures, celles de la deuxième moitié du vingtième siècle comme celles à venir au vingt-et-unième. À L’instar de Yin et son ami Huan prenant la mer, on ne peut qu’encourager ceux qui grandissent maintenant à inventer un monde plus apaisé.

© Marazano - Xu Yao / Rue de Sèvres

Un point de vue japonais

Pour une œuvre mémorielle sur le sujet, on n’attendait pas d’initiative du côté des mangas tous publics. En effet, avec la réémergence des nationalismes asiatiques, le Japon du Président Abe, on honore plus facilement les dépouilles des criminels de guerre que le souvenir de leurs victimes. Rares sont les auteurs nippons à s’aventurer sur ce terrain. Dans ce contexte, un Pont entre les étoiles par Kyukkyupon, une jeune mangaka sonne comme un acte de bravoure.

À l’instar des deux œuvres précédentes, le récit met en scène deux enfants dans la tourmente. Haru est japonaise et Xing chinois, pourtant les deux bambins se considèrent comme frère et sœur. Dès les premières pages, le point de vue de Kyukkyupon est affiché : « mon pays a détruit ton pays », fait-elle dire à Haru s’adressant à Xing. Les trois volumes publiés à ce jour en français permettent de jauger de l’étendue de l’entreprise. La tendresse des deux héros, leur relation sentimentale n’empêche pas la violence des événements. L’autrice, dans ses bonus, confie sa critique envers un système scolaire qui évite de manière pernicieuse l’enseignement de ce passage de l’Histoire : « l’éducation souple a fait de moi un cerveau mou  », constate-telle désabusée. Exemple parfait d’une tentative de réconciliation entre deux nations antagonistes, ce Pont entre les étoiles est un pont entre tous les peuples.

© Kyukkyupon / Akata - Shogakukan

Des Juifs à Shanghaï

Dans un registre pour les adultes enfin, le temps de deux volumes, Philippe Thirault et Jorge Miguel s’intéressent à un autre aspect de Shanghai en guerre : Alors qu’ils étaient rejetés partout, la ville s’est déclarée ouverte à l’accueil des Juifs fuyant le nazisme. Ce fait est souvent rappelé aujourd’hui, avec une pointe de fierté, aux visiteurs étrangers de Shanghai. Cependant, le sort de ces réfugiés cantonnés dans un ghetto et livrés au bon vouloir de l’armée d’occupation n’était guère enviable, tandis qu’autour d’eux, massacres et répression aveugle s’abattait sur les civils chinois. Les deux auteurs illustrent cette solidarité des éprouvés en imaginent l’odyssée de Bernard Hersh, cinéaste juif-allemand.

Celui-ci s’est enfui d’Allemagne juste avant que le piège nazi ne se referme sur son épouse, Illo, qui venait d’écrit un scénario mélodramatique refusé par le pouvoir du Reich. Esseulé en terre chinoise, et pour lui rendre hommage, Bernard n’a de cesse de tourner cette comédie sentimentale transposée dans un contexte chinois. Shanghai dream, tel est le nom du film et du diptyque évoque un combat pour la liberté de création qui en rappelle bien d’autres. Car film, bande dessinée, roman, … toute œuvre sincère qui scrute les traces d’humanité mérite le respect.

© Thirault - Miguel / Les Humanoïdes associés

(par Laurent Melikian)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

la Balade de Yaya – Par Golo Zhao, Jean-Marie Omont, Charlotte Girard et Patrick Marty – Fei, 10,95 euros
- Commander ce livre à la FNAC

Yin et le dragon, tome 3, nos dragons éphémères par Richard Marazano et Xu Yao – Rue de Sèvres, 56 pages, 14 euros
- Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

Un pont entre les étoiles - Par Kyukkyupon - Akata, 208 pages, 8,05 euros
- Commander le premier tome sur Amazon ou à la FNAC

Shanghai dream, tome 2, À la mémoire d’Illo - Par Philippe Thirault et Jorge Miguel - Humanoïdes associés, 56 pages, 14,50 euros
- Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :