La collection « 1800 » prend de l’ampleur

19 mars 2012 0 commentaire
  • Deux années après son lancement, la collection qui revisite les romans fantastiques du XIXe a conquis sa place dans les étals des librairies avec 20 albums en deux ans et de nombreuses parutions annoncées pour les mois qui viennent.

Nous vous avions présenté en détails cette nouvelle collection lancée par Istin il y a deux ans. Il fallait avouer que d’entrée, le concept était séduisant : adapter ou mélanger les grandes figures littéraires du XIXe siècle pour livrer des séries aussi courtes qu’attractives.

Porté entre autres par l’excellent Sherlock Holmes et les Vampires de Londres, la collection a livré progressivement de nouvelles séries tout en finalisant celles qui avaient été entamées quelques mois plus tôt. La machine de guerre d’Istin et de Soleil est donc maintenant lancée à pleine puissance car les nouveautés s’enchaînent avec une belle régularité, tout en mettant le fond en valeur, grâce à la mise en avant des titres-phares de la collection.

La collection « 1800 » prend de l'ampleur

La Mandragore, sur les pas de Sherlock Holmes

Déjà complice au sein de la collection Celtic, Jean-Luc Istin utilise au mieux les scénarios de Sylvain Cordurié pour développer la thématique des romans du XIXe. Après la réussite du premier diptyque de Sherlock Holmes, et la seconde série et intrigante série consacrée au détective de Conan Doyle, le scénariste innove avec La Mandragore. Porté par le dessin de Santucci, ce récit ne s’inspire pas vraiment d’une figure littéraire, mais s’engouffre plus insidieusement dans les méandres des sociétés secrètes, caractéristiques de l’époque victorienne.

La Mandragore est l’une d’entre elles qui s’impose comme la plus puissante d’Angleterre. Depuis que les démons l’ont choisie pour créer un pont entre le plan terrestre et le leur, elle jouit d’une autorité indiscutable sur les autres ordres occultes. Indiscutable, mais contestée. Car il est des privilèges convoités, et le commerce avec les démons est particulièrement prisé. Ainsi, la ténébreuse Lynn Redstone est le bras armé des Fathers. Elle s’acquitte de missions qu’elle seule peut assumer du fait de ses exceptionnelles prédispositions. Elle doit aussi lutter contre des crises de rage si violentes qu’elles menacent sa santé tant physique que mentale.

Dans ce récit mené tambour battant, on retrouve toute la passion de Cordurié pour les Comics. Telle une super-héroïne d’avant l’invention des super-héros, Lynn est donc aussi puissante que désemparée devant les crises qui la terrassent. Dans le smog de la Tamise, les combats titanesques dans les bas-fonds londoniens et les joutes verbales plus pincées des hauts cercles de la City alternant dans cette aventure qui a tout pour plaire. Une construction en diptyque qui, malgré un fond conséquent, pourra cependant dérouter le lecteur. Mieux vaut attaquer les premières pages au calme, sans tenter de démêler directement l’intrigue, pour se laisser conduire par Cordurié.

Celui-ci n’abandonne pas pour autant ses adaptations de Sherlock Holmes : « La conclusion de Sherlock Holmes et le Necronoimicon conduira vers un troisième diptyque. Les trois formeront un tout. Ensuite, j’ai en tête un diptyque de transition. »

« Avec Alessandro Nespolino, continue-t-il, « je travaille également sur un autre diptyque qui lui se passe en 1876. J’y raconte l’enquête qui conduira Sherlock à embrasser une carrière de détective conseil. Parallèlement, nous suivons l’ascension criminelle de James Moriarty, le destin des deux hommes étant étroitement lié. Ce sera un récit complet, comme à chaque fois, mais si les lecteurs accrochent, un autre diptyque suivra. »

L’Ours-Lune, un western fantastique haut en couleurs


Autre sortie récente, mais d’un tout autre genre, L’Ours-Lune nous projette dans les contrées hivernales de la Sierra Nevada en 1869. Quatre ans après la fin de la Guerre de Sécession, Fort Sutter est un véritable lieu de débauche pour les pionniers et les quelques soldats encore en faction. L’arrivée inattendue d’un étrange capitaine va bousculer les habitudes du lieu... d’autant plus que les indiens de la Sierra Nevada, jusqu’ici en paix avec les blancs, attaquent le fort sans raison apparente ! Le lien entre les indiens et ce capitaine taciturne aux réactions violentes et imprévisibles semble évident !

Si la collection 1800 forme un tout, elle se décline en différentes thématiques qui permettent d’en casser la possible monotonie. Ainsi, L’Ours-Lune est à l’opposé de La Mandragore : ce western fantastique en impose principalement par ses ambiances pesantes et son intrigue liée au passé et à la psychologie des personnages. Toutefois, les amateurs du septième art remarqueront rapidement l’inspiration thématique du film américain Vorace, sorti 1999 dans nos salles. Rien qui ne nous empêche de goûter le nouveau tour adopté par Viozat et surtout de profiter des très belles planches en couleurs directes de Florent Bossard, la révélation de cet album.

Indémodables

Si 1800 s’inspire des canons romanesques su XIXe ou se permet parfois des innovations pures dans des contextes réputés, elle remet au goût du jour certaines figures populaires, comme Allan Quatermain, dont la fin du diptyque vient également de paraître.

Allan Quatermain revit en bande dessinée

Son scénariste Dobbs, qui signe également Mister Hyde contre Frankenstein et Alamo dont le tome 2 sort prochainement, donne son sens à cette adaptation : « [Face au travail d’Hollywood], mon travail a été, simplement et humblement, de montrer, à nouveau, le vrai visage de Quatermain. Le roman de Haggard est remarquable, avec ce qu’il faut d’initiatique et de guerrier, un modèle même d’aventure exotique qui a marqué jusqu’à Tolkien lui-même. Nous avons juste traité avec Dim-D ce qui nous semblait juste et honnête dans le texte initial. L’une des rares libertés que nous avons prise est une ellipse sur plusieurs passages qui étaient redondants comme les nombreuses scènes de chasses. »

Au rebours de La Mandragore, Allan Quatermain et les Mines du Roi Salomon est un récit très linéaire à conseiller à ceux qui désirent se détendre et voyager sans prise de tête. Mention spéciale pour la superbe couverture quelque peu en contradiction avec un graphisme intérieur, dont le trait ‘jeté’ convient bien à l’action permanente, mais gagnerait à s’accorder un peu de profondeur.

La semaine prochaine sort une autre adaptation fidèle au roman, la très belle évocation d’Elle de Henry Rider Haggard par Elie Chouraquie. La deuxième partie de ce triptyque confirme la très belle introduction du premier tome : envolée aventureuse, dialogues bien construits, et une montée en puissance de l’intrigue et du secret de cette femme millénaire. Une adaptation qui tient ses promesses.

Autre titre qui paraît la semaine prochaine, le second tome de 20.000 siècles sous les mers achève la nouvelle aventure imaginée par Patrick Dumas en hommage à Jules Verne, mais aussi à Lovecraft. Entre nouvelles inventions, civilisation ante-diluvienne sous les mers, et lien avec l’auteur mythique du roman populaire français, le récit pousse adroitement les portes du fantastique et de l’aventure. On espère que cette belle série pourra accoucher d’un second diptyque, avec un autre cross-over tout aussi prometteur.

La collection 1800 se porte plutôt bien et s’apprête à dévoiler quelques nouveautés alléchantes ! Après Le Retour de Dorian Gray, c’est un autre personnage de Londres (mais réel celui-ci) qui reprendra doublement vie : Jack éventreur. Le serial-killer le plus connu de toute l’Histoire se devait de trouver sa place au sein de cette collection. On le retrouvera donc en mai dans une adaptation romancée de la chronique des crimes de Whitechapel , mais aussi en juin avec Van Helsing contre Jack l’Eventreur, scénarisé par Lamontagne. Le même mois accueillera le tome 2 d’Alamo, dont nous parlions précédemment.

Plus tard dans l’année, La Momie scénarisée par Olivier Peru et Scotland Yard par Dobbs et avec les couleurs directes de Stéphane Perger viendront s’ajouter au palmarès, de même qu’une suite à Dracula !

Scotland Yard, de Peru et Perger

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Tous les visuels sont © Soleil prod 2011-2012.

Commander :
- La Mandragore T1 chez Amazon ou à la FNAC
- L’Ours-Lune T1 chez Amazon ou à la FNAC
- Allan Quatermain et les Mines du Roi Salomon T2 chez Amazon ou à la FNAC
- 20.000 siècles sous les mers T2 chez Amazon ou à la FNAC
- Alamo T2 T chez Amazon ou à la FNAC
- Elle T2 chez Amazon ou à la FNAC
- Le Retour de Dorian Gray T1 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?