Les Harlem Hellfighters – Par Max Brooks et Caanan White (Trad : A. de la Roque et S. Roser) – Ed. Pierre de Taillac

30 mars 2017 0 commentaire
  • Formidablement dynamique, cette BD rend hommage aux soldats afro-américains du 369e régiment d’infanterie de l’armée américaine au cours de la Première Guerre mondiale. Ignorés dans leur pays, considérés en raison du racisme ambiant comme des « chairs à canon », ils étaient pourtant redoutés par les Allemands en raison de leur courage.

De la Première Guerre mondiale, nous, lecteurs de BD, ne retenons que les formidables albums de Tardi qui nous donnent l’impression de soutenir, seuls quasiment, la mémoire de la « Der des Ders » dont les derniers témoins ont disparu. Cette boucherie épouvantable n’a pourtant pas comme héros ou comme victimes que des Français et des Allemands. Les Alliés étaient multiples et le talent de l’auteur d’Adèle Blanc-sec, avec son propos antimilitariste, éclipse un peu leur mémoire.

Aussi regardons-nous avec intérêt cette BD des éditions de Taillac, un label spécialisé dans la chose militaire, qui met en lumière le rôle des Afro-américains dans le conflit. Ils ont été décorés par la France et ont nourri l’imagerie raciste des Allemands qui désignaient ces valeureux soldats comme les « combattants de l’enfer », au même titre que les soldats de couleur de la République Française comme ces tirailleurs sénégalais, auxquels les manuels militaires recommandaient de parler en « petit nègre », poussés à l’avant du front par des officiers méprisants.

Pour les Américains, venus défendre, selon les mots du Président Wilson, la démocratie en Europe, le statut des Noirs n’est pas plus enviable : ils sont envoyés au front alors que le pays de la Statue de la Liberté cultive encore une sévère ségrégation.

Max Brooks, le propre fils de Mel Brooks, est un auteur de SF apprécié ; on lui doit notamment un Guide de survie en territoire zombie et le roman World War Z adapté au cinéma avec Brad Pitt dans le rôle principal. Il est depuis longtemps investi dans la cause des minorités raciales.

Dans ce roman graphique, il a voulu rendre hommage à ces hommes courageux qui devaient combattre sur deux fronts : celui de la guerre en Europe et celui de la démocratie dans leur propre pays. Le dessin est de Caanan White est dans la mouvance du comic book US : spectaculaire et dynamique. Noueux et poussant systématiquement le noir, il manque parfois de lisibilité même si, le plus souvent, les visages ne manquent pas d’empathie.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?