"Les Oiseaux ne se retournent pas" de Nadia Nakhlé : une BD, un spectacle et un film un peu contratriés par le confinement.

27 avril 2020 0
  • Parcours d'exil, d'un pays en guerre vers le Paris des cultures partagées. Aussi beau dans la forme qu'universel sur le fond. Dédié aux enfants, cet album devait être aussi un dessin animé, un spectacle musical et une exposition visuelle et sonore. Mais le Covid-19 a un petit peu perturbé cet accompagnement. On se rattrapera après le confinement !

Avant de partir loin de cette guerre, Amel doit changer son nom, quitter ses grand-parents. Son passeport en poche, elle suit un jeune du village peu dégourdi. En chemin, ils se perdent, et Nina (son nouveau nom) trouve un autre chaperon : Bacem. Musicien déserteur, il a aussi connu le deuil, et réussit à amener sa protégée jusqu’au bateau qui leur permettra de traverser la Méditerranée. Mais au débarquement, Bacem a disparu, laissant son oud orphelin, et Amel/Nina se retrouve toute seule...

"Les Oiseaux ne se retournent pas" de Nadia Nakhlé : une BD, un spectacle et un film un peu contratriés par le confinement.

Difficile de dissocier la forme du fond dans ce récit qui habille de rêves et de poésie une trajectoire d’exil désormais universelle. Des ornements de bord de page à la qualité du papier, de la finesse des visages aux ombres qui menacent chaque planche, l’album présente un écrin splendide pour une trame dramatique éclairée par la musique.

Outre un chapitrage très dynamique, le ton subtil et pudique du récit ouvre grand les portes de cette histoire à un large public, qui trouvera en fonction de son âge de nombreux plaisirs de lecture. Mais surtout, de poignantes scènes d’humanité, d’amour du partage des cultures. On y retrouve la même sensibilité orientale que dans les pages de Zeina Abichared, et une foi en l’humain embrumée de doutes comme chez Marjane Satrapi. Et comme elle,Nadia Nakhlé adapte sa BD pour un film d’animation à paraître bientôt.

La sortie de l’album devait être aussi accompagnée d’un spectacle associant projections animées, musique et création sonore immersive. Sur scène, composé et joué à l’oud par Mohamed Abozekry, le pianiste Ludovic Yapoudjian, les comédiennes Mayya Sanbar et Negar Hashemi.

Les Oiseaux ne se retournent pas, par Nadia Nakhlé : le spectacle.

Évidemment, avec le confinement, tout cela est un peu gelé pour le moment. Mais l’album est assez fort pour que ces accompagnements reprennent au déconfinement.

Les oiseaux ne se retournent pas de Nadia Nakhlé - Roman graphique et spectacle from Nadia Nakhlé on Vimeo.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Les Oiseaux ne se retournent pas - Par Nadia Nakhlé - Delcourt

- [Les détails sur le spectacle sur le site de l’artiste-https://www.nadianakhle.com/les-oiseaux-spectacle]. En partenariat avec Le Cube, Stereolux, Amnesty international, La Cimade, le CNC.

Chargée de diffusion du spectacle et de l’exposition : Clara Normand pour Immersion Nomade : clara@imno.in

  Un commentaire ?