Les collections Hachette misent sur l’Histoire

23 octobre 2019 4 commentaires
  • ÉDITION - Les publications en vente par correspondance se font discrètes. Pourtant, elles prennent depuis longtemps une place notable dans le paysage de la bande dessinée, avec un acteur qui domine ses concurrents de la tête et des épaules : Hachette Collections, qui deux mois après le lancement des "Tuniques bleues", consacre sa nouvelle action à l'histoire et à la Collection Vécu chez Glénat.

Nul besoin de présenter Hachette Collections, qui a distribué et distribue encore en kiosque et en abonnement quelques très grandes séries de la bande dessinée, du manga et du comics : citons notamment Les Schtroumpfs, Lucky Luke, Natacha, Lefranc, Tanguy & Laverdure, Valérian, Iznogoud, Lanfeust et les Mondes de Troy, Les Pieds Nickelés, Bibi Fricotin ou encore les Marvel Comics, Dragon Ball, One Piece, Star Wars, Conan, etc.

L’éditeur spécialisé en VPC [Vente Par Correspondance] avait innové en 2016 en sortant du cadre classique d’une série (parfois agrémentée de ses dérivés comme pour Lanfeust) afin de proposer des collections multi-auteurs organisées autour d’une thématique . Un pari, car l’éditeur qui mise sur un abonnement au long cours doit s’assurer de maintenir le niveau tout au long de sa publication, tout en produisant, par ses dossiers complémentaires, un contenu suffisament éclectique et inédit pour contenter le curieux comme le passionné. Son premier challenge avait été les Grands Classiques de la bande dessinée érotique, pilotée par Vincent Bernière, une référence en la matière.

Fort de cette réussite, Hachette Collections vient de lancer un nouveau concept dans cette lignée, mais dans un format encore plus ambitieux. Son objectif ? Rassembler toutes les grandes séries du magazine « Vécu » édité à l’époque par Jacques Glénat ! Un pari imposant, car Hachette Collections annonce un minimum de 144 albums proposés aux amateurs : Les 7 Vies de l’Épervier, Les Tours de Bois-Maury, Giacomo C, Les Chemins de Malefosse, Les Pionniers du Nouveau Monde, Le Masque de Fer, Masquerouge, Les Aigles Décapitées, Dampierre et Le Fou du Roy. Un véritable florilège de la bande dessinée historique et de ses séries les plus emblématiques !

L’éditeur ne se limite d’ailleurs pas aux albums prépubliés dans le magazine Vécu, et propose les séries précitées jusqu’aux derniers tomes édités à ce jour. De plus, « Si de nouveaux albums de ces séries venaient à paraître en cours de collection, ils y seraient intégrés , nous explique David Jolly d’Hachette Collections. Et en cas de succès, nous pourrions prolonger la collection avec d’autres séries issues de "Vécu" », nous annonce-t-il, celle-ci pouvant donc s’étendre au-delà des 144 albums et de ses compléments (voir ci-dessous).

Les collections Hachette misent sur l'Histoire

Analyse de l’offre

Il serait vain de revenir en détail sur toutes ces sagas qui ont imposé un genre au-delà de ce que Jacques Martin avait initié avec Alix, et qui rassemble un important contingent d’auteurs devenus de véritables références du genre : Patrick Cothias, André Juillard, Hermann, Yves Swolfs, Daniel Bardet, François Dermaut, Patrice Pellerin, Jean-Charles Kraehn, Griffo, Jean Dufaux,…

Nous voulions pourtant en savoir plus le contenu proposé par l’éditeur. Pas de modification pour la fabrication : les solides albums cartonnés sont toujours dotés d’un dos toilé résistant qui permet une fois de plus de composer une impressionnante frise, une fois la collection rassemblée. L’éditeur a ici choisi de réaliser des couvertures en noir et blanc, en se concentrant sur les personnages, véritables vecteurs de cette Histoire souvent française, « vécue » dans différents lieux de France, de Navarre et d’ailleurs, surtout à différentes époques.

« Nous allons panacher les séries au fur et à mesure de la collection, nous explique David Jolly d’Hachette Collections, Afin que les lecteurs puissent les découvrir au fil des mois. Nous ne publierons donc pas les séries par bloc. Je vous rassure, il n’y aura pas besoin d’attendre la fin de la collection pour pouvoir lire le dernier tome des "7 Vies de l’Épervier", mais des albums des "Tours de Bois Maury" seront par exemple introduits entre les tomes 5 et 6 de cette série. L’idée est justement que les lecteurs découvrent plusieurs séries et que nous attisions leur curiosité sur différents auteurs et univers de "Vécu". »

Comme toujours, Hachette Collections propose des cadeaux pour l’abonné : outre une plaque émaillée inédite des Chemins de Malefosse réalisée par Brice Goepfert, et trois ex-libris de couvertures emblématiques, l’éditeur propose les trois albums Les Coulisses de la série, consacrés respectivement aux Chemins de Malefosse, aux 7 Vies de l’Épervier, et aux Aigles Décapitées.

Extrait du premier dossier consacré aux "7 Vies de l’épervier"

Mais ce sont surtout les dossiers exclusifs qui attirent une fois de plus notre attention. Ils permettent aux lecteurs de prolonger son aventure au-delà de la bande dessinée. De plus, ces pages prennent une importance particulière dans l’aspect historique qui relie ces différentes grandes sagas : de quoi mieux comprendre notre Histoire, et comment les auteurs se sont documentés pour retranscrire au mieux les atmosphères de ces différentes époques, à un moment où Internet n’existait pas encore.

À la découverte des dossiers, nous sommes tout d’abord surpris de constater qu’ils ne dispose que six pages à la place des huit habituelles. Puis nous buttons sur la première : moins qu’une page d’introduction, il s’agit simplement d’une page de transition avant le dossier proprement (qui ne sera donc composé que cinq pages didactiques). En effet, cette première page est identique pour tous les albums de la même série. Le premier visuel présenté pour les 7 Vies de l’épervier est le couverture du tome 4, tandis qu’il s’agit de la couverture de la première intégrale pour Les Tours de Bois-Maury.

Extrait du premier dossier consacré aux "Tours de Bois-Maury"

Pour sa part, la dernière de ces six pages propose une analyse d’une planche. Un moyen certes classique de clôturer un album, qui permet de donner quelques clés de lectures aux personnes qui ne sont pas toujours habituées à appréhender les codes de la bande dessinée. Cette méthode permet d’insister sur les effets recherchés par les auteurs, autant historiques que de mise en scène.

Quant à elles, les quatre pages centrales des dossiers dépassent largement tous nos attentes, comblant sans peine la légère désillusion de la page d’introduction. Tout d’abord, Hachette Collections s’est entouré d’une équipe de choc pour réaliser ces 144 dossiers (soit près de 900 pages à rédiger). On retrouve non seulement l’expérience de Vincent Bernière, complété par la connaissance encyclopédique de Henri Filippini, qui était le directeur de la collection Vécu. À ceux-ci se rajoutent Thierry Lemaire et Frédéric Potet.

En quatre pages, cette équipe de choc parvient à trouver le juste équilibre pour évoquer tous ces sujets passionnants : le cadre historique évidemment, mais aussi le contexte éditorial du magazine Vécu, qui prenait la relève du précédent Circus avec ses séries à l’environnement authentique.

Le dossier fait également la part belle aux auteurs qui se sont engouffrés avec passion dans un genre ardu et souvent méconnu à cette époque. Les liens entre ces différents sujets est réalisé par de petits encadrés, revenant sur tel personnage authentique, ou sur des éléments historiques utilisés par les personnages, comme cette « pistole », cet ancêtre du pistolet présenté dans le premier dossier, et qui pt servir de massue lorsqu’il est déchargé. Passionnant !

Extrait du premier dossier consacré aux "7 Vies de l’épervier"

C’est donc avec beaucoup de plaisir et d’intérêt que nous voyons arriver cette nouvelle collection. Hachette Collections rend ainsi hommage à un magazine qui a dévoilé de grands noms de la bande dessinée, tout en ouvrant la porte du neuvième art à bien des amateurs d’Histoire. Cette collection « Vécu » leur permettra de replonger dans ces périodes charnières de l’Histoire, aux côtés de la plupart des plus auteurs du genre. Longue vie !

Chaaargeez !

Petite piqûre de rappel pour les amateurs de grandes sagas historiques davantage humoristiques : Hachette Collections a également lancé il y a quelques semaines la publication de l’intégrale des albums des Tuniques bleues. Sans surprise, l’éditeur débuté sa publication avec les premiers albums dessinés par Willy Lambil, celui-ci prenant la relève après la disparition de Louis Salvérius en 1972. Les albums réalisés par ce dernier suivront en cours de publication, mais il semblait assez légitime de ne pas surprendre les lecteurs par un autre graphisme, surtout que Lambil a signé la très grande majorité des 63 tomes que composent la série, et qu’il est toujours au travail actuellement !

D’un format un peu plus grand que ceux de la Collection Vécu, cette nouvelle édition permet de profiter pleinement de la mise en page et des savoureuses situations concoctées par Raoul Cauvin, ainsi que du superbe dessin de Lambil. Une taille d’album idéale pour lire ces récits en famille et expliquer aux plus petits les péripéties traversées par le Sergent Chesterfield et son indissociable compagnon, le Caporal Blutch.

Une fois de plus, l’abonné recevra divers cadeaux, dont deux albums de Pauvre Lampil, une série d’esprit autobiographique, où les deux auteurs se mettent en scène. On note aussi deux très belles statuettes, qui paraissent d’une réalisation exemplaire.

Si le dossier est composé cette fois de huit pages, seul à la manœuvre Brieg Haslé-le Gall rivalise difficilement avec l’équipe mise en place pour la Collection Vécu. Bien qu’agréablement introduit et conclu par des aquarelles et des croquis de Lambil, ce dossier comporte une explication de planche en deux pages ; un choix de mise en page qui se révèle peu opportun, avec des pavés de textes parfois indigestes.

Heureusement, en comparaison, les quatre pages centrales du cahier gagnent en intérêt et en légèreté : on y découvre bien entendu les auteurs, ainsi que les personnages-phares. Le dossier parvient surtout à attirer l’attention du lecteur sur des références notables liées à la réalisation de l’album, notamment sur des films d’époque qui ont su éveiller l’intérêt des auteurs, et lever le voile sur certains aspects méconnus de la Guerre de Sécession.

Hachette Collections mise donc sur l’Histoire pour passionner ses lecteurs, quels que soient leurs âges pour les Tuniques bleues, voire plutôt adolescents et adultes avec la Collection Vécu. De deux côtés, on ressent une réelle volonté de valoriser ces séries patrimoniales de la bande dessinée et de les faire (re-)découvrir par le plus grand nombre, et nous prouver qu’elles n’ont pas fini de nous étonner !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Concernant ces publications par Hachette Collections, découvrez les sites réalisés par l’éditeur : La Collection "Vécu" et Les Tuniques bleues

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Les collections Hachette misent sur l’Histoire
    24 octobre 12:49, par umfrut

    Dans l’en-tête : "un acteur qui domaine" ??

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 24 octobre à  13:03 :

      Merci, c’est corrigé.
      Très bonne journée

      Répondre à ce message

  • Les collections Hachette misent sur l’Histoire
    24 octobre 13:06, par umfrut

    Ils font un gros travail avec cette collection d’histoire, pour une fois les couvertures sont vraiment uniques et belles, ça change des couvertures d’origine à taille réduite.
    Je suis quand-même un peu déçu de la collection hachette "Conan" qui contient très peu de dossiers et est moins complète que la version Panini (Les chroniques de Conan) qui introduisent chaque histoire avec une petite présentation, chez hachette il n’y a qu’une petite page en début d’album, page aussi présente chez Panini

    Répondre à ce message

    • Répondu par Henri Khanan le 26 octobre à  19:47 :

      Il y avait de bonnes séries dans la revue Vécu, maintenant quelles sont les deux lettres communes aux journaux édités par Glénat, Circus et Vécu ? Réponse subliminale en cadeau !

      Répondre à ce message