Newsletter ActuaBD

Linette T1 : "Les Pieds qui poussent" - Par Catherine Romat et Jean-Philippe Peyraud - Editions de la Gouttière

  • Une nouvelle héroïne fait son entrée dans le monde de la bande dessinée muette. Linette, petite fille blonde au caractère espiègle et aventureux, entraîne ses lecteurs vers des péripéties pleines de fantaisie.

En cette belle journée, les parents de Linette s’affairent à entretenir le jardin, pendant que papy lit son journal. Munie de son arrosoir, la petite fille souhaite participer. Elle assiste alors à un drôle de phénomène en observant les tomates sur lesquelles sa maman a déversé un étrange produit. En effet, les fruits se mettent à pousser considérablement.

Une idée traverse alors l’esprit de la fillette. Désireuse de rendre service, elle se met en tête de faire bénéficier des effets de ce même produit à son grand-père, maintenant endormi sur sa chaise longue, afin qu’il retrouve sa chevelure d’antan.
Alors qu’elle s’apprête à verser la potion magique, voilà que Linette fait tomber tout le contenu sur ses petits pieds... qui se mettent à grandir ! S’enchainent alors des situations oscillant entre le cocasse et le fantastique.

D’après Michel Foucault, "Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. Le jardin, c’est, depuis le fond de l’Antiquité, une sorte d’hétérotopie heureuse et universalisante." [1]. Ici, le jardin devient le décor du petit théâtre de Linette où son imagination va se manifester.

Si, dans un premier temps, Linette semble effrayée par ce qui lui arrive, ne sachant comment gérer sa transformation au point de créer quelques catastrophes, elle finit assez vite par s’accommoder de la situation, y voyant même une source d’amusement. Nous assistons alors à des scènes frôlant avec le merveilleux et qui ne sont pas sans rappeler des contes de notre enfance. Aussi, cette jolie bande dessinée pourra parler autant aux enfants qu’aux adultes pour ses références.

Le dessin de Jean-Philippe Peyraud s’exprime dans un style épuré, voire parfois schématique, qui confère un certain charme à l’ensemble. Les corps semblent faits de caoutchouc, formant des courbes dynamiques. On peut reprocher toutefois l’effet "casque" des cheveux de Linette ou de sa mère qui demeurent presque rigides quelque soit la situation, provoquant un contraste avec le reste du corps.

Les couleurs pastels sont posées en aplat, ce qui implique l’absence totale de nuance, mais n’altère en rien le plaisir des yeux. On retrouve un code-couleur surtout pour le fond des cases, virant du bleu pâle lors des moments calmes, à l’orange lorsqu’un évènement alarmant se produit.

Le découpage en gaufrier instaure quant à lui un rythme soutenu, servant parfaitement le récit imaginé par Catherine Romat.

Ce premier tome de Linette procure une lecture rafraichissante, à l’humour tendre et qui ravira les petits comme les grands.

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

[1] "Des espaces autres", dans Dits et écrits, vol. IV : 1980-1988 éd. Gallimard, 1994

Linette, tome 1 "Les pieds qui poussent". Par Catherine Romat et Jean-Philippe Peyraud. Editions de la gouttière. Sortie le 6 avril 2018. 10,70 euros.

Commander ce livre chez

Amazon ou à la FNAC

 
Newsletter ActuaBD