Paroles de Blois

  • À Blois, le festival BD Boum confirme chaque année son approche citoyenne par une démarche éditoriale originale : publier en coédition un ouvrage donnant la parole aux exclus. Après "Paroles de tox", "Paroles de sourds", Paroles de taulards", voici... "Paroles d'illettrisme".

Vendredi soir, sous les lambris de l’hôtel de Ville de Blois, on devinait l’émotion de Bruno Genini à la présentation de son dernier-né. À chacune de ses éditions, le festival contribue à la création d’un album original en partenariat avec un grand éditeur ; après Paroles de Tox, de sourds,de taulards etc...cette année l’équipe blésoise avait choisi de donner la parole à …l’illettrisme.

Cette expérience conforme à la philosophie d’une manifestation qui se veut populaire, pédagogique et citoyenne donne chaque année naissance à un album auquel collaborent plusieurs dessinateurs de renom. Cette année, neuf d’entre eux parmi lesquels Ralph Meyer, Brunö, Simon Hureau ou Laurent Astier ont dû mettre en images ces textes venus d’ailleurs, dont la mise en mots et l’accouchement a été assuré par Luc Brunschwig.

Il a fallu tout le talent d’écoute attentive et bienveillante du scénariste du Pouvoirs des Innocents pour mener à terme l’adaptation des récits de ces vies fracturées. Belle initiative donc que cet hommage rendu par la BD, médium de l’image et du verbe, à des individus qui se battent chaque jour contre cette blessure profonde et cruelle.

Issu d’une collaboration étroite entre Lire et Dire et d’autres acteurs locaux de la lutte contre ce fléau social, ce collectif coédité par BD Boum et Futuropolis rassemble huit témoignages singuliers, atypiques et inédits. Totalement investi dans la conception de cet album par son rôle de scénariste, Luc Brunschwig a vécu cette expérience inédite et originale de manière très intense. La sensibilité de l’auteur du sourire du clown n’est évidemment pas étrangère à la réussite et à la tonalité de l’ensemble.

On regrettera que la couverture ne soit pas à la hauteur du contenu. Certes, le sujet n’est guère "enjoué" et il est clair qu’on ne rit pas à chaque page mais tout de même ! Pourquoi réunir ces histoires sous une couverture encore plus sombre que son sujet, noyée sous des couleurs sinistres que ne parvient pas à sauver un lettrage brouillon gauche et pratiquement …illisible ?

Paroles d’illettrisme reste néanmoins un ouvrage à regarder, à lire et…à méditer.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Paroles d’illettrisme - par 9 auteurs de bande dessinée - BD Boum Futuropolis

Commander sur
Amazon