Newsletter ActuaBD

Que sa volonté soit faite T19 - Par Tamiki Wakaki - Kana

  • Si Keima ne réussit pas à conquérir Ayumi et à éveiller sa déesse avant l’aube, les Nouveaux Démons de Vintage transformeront la ville en Enfers ! Une longue soirée s’annonce pour notre « dieu tombeur » !

Avec ce 19e tome -sur 26 en tout- l’arc narratif des Déesses touche à sa conclusion, et cela d’une manière tout aussi magistrale qu’émouvante. Certainement l’un des meilleurs tomes de la série jusqu’à présent.

Rappelons les faits : Keima, grand spécialiste de jeux vidéo de drague, méprise la vie réelle, terne et irrationnelle à ses yeux. Aux jeunes filles bien en chair, il préfère les demoiselles en 2D des jeux de drague au comportement certes standardisé, mais répondant à des principes logiques.

Le sort, ou l’ironie, a voulu que son destin croise celui des Nouveaux Démons, héritiers sympathiques des démons des anciens temps, en quête d’âmes en fuite se cachant dans les « failles » des cœurs de certaines jeunes filles.

Pour les libérer la méthode la plus efficace s’avère de leur faire connaître l’amour et c’est ainsi que Keima contracta, bon gré, mal gré, un improbable pacte avec ces démons pour leur faire bénéficier de son savoir-faire dans ce domaine (bien que virtuel !).

Que sa volonté soit faite T19 - Par Tamiki Wakaki - Kana
Chihiro donne un excellent conseil à Keima !
© 2008 Tamiki Wakaki / Shogakukan / Kana

Dans l’arc qui se termine, Keima doit réveiller les sœurs Jupiter qui jadis enfermèrent les anciens Démons. Au nombre de six, ces déesses sommeillent à l’intérieur d’anciennes « conquêtes » de Keima et ont besoin d’amour pour se réveiller.

Dans ce tome, il ne reste à notre héros qu’une seule déesse à éveiller, Mercury, qui a pour hôte Ayumi du club d’Athlétisme, qui fut la première conquête de Keima au début de la série.

Le récit suit la dernière soirée avant la date fatidique de l’attaque de Vintage, l’organisation qui cherche à faire renaître les anciens Enfers. Keima va poursuivre Ayumi de ses avances tout le long de cette soirée, changeant régulièrement de lieu, car pisté par Vintage, tout en étant épaulé par Haqua, une Nouvelle Démone, et Chihiro, une camarade de classe qui, sans en connaître les détails, découvre la mission de Keima.

De plus, et c’est ce qui lui confère son sel, cette « dernière » conquête ajoute un paramètre inédit : Ayumi est consciente que Keima tente de la séduire dans un but particulier qu’elle ignore. Cependant, elle accepte de jouer le jeu car elle est bel et bien amoureuse de notre tombeur-otaku.

Une situation étrange se déroule ainsi dans ce tome : Ayumi, consciente qu’elle ne pourra jamais vivre le grand amour avec Keima, désire tout de même un moment avec lui, où il se montera sincère envers elle et ses sentiments, même s’il est fatalement éphémère.

Keima décide de sortir le grand jeu pour conquérir Ayumi !
© 2008 Tamiki Wakaki / Shogakukan / Kana

Bref, elle accepte de jouer le jeu s’il se montre à la hauteur de ses attentes concernant son premier amour. Une lucidité des aléas de l’amour qui rend le personnage d’Ayumi particulièrement touchant et qui trouble notre héros, plus habitué à endosser des rôles de circonstances pour atteindre le cœur de ses « conquêtes ».

Parallèlement, le rôle de Chihiro, camarade de classe banale et ordinaire de Keima, mais également meilleure amie d’Ayumi, prend ici une dimension intéressante en apportant un contre-point fort juste à ces amours « extraordinaires ».

Tamiki Wakaki surprend avec ce dernier acte de l’arc narratif des Déesses, confrontant « enfin » son héros au paradoxe de sa manière de traiter, ou de fuir, la « réalité ». L’épilogue lui aussi surprend avec la mise à l’écart de Keima lors de la réunion des sœurs Jupiter (qui vainquent les méchants), sous l’excuse que sa mission se trouve achevée. Il se trouve ainsi ramené une vie « ordinaire » dont lui-même n’est plus sûr de ce qu’elle doit être...

Le chapitre final, consacré au dernier jour du festival et au concert du groupe de Chihiro, se révèle magnifique, et conclut un tome d’une grande qualité, aux personnages attachants et aux situations d’une rare justesse qui nous ont totalement conquis !

© 2008 Tamiki Wakaki / Shogakukan / Kana

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Que sa volonté soit faite T19. Par Tamiki Wakaki. Traduction Pascale Simon. Kana, collection "Kana Shônen". Sortie le 22 mai 2015. 223 pages. 6,85 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Que sa volonté soit faite sur ActuaBD :
- Lire la chronique des tomes 1 & 2,
- Lire la chronique du tome 9,
- Lire la chronique du tome 15.

 
Newsletter ActuaBD