Rock Mastard : Echec à la Gestapo - Par Boucq et Belkrouf - Le Lombard

21 août 2004 0 commentaire
  • Créé dans les pages de Fluide Glacial au début des années 80, Rock Mastard est une parodie décapante de l'aventurier classique à la Indiana Jones, lui-même une parodie du genre. Il nous revient ici dans une série d'aventures délirantes pour donner des couleurs à la collection Troisième Degré au Lombard.

Quelques heureux élus ont peut-être l’album « Pas de Deo Gratias pour Rock Mastard » paru en 1983 chez Futuropolis. Sur un scénario de Delan, Boucq avait créé un détective privé de type chandlerien recruté pour poursuivre le mal incarné par un pape tellement ambitieux qu’il voulait devenir Dieu. Une histoire qui a dû rapidement être mise à l’index dans certains milieux religieux. Ces pages avaient paru dans Fluide Glacial et le porteur de la tiare avait les traits de Jacques Diament, patron de Fluide, ci-devant copain d’enfance de Gotlib.

Vingt ans plus tard, revoici l’aventurier aux idées aussi carrées que sa mâchoire. Si ses premiers récits sentaient l’influence graphique du dessinateur Alexis et le scénario, par capillarité sans doute, rendait la politesse aux Superdupont de Gotlib et Alexis publiés dans le même mensuel, cette version « moderne » profite de l’expérience de l’auteur de Jérôme Moucherot et de Bouncer. Le scénario est délire au possible, parodie de parodie de parodie, manipulant les clichés avec aisance comme un artificier les explosifs. Le rire est au rendez-vous, autant par la vertu des dessins que par les dialogues. Feu d’artifices garanti.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?