Swan (Tome 1) - Le Buveur d’absinthe - Par Néjib - Gallimard

11 février 2019 0 commentaire
  • Plongée brillante dans la naissance de l’Impressionnisme dans un Paris haussmannien haut en couleurs!

Au moment de la sortie de Stupor Mundi, en juillet 2016, Didier Pasamonik l’affirmait :

« S’il n’est qu’une BD à mettre dans vos bagages cet été, c’est cette brique parue chez Gallimard Bande Dessinée. Elle vous permettra de découvrir un auteur quasiment inconnu : Néjib. Et par la même occasion, une rencontre entre l’Orient et l’Occident, l’une des bandes dessinées les plus séduisantes de l’année. »

Swan (Tome 1) - Le Buveur d'absinthe - Par Néjib - Gallimard

Sans aller jusqu’à faire de Swan la meilleure BD de l’hiver, le nouvel opus de Néjib est également d’une grande qualité. Néjib est un auteur atypique : né en Tunisie, il s’installa en France à dix ans, où il fut amené à intégrer l’École supérieure des arts décoratifs de Paris, institution au sein de laquelle il souffrit d’un certain académisme, thématique abordée dans cet album. Graphiste dans le milieu de l’édition, il enchaîna avec un premier album audacieux, une biographie retraçant les premiers pas de David Bowie, pour lequel il adopta « un style graphique résolument Sixties, avec Saul Steinberg pour principale influence. Le choix est pertinent et convient tout à fait pour emballer ce docu-fiction  », comme le notait Morgan Di Salvia dans ActuaBD.

Mais c’est son deuxième album, Stupor Mundi, qui le fit brutalement entrer dans la cour réduite des auteurs qui comptent en France. Il plongea alors à la recherche des premières chambres obscures au Moyen Âge, comme il l’expliquait dans nos colonnes :

« Il y avait celle de la Camera Oscura qui m’obsédait et notamment cette scène qui se serait passée au Moyen-âge de quelqu’un qui présente un phénomène de Camera Oscura et qui fixe l’image. Au cours de mes recherches, je me suis rendu compte que c’était possible à cette époque de faire ça. Je m’intéresse à cela parce que dans notre maison familiale, on a un phénomène de Camera Oscura naturelle. Le hasard a fait qu’il y avait un trou dans un volet et, quand on le ferme, aux heures très ensoleillées, toute la place du village est projetée en image inversée, comme dans un film... »

Il conserve un style jeté similaire (et qui n’est pas sans rappeler celui du grand Fred !) pour aborder un thème finalement assez voisin, en un sens, celui de la naissance de l’art moderne dans le Paris du XIXe siècle, en plein bouleversement haussmannien, et plus particulièrement de l’Impressionnisme. S’étant rendu compte qu’il existait de nombreuses biographies ou encyclopédies sur ce mouvement, mais très peu de choses proposant « une approche collective de cette aventure », il voulut montrer les premières heures de ce mouvement, à partir de 1859, « quand on est très loin des heures de gloire des peintres impressionnistes ». On suit ainsi un Manet et un Degas complètement inconnus. On voit notamment Manet élaborer son Buveur d’absinthe, au sujet prosaïque, et donc odieux, et au dessin semblant à peine ébauché selon les canons de l’époque.

Néjib est passionné par la déconstruction révolutionnaire d’une tradition picturale issue de la Renaissance, l’art devenant une idée, un concept, fuyant la recherche du « beau », fusionnant dessin et peinture. On suit donc les premiers pas de personnages de fiction mais aussi de noms qui nous paraissent prestigieux, dans le cadre de la capitale parisienne en pleine mutation, véritable actrice de ce jeu d’ombres et de lumières. Le personnage principal est Swan, une américaine désirant pouvoir s’affirmer comme peintre à une époque où cela semble impossible pour une femme. Ce premier volume est prometteur, et l’on attend les deux suivants, qui feront également 170 planches chacun. L’ensemble permettra de dresser une fresque détaillée des bouleversement de l’art sous Napoléon III, tout en prenant le temps de mettre en scène des personnages consistants et d’embarquer le lecteur dans ce tourbillon artistique et humain.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?