Un dessinateur français lauréat d’un concours iranien de dessins antisémites

1er juin 2016 7 commentaires
  • L'auteur de la seule BD scénarisée par Alain Soral et Dieudonné vient de remporter le premier prix du second concours de dessins antisémites lancés par l'Iran House of Cartoon pour un dessin qui, curieusement, a quelques années déjà.
Un dessinateur français lauréat d'un concours iranien de dessins antisémites
Le chef d’oeuvre de Zeon, Soral et Dieudonné. Editions Kontre Kulture.

12.000$ pour un vieux dessin datant de septembre 2014, c’est pas mal. C’est le montant que va recevoir le dessinateur Zeon pour le premier prix de la seconde édition d’un "concours de caricatures antisémites" lancé en mai dernier par l’Iran House of Cartoon, une institution financée par la municipalité de Téhéran, qui a reçu des dizaines de candidatures émanant principalement d’Iran, mais aussi d’Amérique du Sud, de France, dont le caricaturiste Bernard Bouton contraint à la suite de cela de démissionner de son poste de président de la Fédération des organisations de caricaturistes FECO (Federation of Cartoonists Organizations – Feco), ou de Belgique, comme Luc Descheemaeker alias O-Sekoer qui fait aussi partie des vainqueurs avec une dotation de 1000$.

Fils d’un père chilien émigré en France mais "Français et fier de l’être", Zeon commence comme grapheur et accède à la "célébrité" grâce à une petite BD scénarisée par Alain Soral et Dieudonné, Yacht People (deux volumes publiés par le label d’Alain Soral, Kontre Kulture, et les Productions de la plume, organe éditorial de Dieudonné) sortie le 11 septembre 2012 et dont il déclare avoir vendu au moins 8000 exemplaires "sans passer par les médias mainstream" : "C’est un véritable succès parce que d’après ce qu’on m’aurait dit de gens qui travaillent chez Casterman, ils sont dans les 2.500 exemplaires vendus pour un jeune auteur."

Le jeune homme se revendique des influences de Gotlib, de Vuillemin, "un Choron de la BD", de Reiser "plus soft" et même de Moebius. Ça ne se voit pas trop... Il adore Blacksad de Guarnido : "Du point de vue dessin, il n’y a personne qui a fait mieux". Puisqu’il le dit...

Brochette de quenelles. Zeon et ses deux mentors. Une belle entrée dans la carrière de dessinateur.
Photo issue du site de l’artiste. DR.

Un sympathisant de la dieudosphère qui n’aime pas Charlie Hebdo

Antisioniste et pro-Chavez déclaré, figure de la "dieudosphère", âgé de 31 ans, Zeon multiplie les dessins où Israël est brocardé sur le thème du "Shoah Business", cher à l’humoriste plusieurs fois condamné pour ses dérapages, thème qui est précisément celui qui lui a permis de remporter ce prix.

Le dessinateur se décrit, comme son mentor, comme un martyr de la liberté d’expression : "On est discriminé, il y a toutes sortes d’appareils du pouvoir pour vous faire taire." Il considère qu’en France, il y a une fausse liberté d’expression, qu’elle est contrôlée par les" lobbies d’argent", dont "le lobby sioniste qui est très puissant en France..."

Quant à Charlie Hebdo, "...c’était de la fausse liberté d’expression, un journal qui tapait sur ceux qui n’ont pas de pouvoir en France, c’est à dire les catholiques et les musulmans..." À propos du massacre de Charlie, il trouve qu’il y a "des choses louches" comme le fait que, selon lui, la surveillance des frères Kouachi avait été arrêtée quelques mois avant l’attentat, qu’un commissaire s’est "suicidé" au lendemain des attentats, ou encore que les terroristes puissent se balader dans Paris alors que c’est une ville très surveillée. Il mentionne aussi une carte d’identité oubliée dans la voiture des terroristes, fait qu’il trouve bizarre comme "sur l’attentat du 11 septembre 2001 à New York..." La doxa complotiste fonctionne à plein.

Cérémonie en grande pompe à Téhéran. Une certaine fascination pour les symboles du nazisme...
Photo DR

Le "tiroir-caisse" de la Shoah

Le dessin qui a obtenu le prix "avec les félicitations du jury" file la métaphore de façon très sophistiquée. Intitulé "Shoah Business" -un terme que la sphère révisionniste utilise depuis plusieurs décennies- , il montre une caisse enregistreuse surmontée par le bâtiment principal du camp d’Auschwitz. Sur le compteur : 6 millions, le nombre estimé de juifs assassinés par les nazis. Les touches égrènent les mots "Lois Fabius-Gayssot", allusion aux lois dites "mémorielles" qui permettent la condamnation en France des propos antisémites et révisionnistes. Quant à la clé qui ouvre la caisse, elle est marquée "Bnaï Brith", cette association connue pour sa lutte contre l’antisémitisme et sa défense du sionisme.

Le dessin primé par le concours iranien de dessins antisémites. Hilarant, n’est-ce pas ?
Dessin : Zeon.

L’humour n’est pas l’objectif premier de ce dessin qui se contente d’illustrer le bénéfice supposé de la défense de la mémoire des victimes de la Shoah. Il n’est pas étonnant qu’il trouve un écho en Turquie où la frange nationaliste n’a jamais supporté que la Loi Gayssot concerne aussi le génocide des Arméniens perpétré en Turquie en 1915.

"C’est dû à un antisémitisme profond de l’état iranien", commente le dessinateur Kianoush Ramezani, représentant iranien de Cartoonists Rights Network International et depuis fondateur-président de l’association internationale United Sketches qui a pour but de défendre la liberté d’expression et de soutenir les dessinateurs en exil. Réfugié politique en France depuis 2009, il a dû fuir son pays en raison des menaces de mort qui pesaient sur lui. "Le dessin me montre que l’auteur n’a jamais vécu sous aucun régime islamique. Il ne comprend rien. Mais il a bien servi le dictateur iranien et bien vendu son âme pour 12000$ !"

Quant à l’éditorialiste de Marianne, Guy Konopnicki, il écrit : "Pour découvrir la finesse de l’humour et l’originalité du trait de Zéon, il faut se rendre sur les sites de ses amis, Alain Soral et Dieudonné. Zéon représente le juif maître du monde, reconnaissable à son nez crochu, ses lèvres charnues et ses oreilles.Comme c’est original ! Ce dessin " ne risque pas d’être poursuivit pour plagiat : le détenteur des droits sur une caricature quasi identique a été pendu à Nuremberg en 1946. Car Zéon copie purement et simplement les images de juifs parues dans le Stürmer, journal du nazi Julius Streicher . Aucun talent, aucune originalité, seulement de la haine. Assez de haine pour baver sur Charlie dès le 7 janvier 2015... La récompense s’imposait : le concours de caricatures négationnistes a été fondé à Téhéran pour répondre aux images blasphématoires que publiait alors Charlie Hebdo. Les dessinateurs de Charlie assassinés, Zéon primé à Téhéran, tout est en ordre."

La France est en tout cas prête à accueillir le président iranien et ses promesses de lendemains financiers qui chantent. Zeon sera-t-il reçu à l’Élysée ?

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • C’est quand même étrange, de la part des organisateurs bien sûr, de prétendre mettre sur le même plan ce concours avec les caricatures de Charlie Hebdo, ou n’importe quelle caricature d’ailleurs.

    Il est bien difficile d’y voir des caricatures, surtout dans le cas que vous indiquez.

    à quoi est-ce censé me pousser à réfléchir ? à quel sujet ? sous quel angle original qui ne me serait pas déjà venu à l’esprit ?

    En quoi est-ce choqant au sens où ça me bouscule dans mes idées ?

    Voilà un dessin finalement très consensuel : chaque partie s’y trouve confortée dans ses idées.

    Le décryptage de D. PasamoniK n’était pas nécessaire, pas besoin d’être expert ès-complot pour comprendre les signes à peine cachés.

    Ce n’est pas une caricature mais un dessin pleins de clichés pour ricanner bêtement entre amis du même bord, tout en se pensant plus malin que la moyenne mais en abandonnant au passage sa liberté et son intégrité.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 2 juin 2016 à  01:30 :

      vraiment de très mauvais goût, mais en effet pas pire que ceux de charb ressassant toujours le même musulman à nez crochu montrant son derrière. qui, soit dit en passant, ne faisait non plus réfléchir à rien ! bref, mauvais goût à tous les étages !

      Répondre à ce message

      • Répondu par ALG le 4 juin 2016 à  12:40 :

        Je crois que vous fantasmez pour ce qui concerne les nez crochus des "musulmans" de Charb... Pour avoir devant les yeux quelques recueils de dessins de Charlie, datant de l’époque où je le lisais, je ne vois aucune différence dans la représentation des nez des personnages. Pis encore, ils sont bien plus ronds et gros que crochus.

        Répondre à ce message

      • Répondu le 4 juin 2016 à  14:48 :

        Votre message, outre son inanité évidente, est profondément choquant. Malheureusement pas encore assez pour ActuaBD.

        Répondre à ce message

        • Répondu par ALG le 4 juin 2016 à  19:24 :

          C’est moi qui suis choqué !
          Je fais simplement remarquer que votre commentaire est inexact sur le fond car vous qualifiez de crochu ce qui est visiblement gros et rond. Ce qui a son importance quand vous parlez de représentation visuelle et d’histoire de la caricature (l’inénarrable nez crochu, classique des caricatures antisémites) !

          Par ailleurs, j’ajoute que les nez musulmans des dessins de Charb ne sont pas différents de ses autres nez ce qui a également son importance puisque ça ne dénote pas de volonté essentialiste de sa part, contrairement à ce que vous sous-entendez.

          Répondre à ce message

  • Précision : Bernard Bouton a démissionné de la FECO France (Federation of Cartoonists Organisation) mais reste président général de la FECO International. ff http://www.fecocartoon.com/index.php/feco-mainmenu-48/organisation-mainmenu-33

    Répondre à ce message