Venusdea ou la créativité sans barrière

10 octobre 2009 0 commentaire
  • Dire que Barbara Canepa déborde de projets est un euphémisme. Après les séries Skydoll, Monster allergy (et son dessin animé), la collection Métamorphose, voici Venusdea, un espace de liberté créatrice pour les artistes européens.

Venusdea ou la créativité sans barrièreLes fans de Skydoll auront levé le sourcil en entendant le nom de ce nouveau label. Oui, Venusdea est bien l’usine où sont fabriquées les poupées dans la série scénarisée par Barbara Canepa et dessinée par Alessandro Barbucci (dont le tome 4, promis juré, sortira en 2010). Mais au-delà du clin d’œil, quelle est l’idée du projet dont Barbara est à l’origine ? « C’est un projet qui est né il y a plus de trois ans, avant la collection Métamorphose, précise la jeune femme. L’idée est d’avoir un espace où les artistes peuvent s’exprimer sans retenue ! Les projets sont ce qu’ils veulent, jusqu’à l’utopie. Un livre ? Un livre plus un objet ? Un objet (comme une figurine ou un jeu) ? Tout est faisable. Des sociétés qui proposent cela aux artistes existent aux États-Unis, en Chine ou au Japon, mais pas en Europe. »

La couverture de Chats siamois de Bianco et Ciou.
(c) Bianco-Ciou/Venusdea


Nul ne doute que les trois années passées aux studios Disney comme dessinatrice ont donné quelques idées à cette Italienne originaire de Gênes. « La majorité des artistes qui sont célèbres outre-atlantique sont européens ! Ce n’est pas absurde ? Pourquoi être obligé de s’expatrier ? Sur le modèle des éditeurs américains Dark Horse ou Fantagraphics, l’idée est de faire la même chose ici. Avec des artistes du milieu de l’art, du design, de l’animation. Peut-être même des photographes. Et surtout avec une culture européenne. Une culture vieille de plus de 3000 ans. »

Pages 58 et 59 de Chats siamois.
(c) Bianco-Ciou/Venusdea


Pas de ligne éditoriale comme pour la collection Métamorphose, pas forcément de lien avec la bande dessinée, les artistes ont vraiment carte blanche pour proposer une œuvre personnelle. « Les seuls critères de choix sont la qualité de l’œuvre, la faisabilité et le prix. Les créations doivent être à la portée de toutes les bourses. » Venusdea a donc été créée pour porter le concept. « Venusdea est un label indépendant et international. Qui possède ses propres distributeurs et diffuseurs, et des usines en Chine. Cette structure permet de vendre dans le monde entier, sans passer par des licences. Le tout est financé par Soleil. Je choisis les projets avec Clotilde Vu, qui est aussi éditrice du label, et Mourad Boudjellal donne le feu vert. »

Deux Mekaneko customisés par Matteo de Longis et Lilidoll, lors du lancement du art toy en décembre 2009
© Thierry Lemaire


Après trois ans de maturation d’un projet lourd à mettre en place, les premières réalisations arrivent en France à l’automne. Le 12 novembre, le livre illustré « Chats siamois », avec Guillaume Bianco aux textes et Ciou aux dessins, assurera le vrai lancement de Venusdea. « Pour faire connaître le label, nous avons décidé de publier d’abord le livre. Il est superbe, avec une couverture toilée imprimée au fer chaud. Et en papier recyclé aussi, j’y tiens. Ensuite, il y a une figurine qui arrive, vendue à part comme un art toy ou dans un coffret avec le livre. »

La figurine "Chats siamois".
(c) Venusdea


Le 25 novembre, ce sera le tour du robot Mekaneko, créé par le designer Matteo de Longis. « Un peu comme un Qee [1], c’est un art toy qu’on peut décorer avec les stickers qui sont dans la boite. Un jeu pour les grands qui ne peuvent plus acheter ni Barbie ni Ken parce qu’ils ont la honte. (rires) Et ça fait très cool. L’objet sortira en cinq versions dans le monde entier, dans un coffret avec un livret. Le distributeur en Europe est Art toyz, et pour les livres, c’est Hachette avec Delsol. »

Les Mekaneko (blanc pour les filles, noir pour les garçons) dans leur boite, avec le livret et les stickers.
(c) de Longis/Venusdea


Le rythme prévu des sorties est de trois à quatre projets par an et Barbara Canepa a déjà reçu tellement de propositions que le planning est bouclé jusqu’en 2012 (le dernier à avoir frappé à la porte de Venusdea est Gobi, un des deux auteurs de Luchalibre, pour un projet de figurine). Cette obligation de prévoir les sorties à moyen terme n’inquiète pas la jeune femme. « Je regarde quelle est la mode du moment et j’anticipe sur la suivante, dans les deux ou trois ans. C’est un de mes points forts. Et c’est un atout dans ce métier. »

Détail du projet Milky de Lilidoll, un livre plus une figurine prévus pour le printemps 2010.
(c) Lilidoll/Venusdea

(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le site de Venusdea (lancement prévu fin octobre)

[1Figurine créée par la société hong kongaise Toy2r.

  Un commentaire ?