Newsletter ActuaBD

XIII : Le Mystery s’épaissit

  • La fin de l’année est là, avec son double XIII : une relance de la série régulière assurée par Iouri Jigounov et Yves Sente et un « XIII Mystery » animé par François Boucq et Didier Alcante. Le spin-off séduit au détriment de la série originale.

XIII : Le Mystery s'épaissitNe jetons pas la pierre à Yves Sente : son album, Le Jour du Mayflower, vient à la suite d’un duo d’auteurs époustouflants, le râblé William Vance et le virtuose du scénario Jean Van Hamme.

Les nouveaux titulaires de la série ont décidé de creuser le continent inconnu de la mémoire de leur personnage. Leur héros interroge ses souvenirs à l’aide de techniques nouvelles et dégote des indices qui lui permettent de relancer l’enquête. Mais ce retour aux origines de Jason Mac Lane alias XIII est suivi de près par des gens qui n’ont pas intérêt à ce que ces éléments remontent à la surface. Tous les coups bas, jusqu’au meurtre, seront bons pour atteindre cet objectif.

Cette quête se double d’une tentative de recrutement du héros par une espèce d’officine privée de type « Blackwater » mais notre baroudeur à la tempe grise se montre boyscoutement récalcitrant.

Pendant ce temps-là, les neuf conjurés du groupe des XX arrêtés à la conclusion des précédents épisodes sont exfiltrés de leur prison et les preuves accablent le 13ème numéro.

On a peu de choses à dire sur le dessin de Jigounov, toujours aussi précis et clinique. Il met quelques pages à dominer son personnage mais il se fond parfaitement dans l’univers graphique de William Vance dont il n’a cependant pas la fougue lyrique.

Curieusement, l’insert historique de cet album qui a été demandé au dessinateur originel est en-deçà de son habituel brio. Il faut dire que c’est une séquence particulièrement bavarde et didactique, sans explosion fracassante...

On s’ennuie un peu dans ce premier volume du relaunch de XIII, sans doute parce que Sente n’a pas le même tempo que celui de Jean Van Hamme et qu’il lui faut jeter les fondations d’un nouveau cycle. Les scènes d’action sont souvent convenues et parfois invraisemblables : on voit notre maître-espion manipulé par une simple écoute téléphonique, pourtant le B.a.-ba du métier.

Deux titres en concurrence

Cet album soufre surtout de la comparaison avec son pendant, XIII Mystery de François Boucq et Didier Alcante centré sur le destin de Colonel Amos, haute figure de la CIA qui mena l’enquête sur l’assassinat du président Sheridan.

Appuyé sur une documentation solide et intéressante dont les ressorts sont aussi bien diplomatiques (Amos est un des fondateurs du Mossad passé à la CIA qui est amené à enquêter sur son ancien service, alors que les relations entre Israël et les USA sont particulièrement tendues) que psychologiques (notre colonel se découvre un enfant caché), l’intrigue est basée sur la psychologie complexe d’un personnage pour lequel on a facilement de l’empathie. Le scénario est rythmé, crédible, intrigant. Didier Alcante s’en sort avec brio et nous apparaît légitimement comme l’un des meilleurs successeurs de Jean Van Hamme.

Quant au dessin de Boucq, il est au diapason de cette réussite scénaristique. Le grand prix d’Angoulême produit parfois trop mais ne déçoit jamais. Doté d’une virtuosité comparable à celle de Moebius, il est sans aucun doute l’un de nos meilleurs dessinateurs réalistes actuels.

Une magnifique séquence de François Boucq et Didier Alcante pour "XIII Mystery"

On comprend que la comparaison entre les deux ouvrages est un peu meurtrière pour la série régulière, d’autant que son argument est le même que celui de la série Mystery : creuser le passé de son personnage.

Ce qui est dérangeant, pour l’heure, c’est qu’on a l’impression que nous sommes dans le spin-off et pas dans la série principale.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander « XIII : Le Jour du Mayflower » sur Amazon ou à la FNAC

Commander « XIII Mystery : Colonel Amos » sur Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
18 Messages :
  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 12:29, par lebon

    Boucq est absolument extraordinaire, à l’aise dans tous les exercises de styles, à voir aussi ces 4 planches de Moucherot dans le numéro spécial année 80 de fluide glacial.

    Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 13:16, par PPV

    Voilà un article qui m’a convaincu de faire l’impasse sur le "relaunch" de XIII et de me concentrer sur le XIII Mystery.
    je n’ai été convaincu par aucune des reprises des séries de Van Hamme par Sente, il enfile là un costume qui est beaucoup trop large par rapport à sa carrure. Que disent les ventes de ses Thorgal ? Ses B&M ? cette reprise de XIII est-elle un test ? D’où tire-t-il cette confiance aveugle ? N’est-il pas temps de lui demander gentiment de laisser la plume à plus doué ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 novembre 2011 à  18:54 :

      n’est-ce pas temps de laisser tomber tout court ? On ne fait pas du neuf avec de l’ancien, et ça finit toujours mal de prendre les gens pour des vaches à lait

      Répondre à ce message

      • Répondu le 11 novembre 2011 à  02:00 :

        Si on ne pouvait pas faire du neuf avec du vieux, on ne jouerait plus Molière et Shakespeare. Le problème de faire avec du vieux c’est le même que de faire avec du neuf : il faut du talent. Ça arrive.

        Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 14:12, par Vincent

    Qu’entendez-vous par "le râblé William Vance" ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 novembre 2011 à  00:44 :

      [En parlant d’une pers.] Qui est carré, trapu et vigoureux. Synon. costaud, massif. (Académie)

      Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 15:32, par Icecool

    Avec une certaine régularité, on s’aperçoit finalement - lors des reprises - que les spin-offs sont bien meilleurs que les albums de la série traditionnelle : c’est déjà le cas pour Spirou et - pour certains- déjà sur Thorgal. Logique quand la série mère reste enfermée dans un carcan strict là où le spin-off bénéficie de plus de liberté (style graphique, pagination, rôles des personnages, etc.), ceci en plus de l’attrait constaté à l’heure actuelle pour l’one shot ou le diptyque.
    Le travail de Jigounov reste tout de même très bon sur cette reprise, alors ne boudons pas trop non plus notre plaisir de lecteur.

    Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 16:01, par P.

    Cette "bande annonce", là, c’est une blague, non ? Peut-on faire plus malhabile et ringard ? Je ne comprends pas ce complexe de la bande annonce de film de série B, avec moins de moyen, moins d’effets et moins de professionalisme... Un peu déprimant...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Richard Colin le 10 novembre 2011 à  23:11 :

      Le scénariste Yves Sente est un des plus grands mystères (Mystery ...) de la bande dessinée. Sans lui dénuer un petit talent de raconteur, il est très très loin des grands scénaristes. Il aurait pu créer quelques séries (B) honnêtes, au tirage juste suffisant pour que la rentabilité soit au rendez-vous. Mais jamais, au grand jamais, il n’aurait fait un grand succès. Alors devenir le scénariste des BD franco-belges les plus mythiques (Blake et Mortimer, Thorgal, XIII, j’en oublie ?) est quelque chose que je ne comprendrai jamais. Et le plus incroyable est qu’on le laisse continuer ... alors qu’après un ou deux albums, tout éditeur un peu censé aurait arrêté les frais. Bien entendu, les ventes de ces séries sont sans doute là, héritage - bientôt dilapidé - des splendeurs du passé. Mais un scénariste génial pourrait sans doute les maintenir ou les augmenter, alors que Sente en sera le fossoyeur. Qui peut donc m’expliquer son maintien à la tête de ces séries ... Quelles hypothèses avez-vous ? Ou est-ce qu’il y a si peu de scénaristes de talents qu’à défaut d’un génie, on prendrait le moins mauvais ?
      Richard

      Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    10 novembre 2011 19:53

    Trop bidon la bande annonce ! l’animation pourrie, on dirait un prod télé de 1980 !

    Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    12 novembre 2011 15:23, par Pirate

    Pour ma part, je suis totalement en désaccord avec votre article.
    Dieu sait pourtant que je considère Yves Sente comme un piètre scénariste, mais cet album m’a tenu en haleine. Il est bien construit, lance plusieurs pistes intéressantes et remet en scène de façon crédible les personnages principaux créés par le duo originel.

    Le dessin de Jigounov est à la hauteur et les planches très fournies. Au passage, j’ai du mal à croire que vous ayez oublié que Vance était devenu parkinsonnien...

    En revanche, j’ai trouvé la prestation de Boucq et Alcante tirée par les cheveux, maladroite voire ridicule par moment (le coup de la fille qu’il se découvre est du niveau d’une série B américaine).
    Quant à Boucq, ses planches N/B doivent paraître bien vides. Au moins la moitié de l’album est une succession de visages ou de bustes et les décors sont bien pauvres (faîtes la comparaison avec les planches de Jigounov...). Quant à la couv, on dirait un croquis inachevé publié par erreur !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 12 novembre 2011 à  23:40 :

      Depuis quand en mettre des tonnes est un signe de qualité ?

      Répondre à ce message

  • XIII : Le Mystery s’épaissit
    16 novembre 2011 21:31, par Tino

    Puisqu’il en faut un pour défendre Yves Sente, je serai celui là : bien vite oublié, apparemment, "la vengeance du comte de Skarbek", qui fut un grand succès, tant pour son dessin que pour son scénario.
    Je trouve qu’il est facile de tirer à vue sur ce scénariste, et cela rappelle d’ailleurs un lynchage équivalent vis à vis de Van Hamme, qui, s’il est adulé aujourd’hui, n’a pas toujours été en odeur de sainteté, loin s’en faut.
    Qu’attendez-vous donc ? Un scénario bien ficelé, et qui vous tient en haleine : de Thorgal à Blake et Mortimer, pour moi, ce scénariste n’a pas à rougir ! Je trouve au contraire que la BD Thorgal renaît, après un essouflement bien compréhensible dans les derniers albums signés de l’auteur original. Le dernier Tome reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès de cette série, et les mélange intelligemment, ce qui me rend plus que jamais, fan de cette série, mais aussi des "mondes de Thorgal", coordonnés, faut-il le rappeler, par un certain Yves Sente.
    Il faut beaucoup d’audace, de mon point de vue, pour mépriser à ce point le travail de cet homme, et puisque le question doit être posée, je la pose : qui d’autre aurait pu reprendre ces séries ? Je rappelle que Van Hamme a été lui même très enthousiasmé par les scénari qu’il a eu entre les mains... alors messieurs (ou mesdames), il est peut être temps de revoir sa copie à la hausse, et d’envisager qu’un autre que Van Hamme puisse aussi avoir du talent !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Stéphane Huzes le 16 novembre 2011 à  23:33 :

      Vous semblez oublier que "la vengeance du comte de Skarbek" est une adaptation du Comte de Monte Cristo (avec une "astuce" narrative), en ça il suit l’exemple de Van Hamme en faisant siennes des oeuvres antérieures.

      Répondre à ce message

      • Répondu par J-F Bride le 17 novembre 2011 à  08:49 :

        Van Hamme a d’ailleurs essuyé un procès de Ludlum pour la ressemblance de XIII avec "La mémoire dans la peau". XIII est aussi inspiré des Kennedy. Le diptyque de El Cascador est tiré du roman de Largo Winch sur la forteresse de Makiling, histoire resservie par Van Hamme dans le premier Wayne Shelton. Thorgal est largement inspiré de la mythologie wagnérienne. Largo Winch a été écris il y a 40 ans puis adapté en BD. Pour rappel, il indique avoir renoncé à poursuivre les romans de Largo Winch en testant la fidélité et l’intérêt lecteurs pour sa plume de la façon suivante : les premiers tomes ayant sur leur couverture une femme largement déshabillée, il a demandé à l’éditeur de faire une couverture plus sobre. Résultat une chute des ventes.

        Quant à Sente, outre "le comte de Sharbek" effectivement pompé sur celui de Mont Cristo au point de reprendre l’histoire de Hugo utilisant des nègres pour ses romans, ses scenarii sur Blake et Mortimer sont des « plats réchauffés » des trames des albums de Jacobs : ’La machination’ ressemble étrangement à "Sos Météore" avec les russes qui essayent à Moscou avec un virus ce qu’ils ont raté avec la météo à Paris et le triptyque sur Açoka reprend pour la première partie la manipulation de l’âme (s’il en a une) de Olrik vue dans la Marque Jaune et le 3e opus ressemble particulièrement au "Mystère de l’Atlantide" avec sa civilisation perdues plus sage et évoluée que nous.

        Sente à ce jour n’a pas écrit de série originale mais passe de reprise en reprise, reprenant les trames et outils de ses prédécesseurs.

        Pour l’un et l’autre, c’est une démarche qui en vaut une autre à conditions de savoir faire preuve de créativité, d’originalité et d’audace. Le succès de Van Hamme, le plébiscite des lecteurs pour chacune de ses nouveautés lui tient lieu d’accessit. Je considère le travail actuel de Sente comme passable. "Peut mieux faire" comme disaient nos professeurs.

        Je lui laisse une chance sur... XIII !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Nicolas Anspach le 17 novembre 2011 à  09:40 :

          Ou avez-vous lu, Monsieur, que Jean Van Hamme avait essuyé un procès de Ludlum ? Ces propos sont totalement fantaisistes.

          Répondre à ce message

          • Répondu par J-F Bride le 17 novembre 2011 à  10:14 :

            Alors, autant pour moi, j’étais persuadé qu’un procès intenté pour plagiat avait été évoqué dans "Itinéraire d’un enfant doué". Mea culpa. En tout cas la ressemblence entre les deux intrigues a été largement constatée et débatue. Van Hamme a par contre bel et bien répondu à de plusieurs reprises à ce qui donc reste un procès d’intention.

            Ce qui n’ôte en rien la pertience du reste de mes propos  :-)

            Répondre à ce message

    • Répondu le 17 novembre 2011 à  10:32 :

      Yves sente et aussi scénariste de la série : " Le janitor".

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD