Flash T7 - Par Robert Venditti, Van Jensen & Collectif - Urban Comics

8 septembre 2017 0 commentaire
  • Fin de parcours pour Flash version « The New 52 » qui termine sa course en affrontant son plus terrible adversaire, le professeur Zoom. Un dernier tome à l’image de la série : inégal, avec des hauts et des bas.

Dans ce tome très épais [1], Urban Comics nous propose les treize derniers épisodes de Flash version « The New 52 » avant que nous puissions le retrouver le 15 septembre en librairie pour le premier album de ses aventures « DC Rebirth » !

Pas de répit donc pour Barry Allen le bolide écarlate dont la popularité n’a jamais été aussi grande grâce entre autres à la série TV de The CW, où il est joué par Grant Gustin, et à sa présence dans le film Justice League qui arrivera sur nos écrans en novembre, où cette fois-ci c’est Ezra Miller qui endosse le fameux costume rouge.

L’album qui nous intéresse aujourd’hui se compose de deux arcs narratifs. Le premier met en scène le professeur Zoom, version négative et maléfique de Flash au costume jaune. Quant au second, Flash, devenu l’ennemi public numéro un, se retrouve traqué par la police qui a embauché les Lascars pour l’aider à le capturer !

Flash T7 - Par Robert Venditti, Van Jensen & Collectif - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Le programme est alléchant et les bonnes idées ne manquent pas, mais les résolutions de ces deux intrigues apparaissent clairement désuètes et parfois un peu farfelues. Nous tombons ici à notre sens dans les travers des histoires modernes de comics de super-héros : une longue phase de montée en puissance de l’intrigue qui prend son temps, voire en perd, puis une résolution expéditive, voire caricaturale, qui fait perdre son crédit au vilain et à son plan.

Du côté des bonnes choses qui ont été plaisantes à suivre, notons le traitement du père de Barry, emprisonné à tort depuis une vingtaine d’années pour le meurtre de sa femme, qui décide de prendre les choses en main et révèle des ressources inattendues, le nouveau colocataire de Barry, Hartley Rathaway, alias le Fifre, qui entretient une relation amoureuse avec le directeur du laboratoire où travaille notre héros, la présence du Wally West, le « nouveau » neveu d’Iris, qui possède quelques moments intéressants, ou encore les Lascars, bande improbable de criminels qui reste une valeur sûre en termes d’actions et d’interactions avec notre héros.

Pour le reste, le plan et les objectifs du professeur Zoom demeurent classiques mais néanmoins plaisants jusqu’à la conclusion malheureusement caricaturale, tout comme la révélation du grand dessein du grand méchant de la seconde histoire qui laisse perplexe : là aussi c’est du côté des personnages secondaires et des situations annexes que le récit se révélera finalement le plus intéressant.

© DC Comics / Urban Comics

Du côté du graphisme, il demeure globalement sympathique avec une excellente mise en scène de la vitesse par un Brett Booth relativement inspiré, qui confère aux scènes d’action une belle énergie et un sentiment de puissance fort réussi.

Urban Comics aura publié les cinquante-deux numéros de la série « The New 52 » de Flash qui aura été composée de deux périodes majeures : Brian Buccellato et Francis Manapul, des épisodes un à vingt-neuf, puis Robert Venditti et Van Jensen à partir du trentième. Chacune aura eu de bons et de mauvais côtés : pour les premiers la série aura été faible côté enjeux mais dynamique dans son déroulement, tandis que chez la seconde nous aurons eu des récits plus longs et complexes qui ne seront pas toujours terminés de façon convaincante, en dépit de quelques apartés plus inspirés ici et là.

Cependant, nous noterons le soin apporté à l’environnement personnel et professionnel de Barry, qui aura été riche, surprenant et vivant tout du long, ce qui à défaut d’avoir accouché d’une série mémorable aura proposé des aventures sympathiques et respectueuses du personnage.

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Flash T7. Scénario : Robert Venditti & Van Jensen. Dessin : Brett Booth & Collectif. Traduction Alex Nikolavitch. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 18 août 2017. 352 pages. 28,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Flash albums The New 52 sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 2,
- Lire la chronique du tome 3,
- Lire la chronique du tome 4,
- Lire la chronique des tomes 5 & 6.

Autres albums Flash sur ActuaBD :
- Lire la chronique de Flash Anthologie,
- Lire la chronique de Geoff Johns Présente Flash T1.

[1Les épisodes contenus dans Flash T7 : Zoom sont :
- The Flash #41-52 + Annual #4 (juin 2015 à mai 2016),
- DC Sneak Peek : The Flash #1 (mai 2015).

  Un commentaire ?