Fred Duval (XIII Mystery T. 10) : " Les scénarios de Jean Van Hamme ont été pour moi un modèle de structure. "

26 décembre 2016 0 commentaire
  • Fidèle à ses habitudes, la série XIII Mystery, spin off de la mythique saga créé par Jean Van Hamme et William Vance, propose pour chaque tome un duo inédit d'auteurs parmi les meilleurs de la BD franco-belge actuelle. Pour ce tome 10, Fred Duval et "le p'tit jeune qui monte" Corentin Rouge se sont pliés à l'exercice pour nous raconter l'histoire du personnage Calvin Wax. Rencontre.
Fred Duval (XIII Mystery T. 10) : " Les scénarios de Jean Van Hamme ont été pour moi un modèle de structure. "
XIII Mystery T10 : Calvin Wax
Corentin Rouge & Fred Duval d’après la série XIII créé par William Vance & Jean Van Hamme (c) Dargaud Bénélux

Fred Duval, comment avez-vous atterri dans cette série spin off centrée sur les personnages secondaires de l’univers de XIII ?

Fred Duval : Yves Schlirf, l’éditeur de Dargaud Bénélux m’a contacté au tout début du projet, je pense en 2007 ou 2008. Je lui ai dit que j’étais intéressé mais je ne me suis pas lancé tout de suite. J’ai mis du temps. J’ai créé durant cette période la série Jour J chez Delcourt avec Jean-Pierre Pécau qui m’a demandé un travail, dans les deux premières années, titanesque. Il fallait que l’on prenne de l’avance car Jour J était aussi un projet important. Puis un jour, Jean Van Hamme m’a écrit en me disant : “Bon voilà, on comptait sur toi. Est-ce que c’est oui ou est-ce que c’est non ?”. Je me suis dit que je ne devais pas rater cette occasion et j’ai accepté. Vu que j’avais mon synopsis dans la tête car j’en avais déjà discuté deux ou trois fois avec Jean, il était déjà convenu que je ferais le personnage de Calvin Wax. J’ai écrit le scénario en trois semaines.

Dans votre album, on découvre que Calvin Wax avait un rôle central dans la Conjuration des XX, le complot pour prendre le pouvoir aux USA en faisant assassiner le président William B. Sheridan. On se demande même si ce n’est pas lui qui est à la base de ce complot.

Duval : Au départ, je voulais travailler sur le tatoueur, celui qui a réalisé le tatouage de XIII ainsi que ceux des autres membres de la Conjuration des XX, mais Jean Van Hamme m’a rappelé que ce personnage n’apparaissait pas dans la série-mère. Si je voulais écrire un scénario autour des tatouages, je devais obligatoirement parler du complot, et le complot c’est Calvin Wax. Je lui ai demandé ce que Wax avait fait, mais il m’a répondu :“Débrouille toi”. je me suis donc débrouillé et je lui proposé une théorie du complot, qui lui a plu. Calvin Wax est effectivement le personnage central parce que ça ne pouvait être que lui car il est déjà infiltré dans tous les réseaux politiques et il connaît tout le monde, des politiques à la police, en passant par les militaires, contrairement aux autres personnages ayant pris part au complot. C’était le méchant idéal. On le voit très peu dans la série originale mais on peut tout de même constater qu’il s’agit d’un personnage exalté, un fonctionnaire qui se suicide au cyanure ! il faut quand même être sacrément impliqué pour commettre un acte pareil. Enfin, j’ai ma petite culture en ce qui concerne l’extrême droite et j’aime bien travailler sur ce genre de sujet. Corentin Rouge est arrivé ensuite.

JPEG - 77 ko
Corentin Rouge & Fred Duval
Photo : Christian Missia Dio

Corentin Rouge, la connexion s’est-elle faite aussi via Dargaud ?

Corentin Rouge : Oui, la connexion s’est fait via Dargaud, par Yves Schlirf qui m’avait repéré grâce à ma série Milan K, que j’avais réalisée aux Humanos. Il a montré mes albums à William Vance qui a donné son feu vert pour que je fasse un épisode de XIII Mystery. J’ai montré mes premières planches à Vance, qui les a acceptées et j’ai donc commencé assez vite à travailler sur l’album de Calvin Wax dès que j’ai reçu le scénario.

Avez-vous pu mettre votre patte dans le scénario ?

C. Rouge : Non pas vraiment car Fred avait déjà travaillé le scénario en amont avec Jean Van Hamme. J’ai donc tout reçu d’un bloc mais cela m’a permis d’avoir une vue d’ensemble. J’ai fait de nombreuses recherches sur les personnages, leurs expressions et caractères ainsi que sur les décors. C’est un travail qui m’a bien plu. C’était sympa.

Est-ce difficile de faire son trou dans la BD lorsque l’on est fils d’un grand auteur (Michel Rouge), comme c’est le cas pour vous ?

C. Rouge : Je ne sais pas si c’est plus difficile ou plus facile mais c’est vrai que j’ai eu la chance de baigner dans ce milieu très jeune et de voir mon père travailler dans la BD. Cela me parait naturel de dessiner, c’est ce que j’ai toujours fait. Je ne le vis pas comme une pression.

Est-ce difficile de s’approprier l’univers de XIII ?

C. Rouge : Il n’y a pas eu de pressions particulières de la part de l’éditeur. Il ne m’a pas demandé de faire de corrections. Il y a eu une confiance dès le départ et c’était très agréable de travailler dans ces conditions. Autre point appréciable, c’est que j’ai pu beaucoup travailler sur des décors naturels car l’intrigue ne se passe pas dans des bureaux, ce qui permet de changer un peu de l’imagerie classique de XIII. J’ai pu aussi créer de nouveaux personnages qui n’apparaissent pas dans la série-mère.

Duval : Pour moi, l’univers de XIII est très proche de ce que je fais depuis vingt ans. Je revendique l’héritage de gens comme Greg et Charlier. Je suis issu de cette école-là. En ce qui concerne Van Hamme, je connaissais plutôt bien. Je suis un fan de Largo Winch et les quatre premiers épisodes de cette série ont été pour moi un modèle de structure lorsque je me suis lancé dans le métier de scénariste, même lorsque je fais de la science-fiction. C’était donc pour moi un honneur de travailler sur une série créée par Jean. Et puis dans XIII, on sait où on va. C’est une série dans laquelle on ne peut pas développer des choses qui ne relèvent pas de la BD d’action. Donc, il n’y a pas eu de souci. Par moment, Jean m’a même plutôt freiné sur les scènes d’action car il souhaitait que je réduise une séquence d’action qui faisait deux pages à une afin de développer plus l’intimité du président Sheridan. C’est plutôt sur des choses comme ça où Jean Van Hamme intervenait, un peu comme une tour de contrôle. Il tenait vraiment le rôle d’un directeur d’écriture.

JPEG - 2.5 Mo

Ce qui est intéressant, c’est que votre scénario aborde des thématiques très actuelles, surtout des élections présidentielles aux USA et en France. Coïncidences ou choix assumés ?

Duval : Il faut savoir que cet album n’a pas été écrit le mois dernier mais il y a déjà trois ou quatre ans. Il y a bien sûr l’histoire des Kennedy, celle de JFK et de Marilyn Monroe. J’avais pensé introduire une sextape dans le scénario et Jean m’a dit : « c’est marrant, il y a un bouquin qui vient de sortir sur Marilyn… tu devrais le lire ». Mais il n’y avait pas que ça. Il y avait aussi les émeutes de Los Angeles, celle des années soixante mais aussi celles que j’ai connues à la fin de mon adolescence au début des années 1990…

Celle de 1992, avec l’affaire Rodney King ?

Duval : Exactement ! Ce sont des affaires qui m’ont toujours intéressé car je suis un vrai passionné par l’histoire politique des USA. Au-delà de ça, lorsque l’on est scénariste on met aussi une part de nous-même. Dans mon cas, je me suis aussi inspiré par ce qui se passe dans la vie politique française. Notamment les rapprochements de l’ancien président Nicolas Sarkozy avec l’extrême droite française illustré par le recrutement de Patrick Buisson comme conseiller.

JPEG - 2.2 Mo

Je pensais plus à François Mitterrand, un président de gauche qui a eu des relations troubles avec l’extrême droite.

Duval : Voilà, on a tous observé ça, des gens qui vont d’un bord à un autre. François Mitterrand c’est pareil, c’est une vieille passion. J’ai lu beaucoup de choses sur son rôle pendant la guerre d’Algérie par exemple.

Cela nous amène au président Sheridan. Dans cette histoire, vous donnez corps et développez la personnalité de William B. Sheridan, qui est le personnage central de l’intrigue du premier cycle de la série-mère XIII car tout commence avec son assassinat. C’est un personnage que l’on connaît très peu finalement.

Duval : C’était cela aussi l’intérêt de cet album. L’intrigue de base de XIII est un complot contre le président des USA. Mais au fond, pourquoi y a-t-il un complot ? Pourquoi cherche-t-on à assassiner cet homme ? Est-ce juste un complot pour prendre le pouvoir ? Ça c’est la motivation de Calvin Wax, mais il fallait autre chose qui motive que cet homme soit abattu. Il n’y a pas que l’attrait du pouvoir qui motive des gens à tuer une autre. C’est pour cela que j’ai trouvé marrant de ne pas faire de William Sheridan un gentil. Il y a une vengeance au cœur de cette histoire. J’ai brouillé les pistes entre bons et méchants afin que le lecteur se fasse sa propre idée. Dans les grands faits historiques, on a toujours des doutes sur la motivation des gens. On ne connaîtra jamais vraiment la vérité car nous ne sommes pas dans la tête des gens. Est-ce que Wax agit par intérêt personnel, par dogmatisme ou par pure vengeance ? au lecteur de décider.

JPEG - 2.3 Mo
XIII Mystery T10 : Calvin Wax
Corentin Rouge & Fred Duval d’après la série XIII créé par William Vance & Jean Van Hamme (c) Dargaud Bénélux

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?