Les Guerriers de Dieu - Par P. Richelle et P. Wachs - Glénat

9 juin 2017 0 commentaire
  • La naissance des guerres de religion dans la France des années 1550, ou comment un sujet d'histoire plutôt complexe a investi la bande dessinée d’aventure historique classique !

Les guerres de religion s’emparent de la bande dessinée ! Après les deux premiers volumes d’une excellente série consacrée au massacre de la Saint-Barthélemy en 1572, voici les deux premiers volumes d’une série intitulée Les Guerriers de Dieu traitant de la période 1557-1558. Il faut avouer que nous sommes ici un peu moins emballés...

Philippe Richelle, scénariste notamment d’Amours fragiles, dont nous avions récemment apprécié son Mitterrand, un jeune homme de droite, s’est associé avec le dessinateur Pierre Wachs avec qui il avait déjà travaillé, notamment sur Les Mystères de la Troisième République, sur Secrets bancaires ou sur Opération Vent printanier.

Les Guerriers de Dieu - Par P. Richelle et P. Wachs - Glénat

Le premier volume de leur histoire se passe en 1557 ; Henri II est alors roi et se bat sur deux fronts : contre l’Espagne, d’une part, contre les hérétiques au sein du royaume, d’autre part. Les huguenots sont en effet de plus en plus nombreux et les ouvrages calvinistes circulent sous le manteau et servent à consolider une foi naissante en pleine construction. L’un des personnages principaux, le chevalier Arnaud de Boissac, assiste par curiosité à une cérémonie des réformés, et se fait arrêter par la garde.

Le deuxième volume, qui se déroule l’année suivante, voit la fin de la guerre contre l’Espagne, les luttes de pouvoir entre le duc de Guise et le connétable de Montmorency, puis la mort du roi et l’avènement de son jeune fils, François II, qui décide d’intensifier la lutte contre les protestants.

Le dessin est élégant, quoique parfois un peu statique, mais les couleurs l’aplatissent parfois un peu, l’arrière-plan ne se détachant pas suffisamment. Le récit est très classique, dans la veine de la collection "Vécu" de Glénat. Il apporte de nombreuses informatiques historiques, et les notes de bas de page, qui fournissent au lecteur des informations factuelles, sont parfois trop fournies. Plus globalement, le récit manque de rythme, alternant des séquences trop lentes et d’autres trop elliptiques, et, surtout, manque de souffle : alors que des collections comme le Trône d’Argile arrivent à nous faire nous attacher aux personnages, à rendre la grande Histoire prenante par le biais de multiples histoires, à mélanger habilement fiction et réalité, tel n’est pas le cas de cette nouvelle série.

Même si l’on reste un peu sur notre faim, cette bande dessinée classique est loin d’être déplaisante pour autant ! L’album souligne également bien les intérêts prosaïques, politiques, économiques, les rivalités personnelles, derrière les guerres de religion et permet de s’intéresser aux premières années du protestantisme en France, encore mal connues.

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?