Monsieur De Mesmaeker est mort

3 mai 2017 8 commentaires
  • Jidéhem alias Jean De Mesmaeker, longtemps assistant de Franquin, animateur de « Starter », la rubrique auto de Spirou, et créateur des personnages de « Sophie » et de « Ginger » est décédé dimanche 30 avril à l’âge de 81 ans. C’est son père qui inspira à Franquin le fameux homme au contrat dans « Gaston Lagaffe ».

Il a attendu l’année Gaston pour tirer sa révérence, avec la discrétion qui lui était coutumière. Né le 21 décembre 1935, Jidéhem alias Jean De Mesmaeker était dessinateur et scénariste. Il avait fait comme Franquin des études à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, une école des Beaux-Arts qui n’avait pas encore de classe de bande dessinée. En 1954, il est en vedette américaine du Félix de Maurice Tillieux dans Héroïc-Albums, une revue belge dirigée par Fernand Cheneval où plein de jeunes auteurs (Greg, Tibet, Craenhals, Weinberg…) font leurs premiers pas. Plus hard boiled que Félix, Ginger démontre en tout cas l’aptitude de son auteur à faire des décors solides et des scènes d’action aux belles embardées automobiles.

Jidéhem avait été l’un des plus proches assistants de Franquin avec lequel il collabora à partir de 1954. « [C’était] le type qui avait dessiné les rochers dans l’album du Prisonnier du Bouddha, que j’avais recopié maintes fois pour comprendre sa technique !, se souvenait François Walthéry sur ActuaBD au micro de Nicolas Anspach. Je ne parle pas des autres albums de Spirou et Fantasio qu’il a faits avec Franquin ou de Gaston, de Starter et de la rubrique automobile qu’il animait dans le magazine Spirou. Sa manière de dessiner les trains dans les Robinson du Rail m’émerveille encore aujourd’hui. … Une claque ! C’était un collaborateur intense d’André Franquin et c’est dommage que l’on ne retienne aujourd’hui que cet aspect-là de son travail. Mais il a réalisé des albums prodigieux sur le côté. [Il] travaillait à une belle vitesse. Il était très rapide, efficace et ses dessins étaient d’une belle qualité. À vrai dire, je ne pense pas avoir vu un dessin bâclé issu de sa main. »

Monsieur De Mesmaeker est mort
Jidéhem dessina près de 400 gags de Gaston.
© Dupuis

Assistant de Franquin, il a ainsi dessiné près de 400 gags de Gaston Lagaffe. François Walthéry : « Yvan Delporte, le rédacteur en chef du journal de Spirou, désirait qu’un personnage anime les différentes rubriques du journal. Ils ont rapidement eu l’idée d’en faire un gaffeur, et d’utiliser le prénom d’un copain d’Yvan qui était très maladroit. Franquin a dessiné des croquis du personnage sur des feuilles. Il l’a donc créé graphiquement. C’est incontestable. Mais il n’avait pas le temps de le dessiner, et il l’a donné à Jidéhem. Ce dernier l’a fait vivre en se basant sur les caractéristiques physiques inventées par Franquin. Quand il scénarisait, André n’écrivait pas. Il faisait des petit croquis. Il remettait donc à Jidéhem un scénario esquissé, que celui-ci réinterprétait et dessinait entièrement. »

JPEG - 239 ko
Aimé Demesmaeker a été inspiré à Franquin par le père de Jidéhem.
© Dupuis

Il collabore sur Gaston entre 1957 et 1968, mais son apport le plus marquant sur la série est d’avoir laissé son patronyme, De Mesmaeker, à l’homme d’affaires patelin et obstiné du contrat qui ponctue les aventures du gaffeur. Ce n’est pas rien !

Comme assistant encore, outre Spirou et Gaston Lagaffe, il intervint aussi sur les meilleurs albums de Ribambelle de Roba et de Natacha de Walthéry.

JPEG - 557.5 ko
Initialement créée par Franquin, Jidéhem anima "Starter", la chronique automobile de Spirou pendant de longues années
© Dupuis

Depuis 1957, Jidéhem animait la rubrique auto de Spirou, Starter, qu’il dessina jusqu’en 1975 avant d’illustrer le même genre de rubrique dans l’Auto-Journal . Avec son complice Pipette, Starter vécut une aventure indépendante où surgit Sophie, une enfant portant nattes, chaussettes blanches et jupette plissée, qui connut quelques courts récits de quatre pages à partir de 1965 avant de disposer de sa propre série à partir de 1968 devenant ainsi l’une des premières héroïnes à part entière du journal de Spirou. Des intégrales récemment publiées aux éditions Dupuis réunissent ces travaux.

JPEG - 418.1 ko
La charmante Sophie
© Dupuis

En 1979, Jidéhem relance Ginger le temps de quatre albums. Les chroniques auto de Starter ont fait également fait l’objet de beaux recueils aux éditions Dupuis.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    3 mai 11:34, par Bearboz

    Discret, efficace, talentueux...
    Chapeau M. Jidéhem ! Mes yeux s’embuent à l’annonce de votre décès, ce qui permet moins d’apprécier la précision de votre trait -mais je sais que votre oeuvre restera !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe Wurm le 3 mai à  17:12 :

      En Europe, dans la bande dessinée Franco-Belge plus particulièrement , il n’y a pas de culture du "décoriste". Leur noms sont cités à l’intérieur des albums (Franquin ayant, avec Jidéhem, fait exception en ce sens) mais comme les coloristes ils semblent secondaire . Or, selon moi, il y a deux énormes décoristes de l’âge d’or de la bande dessinée belge, deux créateurs d’exception qui ont transformé le regard que nous portons sur les chefs-d’œuvre de cette époque : Ce sont Roger Leloup et Jidéhem. L’un pour le journal Tintin (avec Jacques Martin et Hergé), l’autre pour le journal Spirou (avec Franquin mais aussi Roba ou Walthéry).
      Pourquoi sont-ils si importants ?
      Premièrement parce qu’ils prolongent le geste du très grand créateur qu’ils accompagnent ; lui assurant une sécurité dans la qualité qui permet à l’auteur en titre d’avancer plus rapidement tout en pouvant créer des exploits graphiques qui seront marquant dans l’œuvre.
      Deuxièmement parce que ce confort prolonge l’effort des grands Maîtres et leur permet de durer, souvent dans leur toute meilleure période, en maintenant la série au plus haut niveau plus longtemps.
      Troisièmement, ces décoristes d’exception ont une vertu de "cristallisation du style" qui aident à maintenir le style dans une période graphique donnée et, par là, permettent de créer un univers cohérent qui se prolonge sur une plus longue période de temps. De plus cette aide qui facilite la création de davantage d’albums permet de créer un univers plus grand et plus dense qui augmente le pouvoir de fascination de la série.
      Pour ces trois raisons (et on peut probablement en ajouter d’autres), l’apport d’un décoriste d’exception est un atout crucial dans le cocktail d’ingrédients qui constituent un chef-d’œuvre.
      Roger Leloup et Jidéhem ont réussi chacun à créer une oeuvre personnelle avec leurs propres personnages, ils sont donc de grands créateurs, mais cette réussite remarquable ne doit pas minorer l’apport primordial qui fut le leur en tant que créateurs de décors ( sachant bien entendu que le décors est un acteur à part entière qui participe très fortement à la dramaturgie de l’histoire).
      L’art de comprendre un style d’aussi près, de le porter si loin, et presque à l’égal du créateur initial, est un art subtil et précieux que seul de vrais grands peuvent atteindre.
      Je remercie énormément Jidéhem pour ce qu’il nous a apporté et donné à rêver dans le journal de Spirou et je me joins à la tristesse de sa famille et de ses amis.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe Wurm le 3 mai à  18:50 :

      J’ai oublié de préciser que Jidéhem a bien entendu été crédité par Roba et Walthéry en couverture des albums auxquels il a participé. Mon intention initiale était plutôt de dire que Franquin a été le premier à le faire.

      Répondre à ce message

  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    3 mai 16:08, par La plume occulte

    Si Monsieur De Mesmaeker est mort ,c’est surtout monsieur Jidéhem ,l’artiste,qui nous a quitté.
    Quel talent !Avec sa mise en scène posée,il était un "ambianceur" du tonnerre.Malgré sa mise en scène posée ,pourrait-on dire !Il considérait,comme Will Eisner,qu’une planche de BD était comme une scène de théâtre,quand beaucoup de ses confrères la voit plutôt comme une séquence de film.Indéniablement les dessinateurs belges de cette génération avaient saisi un truc.
    Jidéhem un talent pas assez reconnu,tout le monde le reconnait ,ce qui est assez paradoxal.Un talent sans doute bridé par un éditorial un peu trop rigide.Dommage.
    Ses duos ,tout en symbiose,avec d’autres champions du crayon ont donné quelques-uns des plus beaux albums de la BD belge,impossible d’y voir un hasard.Dans son sillage on se dit :"dieu que la BD belge est belle,dieu que l’école de Marcinelle est grande !",parce que ,oui,sans Jidéhem ,on peut raconter ce qu’on veut,ces visions du 9 eme art n’auraient pas eu cette apparat.Même si des créateurs des générations suivantes ont su brillamment relever les défis du renouvellement et de la qualité .
    Sûr,il n’était pas le meilleur ;mais sur bien des points,les meilleurs n’étaient pas meilleurs que lui.C’est dit.
    On peut signaler,à l’occasion,mille choses:bien sûr les formidables décors,aux perspectives souvent à main levée, de ce merveilleux décoriste,décorateur,designer ;ses personnages en comparaison un peu moins virtuoses,ce qui sera de moins en moins vrai,ses choix de couleurs avisé,sa progression constante jusqu’au bout de sa carrière,son retour final ,lui le "marcinellien" ,à ses premières amours hergéennes.Il y a aussi ses bords de mer,son mobilier urbain,ses arbres et buissons,ses murs de briques,sa manière de représenter l’océan,la pluie, les ports,les docks.................

    Deux liens intéressants sur le trop discret bonhomme :http://www.inedispirou.com/forum/viewtopic.php?f=78&t=2655

    http://bdzoom.com/112285/patrimoine/jidehem-le-deuxieme-homme/

    Jidéhem:un grand qui se faisait trop petit.

    Répondre à ce message

  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    3 mai 16:43, par Thierry

    Je suis triste : il m’a tellement fait rire dans ma jeunesse ...

    Une partie de la légende de Gaston Lagaffe nous quitte !
    Et un inoubliable créateur qui a fait de la BD une discipline artistique authentique.

    Adieu Jean ! Envoie-nous quand même les planches de "Sophie au Paradis" !

    Répondre à ce message

  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    3 mai 17:33, par Richard (Teljem)

    « C’est son père qui inspira à Franquin le fameux homme au contrat dans « Gaston Lagaffe ». »
    Pas du tout, c’est parce que le personnage dessiné par Franquin ressemblait beaucoup au père de Jidéhem que Franquin décida de lui donner le nom De Maesmaker, pas l’inverse.

    Répondre à ce message

  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    7 mai 14:03, par La plume occulte

    Ce triste coup de projecteur m’a donné envie de replonger dans le travail de Jidéhem , un peu trop perdu de vue dans mon cas.
    Ben c’est encore mieux que dans mes souvenirs, avec de vrais moments de grâce, une grande acuité, un joli sens du réel parfaitement assimilé . Et finalement une grande simplicité, ce qui n’empêche pas la sophistication.
    C’est parfois grandiose, voire incomparable , dans ce style, cette approche, ce niveau, avec cette aisance presque désinvolte.
    Jidéhem savait dessiner vite et dessiner bien, dans le juste respect de l’école qui était la sienne. Un régal.
    Au tournant des Années 70/80 il avait vraiment franchi un cap supplémentaire, et ça devient impressionnant.
    On dit avec justesse que l’habitude créé le dédain, dans le cas de Jidéhem on avait fini par ne plus le voir, on lui a rogné les ailes, jusqu’à finalement l’empêcher de décoller dans les années 90. Honte aux responsables, clairement coupables, pour avoir osé priver les lecteurs d’un talent pareil.Honte aux modes aussi, aux faux révolutionnaires et leurs serviles colporteurs.

    Certaines images réalisées par Jidéhem resterons.

    Répondre à ce message

  • Monsieur De Mesmaeker est mort
    10 mai 11:33, par Pascal Aggabi

    Une question :Jidéhem restera-t-il dans l’histoire de la bande dessinée ? En tout cas le talentueux dessinateur pourrait bien rester dans l’histoire de l’aéronautique ;voire,pourquoi pas,de l’humanité et son imaginaire fertile aussi bien que stimulant,comme une sorte de Jules Verne.
    Comment,pourquoi ?

    Michel Aguilar, ingénieur à la retraite et véritable professeur Tournesol à sa manière,planche,depuis quelques années, sur un très sérieux projet de voiture volante:l’ Xplorair , fameux véhicule du futur à décollage et atterrissage vertical qui ,grâce à la technologie brevetée du Thermo-réacteur ,pourrait bien changer le visage de tout ce qui concerne le transport dans un futur proche https://www.xplorair.com/FR/index.html ;quand les autres concepts de "voitures volantes" n’arrivent pas a être autres choses que des dérivés plus ou moins judicieux de l’avion ou de l’hélico.
    Xplorair en revanche ,dont Michel Aguilar nous promet finalement le premier vol pour le Salon du Bourget 2019,après quelques soucis d’ordre économique qui ont retardé l’affaire : http://www.aeronewstv.com/fr/industrie/recherche-innovation-aeronautiques/3710-le-vehicule-a-decollage-vertical-xplorair-de-nouveau-en-piste.html.

    Mais l’ingénieux ingénieur toulousain ne cesse de répéter,que l’idée de ce véhicule volant lui trotte dans la tête depuis tout petit, quand il a lu les aventures de Sophie le personnage créé en 1964 dans le journal Spirou par Jidéhem,pour y découvrir l’ Oeuf de Karamazout,incroyable engin futuriste à moteur électromagnétique et carapace d’air enveloppante,aussi à l’aise sur route et sur mer que dans les airs,sorti de l’imagination de Mr Karamazout inventeur de génie et père de l’aventureuse Sophie ! https://www.images-booknode.com/book_cover/1846/full/sophie,-tome-1---l-oeuf-de-karamazout-1846152.jpg

    Ce concept de véhicule ,type "Oeuf de Karamazout" ,fascine un peu partout .Ainsi,si des investisseurs chinois,pays aux 240 millions de voitures en circulation pour autant de risques de bouchons interminables étaient intéressés par l’Xplorair,pour finalement retirer leurs billes,ce qui a retardé d’autant le projet:dans le cadre d’un concours organisé par Volkswagen pour concevoir ce qui pourrait être un jour la prochaine voiture du peuple chinois, une étudiante en design et animation avait laissé vagabonder son imagination pour concevoir un prototype de véhicule urbain sphérique équipé d’un système de lévitation électromagnétique,qui lui permettait de léviter au-dessus du bitume.Concept fictif retravaillé ensuite par les ingénieurs du groupe qui en ont fait une vidéo promotionnelle :http://www.automag.be/Une-voiture-en-levitation-concept .Troublant.

    Quant à Michel Aguilar,album à la main,il insiste dans l’émission Transportez-moi de la chaîne parlementaire de la télévision française LCP sur ce qu’il doit à Jidéhem ,ici à la 24:20 minute http://www.dailymotion.com/video/x1z68y6_transportez-moi-silence-moteur-ca-roule_news ,et dans la conférence pour présenter son prometteur projet donnée à l’ENAC (École nationale de l’aviation civile),ici à la 51:40 minute https://www.youtube.com/watch?v=fF6_nL7Pub4 .Conférence où il remercie aussi.....Zorglub ! Parce que :" Très jeune, j’étais abonné à Spirou et fasciné par la « Zorglumobile » avec ses quatre réacteurs et son décollage vertical ! Depuis, le mythe d’Icare m’est resté chevillé au corps ", raconte t-il souvent. Zorglumobile que Jidéhem a eu l’occasion de dessiner en tant que décoriste de Franquin sur les albums de Spirou où apparaît Zorglub.

    On peut en être sûr:le designer et grand amateur de nouvelles technologies Jidéhem ,qui aurait aimé dessiner une histoire d’anticipation à la Jules Verne-on y revient- aurait adoré tout ça.

    Répondre à ce message