Stan Sakaï et Matthieu Bonhomme à Zagreb

12 mai 2018 0 commentaire
  • Ce week-end a lieu la 21e édition du Festival de BD de Zagreb, le plus grand de Croatie. Au casting, le dessinateur nippo-américain Stan Sakaï (Usagi Yojimbo), le dessinateur argentin Horacio Altuna (Belles de nuit), les Français Matthieu Bonhomme (L’homme qui tua Lucky Luke) et Roland Boschi (X-Men, Wolverine…), la légende de la bande dessinée croate Julio Radilović dit Jules, et toute la bande des talentueux dessinateurs de Zagor, le grand succès de l’éditeur italien Bonelli.
Stan Sakaï et Matthieu Bonhomme à Zagreb
Stan Sakaï (Usagi Yojimbo), figure de la BD indépendante américaine

C’est un petit festival, comparé aux grand-messes d’Angoulême ou de Lucca. C’est que la Croatie est un petit pays : quatre millions d’habitants, au cœur d’une Yougoslavie éclatée par une guerre qui a eu lieu il y a un peu plus de vingt ans et qui pèse encore sur toutes les consciences.

Et pourtant quel enthousiasme ! Slaven Gorički est un grand bonhomme un peu lunaire. C’est sur lui et son équipe que repose le festival. Ce collectionneur, ardent défenseur des artistes croates travaillant pour l’industrie américaine comme Goran Parlov (Punisher, Starlight) ou Esad Ribić (Loki), est devenu éditeur il y a peu. Il publie Starlight ou encore Bouncer d’Alejandro Jodorowsky & François Boucq, une série commencée par un éditeur serbe dont il continue la publication en attendant de rééditer les premiers titres. Il a aussi publié Hermann et, cette année, Usagi Yojimbo de Stan Sakaï.

Parmi les nouveautés des éditions Uragan, "L’Homme qui tua Lucky Luke" de Matthieu Bonhomme

Quant à Matthieu Bonhomme, il publie en croate L’Homme qui tua Lucky Luke (ed. Veseli četvrtak) à l’occasion du salon. Vous savez comment s’appelle Lucky Luke en croate ? Talični Tom ou Luckyja Lukea ? On se renseigne...

C’est courageux, car le tirage moyen des éditions croates varie entre 400 et 1000 exemplaires et la faillite l’année dernière de chaîne Algoritm, le plus grand distributeur de bandes dessinés du pays n’a pas arrangé les affaires. Mais les Croates en ont vu d’autres…

L’autre éditeur qui s’apprête à faire la fête à Matthieu Bonhomme, c’est Marko Šunjić, le patron de Fibra qui, dans son catalogue aux noms prestigieux (Moebius, Alan Moore, Spiegelman…) a publié deux intégrales du dessinateur français : Esteban et Le Marquis d’Anaon (sc. Vehlmann).

Marko Šunjić des éditions Fibra et ses deux nouveautés de Matthieu Bonhome.

Tout ce beau monde était là hier soir en présence de l’ambassadeur de France en Croatie, M. Philippe Meunier et de la ministre croate de la culture Nina Obuljen Koržinek, une ministre parfaitement francophone qui a l’air déterminée d’aider le festival et ces petits éditeurs de bande dessinée.

L’ambassadeur de France en Croatie, SE Philippe Meunier, la ministre croate de la culture Nina Obuljen Koržinek et Slaven Gorički, l’organisateur du festival.

L’une et l’autre ont visité l’exposition du doyen de la bande dessinée croate, Julio Radilović dit Jules, 91 ans aux chanterelles, dont on a pu voir les originaux de ses principales œuvres, notamment Herlock Sholmes (Sc. Zvonimir Furtinger), une parodie de l’enquêteur de Conan Doyle, et surtout Die Partizanen, une grande saga contant les exploits des résistants croates lors de la Seconde Guerre mondiale (Sc. Dordge Lebovic).

la légende de la bande dessinée croate Julio Radilović dit Jules.

Parmi les autres œuvres figurant sur les cimaises de la « Mosquée », le centre culturel zagrébois [1] : le travail des auteurs de Zagor pour Bonelli : Alessandro Piccinelli, Mauro Laurenti, Morena Burattini, Mario Alberti ou encore Joevitto Nuccio, tandis qu’à l’Institut Français de Zagreb Anne-Sophie Braud et Miso Ustulica ont accroché les pages de L’homme qui tua Lucky Luke de Matthieu Bonhomme.

"L’Homme qui tua Lucky Luke" à l’Institut Français de Zagreb.
© Lucky Comics

Le festival accueille aussi les artistes croates Nenad Barinić et Tomislav Košta et surtout le talentueux dessinateur argentin Horacio Altuna dont les Belles de nuit rivalisèrent parfois avec Milo Manara. Une belle brochette de talents !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Comic Con Zagreb, du 11 au 13 mai 2018.
LE SITE DE L’EVENEMENT (en croate)

[1Ancienne mosquée sous le régime des Oustachis, son imam, collaborateur avec les nazis pendant la guerre, a été pendu devant l’édifice à la Libération. Le lieu a ensuite été converti en centre culturel.

  Un commentaire ?