Suicide Squad Rebirth T1 - Par Rob Williams, Jim Lee & Collectif - Urban Comics

7 août 2017 0 commentaire
  • C’est parti pour les aventures de la Suicide Squad dernière mouture qui reprend une partie du casting du film, avec un programme qui ne varie pas : violence décomplexée et ambiance « série B » pour une lecture sympathique mais qui ne vole pas haut.

Parmi les premiers albums qui ouvrent la collection « DC Rebirth », Suicide Squad se paie une place de choix, confirmant le statut de série majeure de DC Comics pour un titre qui a toujours lorgné la « série B », bien avant qu’il se trouve sous les projecteurs grâce au film de 2016 et qui n’a jamais réellement changé de ligne éditoriale, pour le meilleur et pour le pire.

Ce qui a changé ces dernières années concerne essentiellement l’arrivée dans l’équipe d’Harley Quinn à la popularité qui a explosé ces dernières années, devenant l’égérie du titre et qui « vend » en partie grâce à sa seule présence.

D’ailleurs, ce premier tome propose une histoire spéciale qui lui est consacrée et qui explore un sujet désormais bien rodé : le besoin paradoxal de l’imprévisible arlequin d’avoir des « amis ».

Comme nous l’avons évoqué en introduction, cette nouvelle version ne tranche pas véritablement avec ce qui a été réalisé ces dernières années. Le casting reflète une partie de celui du film mais comme ce dernier avait fait le choix du classicisme, la version « Rebirth » ne bouleversera pas les amateurs.

Suicide Squad Rebirth T1 - Par Rob Williams, Jim Lee & Collectif - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Nous y trouvons l’impitoyable patronne Amanda Waller, le militaire Rick Flag comme responsable de l’équipe sur le terrain, secondé par Katana à l’épée ensorcelée, et du côté des criminels sacrifiables : Harley Quinn, Deadshot, Captain Boomerang, Killer Croc et L’Enchanteresse.

La différence avec la période précédente, « The New 52 » (2011-2016), tient finalement à deux « petites choses » : Amanda Waller retrouve ses kilos (tant mieux selon nous) et Rick Flag fait son retour, lui qui avait été supprimé de l’itération précédente.

Sur le fond, peu de changement et dans ce premier tome [1] Rob Williams ne perd guère de temps, en dehors de l’histoire sur Harley Quinn et de l’épisode de reformation de l’équipe, et nous plonge dans une mission d’infiltration dans un centre secret russe… Une opération qui tourne rapidement au chaos complet, où la violence et le n’importe quoi semblent les maîtres mots, mais qui s’achève pourtant sur un succès.

L’idée demeure qu’on ne commande pas la Suicide Squad mais qu’on la canalise ! Sur le fond donc rien de bien nouveau par rapport à la précédente série où la même recette se perpétue : beaucoup d’actions, d’anarchie et de violences décomplexées, le tout entre la tragédie et le fun propre aux « série B ». Une lecture plaisante si on la considère comme telle, pas très subtile mais qui se veut fun.

© DC Comics / Urban Comics

Sur la forme, nous avons Jim Lee au dessin, ce qui confirme la désormais nature blockbuster du titre, et s’il fait un bon boulot, il ne signe que 13 pages par épisode ! En effet chaque épisode s’avère divisé en deux parties.

La première, de 13 pages, propose l’intrigue principale, tandis que la seconde de 7 à 8 pages se veut un intermède qui narre le passé d’un des membres de la Suicide Squad. Si ces origin stories offrent peu de surprise, celle de Captain Boomerang se détache du lot et se révèle un moment particulièrement étonnant et excellent.

Une série qui reste égale à elle-même - des criminels recrutés par une agence gouvernementale pour des missions suicides - qui surfe sur un registre décalé et violent, sous le graphisme de haut vol de Jim Lee. Rien de très élaboré ou ambitieux mais cela reste plaisant à lire.

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Suicide Squad Rebirth T1. Scénario : Rob Williams. Dessin : Jim Lee & Collectif. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "DC Rebirth". Sortie le 9 juin 2017. 168 pages. 15,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Suicide Squad "The New 52" sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1
- Lire la chronique du tome 2
- Lire la chronique du tome 3
- Lire la chronique du tome 4

Autres albums Suicide Squad sur ActuaBD :
- Lire la chronique de La Légende de Darkseid
- Lire la chronique du tome 1 des Archives de la Suicide Squad

[1Les épisodes contenus dans Suicide Squad Rebirth T1 : La Chambre Noire sont :
- Harley Quinn and the Suicide Squad : April Fool’s Day #1 (avril 2016),
- Suicide Squad Rebirth #1 (août 2016),
- Suicide Squad #1-4 (août 2016 à octobre 2016).

  Un commentaire ?