Brève rencontre avec : Gautier Ducatez, auteur et éditeur pour The Hoochie Coochie

29 juillet 2021 0 commentaire Interviews
The Hoochie Coochie tout public 🛒 Acheter

RENCONTRES ESTIVALES #11. The Hoochie Coochie, « maison d’édition artisanale » comme elle aimait à se qualifier à ses débuts, est peut-être le modèle de l’édition alternative des années 2010. Fondée par un petit groupe de passionnés de bande dessinée, de fanzinat et de do it yourself, elle a connu le succès, avec quelques livres remarqués signés notamment par Alex Baladi, Christopher Hittinger et Nicolas Presl, et deux Prix de la bande dessinée alternative au Festival d’Angoulême en 2008 pour Turkey Comix et 2009 pour DMPP, mais aussi les difficultés, liées surtout à une crise de croissance complexe à gérer dans un contexte de forte concurrence. Sans l’engagement des bénévoles, le soutien des lecteurs et l’aide publique, l’expérience aurait fait long feu. 2021 est marquée par un renouvellement avec un rythme de parution plus soutenu. Rencontre avec Gautier Ducatez, auteur, co-fondateur de The Hoochie Coochie et éditeur infatigable.

Trois ouvrages sont annoncés pour la « rentrée » de The Hoochie Coochie, c’est-à-dire à la fin de l’été et au début de l’automne. Cela fait longtemps que ce n’était pas arrivé. Pouvez-vous expliquer cette parenthèse - relative puisque l’activité éditoriale n’a jamais totalement cessé - puis ce renouveau ?

Tout d’abord, il faut savoir que The Hoochie Coochie est une association, soit une maison d’édition qui ne peut pas faire faillite, mais qui peut rentrer en léthargie par manque de moyens financiers ou humains. C’est un peu ce qui s’est passé en 2019, où on était exsangue à tous points de vue.

Un accident dans mon parcours de vie personnelle m’a mis en position courant 2020 de reprendre la maison d’édition et de la doter de nouveaux outils : une galerie / boutique et une implantation territoriale forte, puisqu’on est dans le Diois [1], un territoire rural et montagnard où je suis établi depuis cinq ans.

Du coup, The Hoochie Coochie fonctionne un peu moins sur le registre associatif, même si les bénévoles historiques sont sont toujours présents dès qu’un coup de main est nécessaire et toujours en position de proposer des projets, ou de retoquer mes prévisions de planning éditorial. Mais l’association a récupéré une attache et un éditeur avec une vision globale, et pour ma part, je suis ravi de retrouver ma maison d’édition et ma casquette d’éditeur.

Brève rencontre avec : Gautier Ducatez, auteur et éditeur pour The Hoochie Coochie
Anders et le château (couverture provisoire) © Gregory Mackay / The Hoochie Coochie 2021

Finalement, en 2020, le Covid est arrivé alors que nous n’avions pas de gros objectifs immédiats, donc on a pu prendre le temps de se remettre sur pied. Mon seul regret est que Lola, Reine des Porcs de Martes Bathori ait souffert de la situation, mais on va continuer de faire tourner l’exposition de Martes, avec qui on a également un projet de 33 tours, ce qui serait une première au catalogue.

Enfin, depuis le printemps, nous avons changé de diffuseur car nous ne nous retrouvions plus dans la proposition de notre ancien partenaire. Ce genre de changement ne vaut le coup que s’il est accompagné d’ambitions renouvelées. Donc, trois livres paraîtront effectivement à la rentrée, mais il y a une étape suivante qui sera difficile à aller chercher : la constance dans les plannings éditoriaux.

Financièrement, j’avance avec des perles de sueur au front ; artistiquement, tous nos auteurs nous sont restés fidèles malgré nos quelques années difficiles et je tiens à les remercier de continuer de nous confier les fruits de leur talent.

Un nouvel ouvrage de Baladi mais qui a une parenté avec son précédent chez The Hoochie Coochie, une nouvelle édition de Jamestown de Christopher Hittinger, un livre d’une autrice presque inconnue en Europe… Peut-on voir là les trois principaux axes qui vont être développés dans les années qui viennent ?

Anders et le château © Gregory Mackay / The Hoochie Coochie 2021

J’en ajouterai un quatrième qui est la jeunesse : nos collaborations avec le tandem Renaud Farace et Olivier Philipponneau ainsi qu’avec l’Australien Gregory Mackay se poursuivent (Anders & le Château paraîtra en octobre, la réédition augmentée de Détective Rollmops en novembre).

Mais l’idée est surtout de resserrer le corpus éditorial autour de bandes dessinées qui questionnent les sciences humaines (politique, histoire, littérature, etc.) d’une part, et de proposer aux enfants et aux ados des bandes dessinées inattendues (format roman graphique, bandes dessinées expérimentales) d’autre part. On a envie et besoin que la longue et belle collaboration avec les auteurs du catalogue se poursuive et on a aussi envie et besoin d’amener de nouvelles signatures dans ce catalogue.

Sur les toits de Mandy Ord est l’aboutissement d’échanges sur le long terme - elle était présente dans feu notre revue Turkey Comix dès 2010 - jamais concrétisés en livre. C’est paradoxal de commencer à publier en français Mandy Ord aussi tardivement, mais c’est aussi génial de se dire que certains grands auteurs de scènes étrangères restent encore complètement inconnus ici.

Mandy nous a amenés vers des territoires encore un peu inexplorés de notre catalogue : son dessin n’est pas sans rappeler celui de Julie Doucet et est en quelque sorte le plus orienté « comix » de notre catalogue. Mandy explore la veine autobiographique (une première chez nous !), tout en parlant de philosophie et d’urbanité (des thèmes plus évidents de notre catalogue). On espère que Sur les toits sera juste un premier jalon dans sa bibliographie en français.

Enfin, quelques signatures remarquables feront leur retour d’ici les deux prochaines années (Victoria Lomasko, Alex Chauvel, etc.). Mais j’ai prévu qu’on embarquerait de jeunes auteurs dans l’aventure. Je ne dévoilerai pas de nom pour ne pas mettre une pression malvenue à ces auteurs, mais je peux dire que je suis vraiment très heureux qu’on se soit trouvés !

À titre personnel, avez-vous mis votre travail d’auteur de côté pour pouvoir vous consacrer entièrement à The Hoochie Coochie ou avez-vous lancé des projets depuis la parution d’Armand ?

Illustration pour CQFD n° 188 © Gautier Ducatez 2020

Jamais je n’arrêterai ! Depuis fin 2019, je dessine régulièrement pour la revue CQFD. L’exercice du dessin de presse a fait beaucoup progresser mon style, et j’ai profité du confinement de mars 2020 pour revoir comment je pouvais mieux digérer l’une de mes influences principales, à savoir Brian Bolland [2]. Par moment, ma passion pour son dessin virait à la comparaison désespérée, car mon tempérament de dessinateur n’est pas aussi froid et précis. Mais passer une partie de ces deux mois confiné à décortiquer ses compositions, découpages et perspectives valait le coup !

Du coup, ça va mieux même si j’ai dû refaire pour la troisième fois mon projet de livre sur la colonisation de l’Algérie. Ce projet entamé en 2010 - 140 pages puis 20 pages ont été caviardées pour les deux premières versions - a désormais un titre : Les Fantômes de la Casbah, et ça avance tranquillement. Mais, malgré plus de régularité, je dois dire que certains soirs, j’ai trop en tête les projets des autres auteurs pour avancer dans mon écriture et c’est parfois difficile d’écrire et dessiner sur un sujet historique quand on a passé sa journée sur un manuscrit ou un entretien de Christopher Hittinger... Et puis, il y a d’autres soirs où je me mets au lit avec un stylo, mais c’est pour annoter et corriger des épreuves : elle tient un peu chaud parfois cette casquette d’éditeur !

Sur Les Toits © Mandy Ord / The Hoochie Coochie 2021
Sur Les Toits © Mandy Ord / The Hoochie Coochie 2021

FH

Propos recueillis par Frédéric Hojlo.

En médaillon : couverture de Sur les toits, Mandy Ord, The Hoochie Coochie, 2021 (à paraître).

Consulter le site de Mandy Ord & le blog de Gautier Ducatez.

Lire également sur ActuaBD :
- Les déserteurs - Par Christopher Hittinger - The Hoochie Coochie
- Rétro "BD alternative" 2016 : The Hoochie Coochie aux extrêmes
- Alex Chauvel nous emmène à la recherche du slip de "Todd le Géant"
- "D’Autres Russies" de Victoria Lomasko : l’envers du décor de la Russie poutinienne
- πramide - Par R. Farace & O. Philipponneau - The Hoochie Coochie
- Anders et le volcan - Par Gregory Mackay - The Hoochie Coochie
- "Francolin" (Adrien Houillère, The Hoochie Coochie) : la frontière comme chemin
- "Armand" de Gautier Ducatez (The Hoochie Coochie) : un polar bercé par l’argot contemporain
- "L’Avenir est ailleurs" de Boris Hurtel (The Hoochie Coochie) : de Paris à la Boldavie, une enquête trépidante
- "Lola, reine des porcs" de Martes Bathori (The Hoochie Coochie) : le cochon n’est pas l’avenir de l’homme
- Brève rencontre avec : Alex Baladi, dessinateur, scénariste, ouvrier-fondateur de La Fabrique de fanzines

Voir en ligne : Consulter le site de The Hoochie Coochie.

[1Die est une commune 4 500 habitants située dans la Drôme, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (NDLR).

[2Dessinateur et scénariste britannique, connu notamment pour son travail sur Judge Dredd et sur Batman (NDLR).

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD