Albums

"D’Autres Russies" de Victoria Lomasko : l’envers du décor de la Russie poutinienne

Par Frédéric HOJLO le 31 juillet 2018                      Lien  
La Russie a été au centre d'un barnum médiatico-sportif à l'occasion de la Coupe du monde de football 2018. Mais quel pays se cache réellement derrière cet événement ? Quelques éléments de réponses avec Victoria Lomasko, qui a publié cette année "D'autres Russies" chez The Hoochie Coochie.

La Russie a été pendant quelques semaines sous les feux des projecteurs. Une Coupe du monde de football est internationalement médiatisée : le pays organisateur cherche donc à en profiter pour attirer les touristes et lisser son image politique. L’enjeu était de taille pour Vladimir Poutine, au pouvoir depuis dix-huit ans. Alors qu’il a conduit son pays à être un acteur incontournable du règlement du conflit syrien et qu’il semble s’être fait du président américain un allié fidèle, sa gestion autoritaire voire autocratique de l’État le plus vaste du monde est remise en cause aussi bien dans les pays occidentaux qu’à l’intérieur de ses propres frontières.

L’intervention surprise de quatre membres des Pussy Riot lors de la finale de la Coupe du monde en témoigne : Poutine ne fait pas l’unanimité. C’est plutôt un bon signe pour la société civile russe ! Mais les oppositions et les marges ont toutes les peines du monde à s’exprimer, ne le font pas sans risque - les Pussy Riot ne semble pas avoir fini de payer leur action du 15 juillet dernier - et ne trouvent que peu d’écho. L’artiste Victoria Lomasko leur donne une voix, témoigne de leurs actions et s’engage auprès d’eux, comme le montre son ouvrage D’autres Russies paru chez The Hoochie Coochie en mars dernier.

"D'Autres Russies" de Victoria Lomasko : l'envers du décor de la Russie poutinienne
D’Autres Russies © Victoria Lomasko / The Hoochie Coochie 2018

D’Autres Russies est un ensemble de reportages graphiques écrits et dessinés entre 2008 et 2016. Victoria Lomasko y donne certes son point de vue, explicitement placé du côté des opprimés et des « laissés-pour-compte » du régime de Poutine, mais elle accorde aussi une large place à la parole des citoyennes et citoyens russes qu’elle a rencontrés. Proposés dans l’ordre chronologique de leur réalisation, ces reportages reflètent à la fois l’évolution de la société russe et celle des préoccupations de l’autrice.

L’ouvrage, qui regroupe notamment quelques dessins qui furent un temps censurés en Russie, est scindé en deux parties. La première, intitulée « Invisibles », est consacrée à des populations en marge des sphères du pouvoir politique et économique. Mineurs des colonies pénitentiaires, travailleuses du sexe, élèves et enseignants d’écoles rurales, retraités, immigrés forment ce peuple ignoré des médias mais constituant au final la majorité, ou presque, de la Russie.

D’Autres Russies © Victoria Lomasko / The Hoochie Coochie 2018

Victoria Lomasko les dessine avec empathie, réalisant des portraits sur le vif et transcrivant leurs témoignages. Nous découvrons ainsi une population occupée à survivre mais aussi préoccupée de la situation de la Russie. Consciente de sa mise à l’écart, elle n’est pas dupe de la propagande et hésite souvent entre espoir et fatalisme. La dessinatrice permet de cette manière au lecteur étranger de se faire une meilleure idée de la diversité de cet immense pays, souvent présenté comme monolithique alors que son système fédéral et son histoire en font un espace pluriel.

L’année 2012 a été un tournant pour Victoria Lomasko. Se rendant compte que la protestation prenait de l’ampleur en Russie, elle a fait évoluer ses reportages pour se concentrer sur l’activisme et les mouvements souvent spontanés d’opposition et de revendication. Ils constituent la seconde partie du livre, nommée « En colère ». La dessinatrice s’est immergée dans les mouvements protestataires, à Moscou et ailleurs, à la fois par affinité intellectuelle et politique et pour mieux en saisir le fonctionnement et l’essence.

Les reportages de Victoria Lomasko sont denses et précis. Des cartes et d’abondantes notes en fin d’ouvrage permettent au lecteur peu familier de la Russie de s’y retrouver parmi les noms propres, les mouvements politiques, les villes et les régions russes. L’alternance de dessins et de textes, qui se révèlent vite indissociables, permet de se concentrer sur les faits et les témoignages - l’autrice évite ainsi tout superflu et toute mise en scène, que nous retrouvons parfois dans la « bande dessinée de non-fiction » en vogue depuis quelques années. Le noir et blanc et le trait plus ou moins épais rendent parfaitement la spontanéité des croquis, conservent la vivacité des personnages et apportent un effet de réel assez étonnant étant donné la relative rareté des détails inhérente au dessin « en direct ».

D’Autres Russies © Victoria Lomasko / The Hoochie Coochie 2018

Tous ces reportages permettent de dresser un tableau de la Russie contemporaine. Les inégalités de richesse, le poids de l’oligarchie et la mainmise politique du clan de Poutine n’ont pas tout à fait sclérosé le pays. Des groupes tentent de se faire entendre, malgré la violence politique - de la censure au meurtre en passant par la judiciarisation de la moindre action - et les difficultés à créer des alliances durables. Le nationalisme et l’influence de l’Église orthodoxe, dont la proximité avec l’appareil étatique est grande, imposent une pression sociale difficile à éviter.

La démarche de Victoria Lomasko, d’une subjectivité assumée, se place dans la tradition du documentaire qui existait en URSS. Mais l’art conceptuel, peu en grâce à l’époque communiste, domine aujourd’hui la scène artistique russe, du fait à la fois de l’influence occidentale et du rejet du réalisme socialiste.

La volonté de la dessinatrice de s’ancrer dans le réel tout en s’impliquant directement dans certaines actions décrites est par conséquent singulière. Elle y voit « une protestation contre la vie en vase clos du monde de l’art » tout en souhaitant créer « des travaux accessibles à tous les publics » gardant « un lien avec les réalisations de l’art soviétique ». Son livre n’a d’ailleurs pas été édité en Russie : le fond comme la forme ne le permettent guère pour l’instant.

D’Autres Russies © Victoria Lomasko / The Hoochie Coochie 2018

Les références de Victoria Lomasko sont russes. Elle reconnaît ainsi s’inspirer des albums de dessins des XIXe et XXe siècles. Elle donne en outre la priorité au croquis sur le vif, ne travaillant pas à partir de photographies ou de vidéos. Il ne faut donc pas s’attendre, avec D’Autres Russies, à lire des bandes dessinées proches de celles de Joe Sacco ou de La Revue Dessinée. Elle cherche néanmoins à suivre une démarche journalistique, qu’elle admet d’ailleurs avoir affinée au fil des ans. Le résultat est un livre plus original qu’il n’y paraît dans son esthétique en plus d’être instructif, et même passionnant par moments, dans son contenu.

D’Autres Russies est le second ouvrage de Victoria Lomasko édité par The Hoochie Coochie après L’Art interdit (2014) co-écrit avec Anton Nikolaïev. Tout à la fois activiste, témoin et journaliste, elle décrit des Russies - le titre de son livre est un discret rappel de la coalition d’opposition fondée en 2006 et depuis récupérée par l’extrême-droite - diverses et complexes. Du procès des Pussy Riot aux actions civiques de défense des parcs moscovites, elle présente une société décidée à ne pas se laisser subjuguer par l’autoritarisme.

D’Autres Russies © Victoria Lomasko / The Hoochie Coochie 2018

100 ans après la grande révolution d’Octobre, un reportage d’arte.tv illustré par Victorial Lomasko en 2017 :

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782916049755

D’autres Russies - Par Victoria Lomasko - The Hoochie Coochie - traduit du russe par Gérald Auclin - conception graphique de Gérald Auclin & Benjamin Hariot - 14 x 19 cm - 336 pages en noir & blanc - couverture souple, broché - parution en mars 2018 - commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Lire les premières pages de l’ouvrage.

Lire deux entretiens avec l’autrice (en anglais), datés de mai 2017, ici & .

Lire également sur ActuaBD, à propos de la bande dessinée en Russie :
 Une Jeunesse Soviétique - Nikolaï Maslov - Denoël Graphic
 Les Fils d’Octobre - de Nikolaï Maslov - Denoël Graphic
 Dmitry Iakovlev : « En Russie, il y peu d’auteurs qui peuvent créer des bandes dessinées de façon continue »
 Nés en URSS : la bande dessinée russe en terre charentaise !
 Saint-Pétersbourg 2011 : Bonnes BD de Russie

 
CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Frédéric HOJLO  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD