American Vampire T2 : « Le Diable du désert » - par S.Snyder, R. Albuquerque & M Santolouco - Panini Comics

15 décembre 2011 0 commentaire
  • Deuxième volet de cette très bonne nouvelle série de vampires en contretemps total avec le poétique vampire taciturne. Là, il est effrayant, vicieux et heureux de son état.

À sa sortie, le premier tome avait déjà été une sacrée claque. D’un côté, il y avait la collaboration du pape de la littérature horrifique Stephen King qui, sans révolutionner le propos, avait apporté une belle lumière médiatique. De l’autre, le ton sec et brutal du scénariste Scott Snyder associé au style nerveux et violent de Rafaël Albuquerque qui avait réellement marqué les esprits.

Apportant une ambiance bien flippante, les auteurs ont ainsi imposé des personnages et un esthétisme forts et amené cette série en haut de la pile.

American Vampire T2 : « Le Diable du désert » - par S.Snyder, R. Albuquerque & M Santolouco - Panini Comics

Restait à savoir si le deuxième tome tiendrait la route. Eh ben, oui.
Les auteurs restent toujours aussi percutants et nous proposent une nouvelle histoire bien solide comme la précédente. Ils installent cette fois Skinner Sweet, leur vampire américain sadique, dans le Las Vegas des années 1930, et ont la très bonne idée de la reléguer en personnage secondaire perdu dans une faune peuplant cette ville-champignon.

american_vampire_cashel_albuquerque_décembre_2011

Ils se concentrent alors sur le shérif de cette petite ville du désert qui, avec la construction du pharamineux barrage de Boulder, va se métamorphoser en capital américaine du vice.

En plus de gérer les ouvriers du chantier, en rut et bourrés, et les proxénètes dont Skinner Sweet fait partie, il va devoir également se farcir une collection de guignols à longues canines assoiffés de sang et d’argent...

Un emploi du temps bien chargé qui apportera tout ce que l’on imagine d’action et de violence.

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?